Le livre de décembre 2009

 

 

 

 

Paisaje y arqueología en la Sierra de la Menarella

 

Projet coordonné par David Vizcaíno León et édité scientifiquement par Ricardo González Villaescusa

Generalitat Valenciana, ed. Renomar et EIN Mediterráneo, 2009, 412 p.

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation et commentaire de l'ouvrage

 

La moyenne montagne est à l'honneur ! Nous avons récemment rendu compte de travaux sur la Sardaigne (le livre d'octobre 2009) et sur les Alpes (le livre du mois de mai 2009). Voici un fort gros et beau livre sur la montagne de la Menarella, laquelle se trouve dans le pays de Valence à environ 80 km au nord de Castellón. Cette montagne est le site choisi pour un parc éolien et le volume rassemble une somme d'études préalables conduites pour en connaître le patrimoine. Ces travaux ont découvert la richesse insoupçonnée de ce milieu géographique original.

Après un chapitre de géographie physique qui présente le milieu calcaire — un paradis pour l'étude des formes issues de l'érosion des chaînes plissées et des reliefs tabulaires — et qui offre les bases d'une division en microsecteurs, le livre rassemble une succession de chapitres locaux, tous fondés sur le même plan, et qui étudient les différentes aspects des gisements archéologiques découverts. Les plus anciens datent de l'épipaléolithique et du mésolithique, les plus récents de l'Antiquité tardive et du haut Moyen Âge. Mais ce sont les habitats de hauteur de l'Âge du Fer qui attirent le plus l'attention, car ils indiquent l'importance de l'occupation du sol à cette époque, sur la ligne de crête et sur de hauts replats qui séparent la province de Valence de celle de Teruel.

Plus d'une quinzaine d'auteurs ont contribué à la réalisation de ces études archéologiques et géomorphologiques.

Le chapitre final, dû à Joan García Biosca et à Ricardo González Villaescusa, tente de donner les “clefs” de ce paysage de montagne. Beaucoup de documents et de méthodes sont mobilisés pour comprendre le peuplement de ces moyennes montagnes (des "collines élevées" disent les auteurs p. 346), principalement depuis l'Âge du Bronze jusqu'à nos jours. Comment en est-on arrivé au paysage pastoral actuel ? Quelles étapes ce paysage a-t-il franchies ? Quels ont été les aménagements liés à l'eau, aux communications, aux itinéraires de la transhumance ? Quels déterminismes physiques le relief a-t-il produits ? C'est l'occasion pour les auteurs de proposer une archéologie du paysage qui soit globale et extensive (reposant à la fois sur la site catchment analysis et sur l'archéologie du paysage), à la recherche du système de peuplement qui peut rendre compte de la nature et de la répartition des gisements observés.

Un paysage de mas — localement appelés masías du côté aragonais, et masos du coté valencien — et de terrasses ouvragées, datant probablement du Moyen Âge final pour nombre d'entre eux, succède au paysage de la Protohistoire. C'est sans doute la période où les pentes et les fonds de vallées et de vallons se couvrent de terrasses aux formes dictées par la pente et le relief, et traversées par les drailles de transhumance. Les auteurs attribuent un rôle décisif au critère de la visualisation et les points hauts de la Serra de la Menarella sont étudiés en ce sens : aire de visibilité, relation avec les chemins de transhumance, avec les aires de repos, etc.

L'explication historique traditionnelle qu'on rencontre dans ces régions des montagnes pastorales du Levant espagnol est que ce paysage serait dû à la présence, au Moyen Âge, d'une transhumance de lointaine origine, puisqu'elle viendrait de l'Andalousie. Les auteurs en discutent la possibilité pour leur zone, montrant qu'il conviendrait de prolonger l'enquête pour savoir si le développement des formes du pastoralisme peut être mis en relation avec la commercialisation, avec les changements dont les documents historiques témoignent, avec la nature et la dynamique de l'habitat de la Sierra de Manarella.

Les étapes suivantes sont la transformation en paysage de pâturage (dehesa) ; ensuite, la crise de ce même modèle ; enfin la transformation en un paysage de terres sèches dans lequel les structures antérieures acquièrent leur aspect archéologique actuel.

 

Un beau livre d'archéologie, somptueusement édité et illustré.

 

 

 

 

 

Accès privé