Jean LEFORT,

L’aventure cartographique,

ed. Belin, Paris 2004, 320 p.

 

 

 

 

 

 

 

 

Sommaire

 

À chaque objet sa carte (p. 5)

 

I - Le monde selon les Grecs (p. 15)

 

II - Enfin vint Ptolémée (p. 25)

 

III - Le Moyen Âge (p. 41)

 

IV - Les grandes découvertes (p. 68)

 

V - Latitudes et longitudes (p. 96)

 

VI - Mercator (p. 123)

 

VII - L’aventure de la carte de France (p. 137)

 

VIII - Le triomphe de la science internationale (p. 172)

 

IX - La triangulation en pratique (p. 204)

 

X - La forme de la Terre (p. 228)

 

XI - La cartographie des astres (p. 242)

 

XII - Pour quelle précision (p. 255)

 

Annexes

 

- Mouvements, mesures et unités  (p. 273)

 

- De la sphère au plan  (p. 291)

 

Bibliographie (p. 319)

Sites internet (p. 319)

 

 

 

L’auteur

 

Jean Lefort est professeur de mathématiques en classes préparatoires, et ancien animateur de l’IREM de Strasbourg.

 

 

Commentaires

 

Cet ouvrage, au texte d’une grande clarté et assez somptueusement illustré, rendra de très grands services aux archéogéographes. On appréciera le choix du développement historique, ainsi que la compréhension dont chaque période fait l’objet, ce qui évite les poncifs qu’on rencontrait il y a peu encore dans ce genre d’ouvrages, comme celui sur la régression cartographique du Moyen Âge.

L’ouvrage voit les choses de haut, et même de très haut, en ce sens qu’il reste un ouvrage qui a choisi de traiter l’histoire de l’appréhension de la planète terre, et des nombreux problèmes que sa rotondité n’a pas manqué de poser. Il ne faut pas y chercher de chapitres sur les cartes à grande échelle et leur exploitation. De même, sont absents les plans parcellaires de toutes époques, ainsi que de nombrex développements qu’on peut avoir besoin de lire sur les cartes historiques et qu’on trouvera dans d’autres ouvrages.

Mais, ce parti-pris étant noté, et parce que la matière cartographique est immense et qu’on ne peut tout traiter, la richesse de l’ouvrage est considérable.

 

La bibliographie, en revanche, est minimale, sur un sujet aussi vaste.

 

 

 

 

Accès privé