Les paléoplanimétries sur

Live Search Maps

 

 

http://maps.live.com/

 

 

On a beaucoup sollicité ici, sur ce site dédié à l’archéogéographie, les missions consultables sur Google Earth. La lecture des missions installées sur Live Search Maps offre également un très grand intérêt pour l’étude des paléoplanimétries, malgré une définition quelquefois un peu insuffisante. Le but de cette note d’actualité est d’en proposer quelques exemples dans quelques régions qui sont, traditionnellement ou plus récemment, des haut-lieux de la détection aérienne et de l’analyse des formes.

 

 

Italie du sud

Paléoformes du Tavogliere des Pouilles

 

 

Le dépouillement de la mission réserve un très grand nombre d’opportunités de capturer des informations archéologiques et paléoplanimétriques majeures. Live maps n’apprendra sans doute rien ou pas grand chose aux spécialistes qui, depuis longtemps déjà, exploitent l’abondant matériau accumulé dès la fin de la seconde guerre mondiale et renouvelé par de récentes propsections (voir, par exemple, la revue Archeologia Aerea). Mais le lecteur moins spécialiste trouvera dans l’observation de cette mission, une foule d’observations de détails dont la collecte lui aurait été impossible du fait de l’inaccessibilité habituelle des missions aériennes et des photothèques archéologiques.

Lire l’excellent article suivant, de G. Volpe, qui présente des photographies aériennes anciennes et récentes de cette région, dont certaines de gisements présentés ci-dessous.

http://www.archeologia.unifg.it/ric/ricognizioni/Paesaggi_Daunia_Bradford( Volpe).pdf

On commencera par cet extrait de la zone de Casale Scoppa, gisement qui fait partie, depuis sa publication dans le catalogue d’une exposition de la British School (L’aerofotografia, da materiale di guerra a bene culturale. Le fotografie aeree della R.A.F., British School at Rome, 1980, p. 116-117), des classiques de la découverte aérienne dans cette région.

 

 

 

Les parcellaires de la région apparaissent assez souvent avec une grande netteté, comme le démontre cet ensemble de tracés repéré au sud-est de San Severo, au lieudit Torrione del Casone.

 

 

Détail du cliché précédent.

 

 

 

Les grands habitats du néolithique et de la Protohistoire, ainsi que ceux du Moyen Âge, apparaissent avec une évidence particulièrement grande. Ci-dessous, le très vaste établissement situé près d’Amendola, recoupé par des structures postérieures.

 

 

Toujours près d’Amendola, un autre secteur accumule les informations.

 

 

 

Au nord de Foggia, un bel enchevêtrement de traces d’habitats et de parcellaires.

 

 

 

On terminera cette revue des paléoplanimétries des Pouilles avec ce très grand établissement situé au sud de San Severo, où des indices de superpositions sont très nettement visibles.

S. Severo, Motta della Regina.

 

 

 

France, Côte-d’Or

Les paléoformes du Val des Tilles

 

 

Dans cet autre “sanctuaire” de la recherche aérienne, où la compilation des informations se situe à des niveaux rarement atteints ailleurs en France, la consultation de cette mission a apporté son lot de nouveautés et de clichés comparatifs.

 

Sur cette région, lire la synthèse à paraître en 2009 :

Gérard Chouquer, « Archéogéographie des trames planimétriques en Côte-d’Or », dans Carte Archéologique de la Gaule, 21, Côte-d’Or, à paraître en 2009.

 

Sur Live Maps, la principale information porte sur les habitats à enclos de l’âge du Fer, tel celui repéré à Chevigny et Ouges.

 

 

 

 

Voici un autre établissement, de plan peu ordinaire, à Dijon, Pièce sur l’Allée.

 

 

Les autres informations concernent très souvent le parcellaire. On voit ainsi sur cette mission des illustrations particulièrement intéressantes du secteur méridional de Magny-sur-Tille.

 

 

 

 

À Genlis, au lieudit « le Joannot », la mission montre des détails plus précis que tout ce qui était connu jusqu’ici.

 

 

 

 

 

Grande-Bretagne

Les landes du Dartmoor en Cornouailles,

Les Fens

 

 

Sur le Dartmoor, autre sanctuaire de la recherche, voir la présentation du livre d’Andrew Fleming :

 

http://www.archeogeographie.org/index.php?rub=presentation/infos/livres/0809

 

Ci-dessous, vue d’un des principaux ensembles de bandes du parcellaire de l’Âge du Bronze du Dartmoor.

 

 

Dans le secteur des Fens, les paléoplanimétries sont nombreuses et suggestives, comme en témoigne cette illustration (Fens, Cowbit)

 

 

 

 

Portugal

L’Alentejo méridional, autour de Beja

 

 

Les missions mises sur ce site internet confirment l’intérêt grandissant de l’étude de cette région et la possibilité d’y lire des informations considérables.

 

Le gisement à triple enclos de Mata Bodes y est très visible.

Sur cet établissement, lire l’article suivant de Antonio José Marques da Silva et Maria da Conceição Lopes :

http://ia.regiaocentro.net/paginas/index.php?nIDPagina=64

 

 

 

Autre établissement particulièrement net, l’oppidum majeur de Outeiro do Circo, à l’ouest de Beja.

Sur ce site lire le projet de recherches suivant :

http://outeirodocirco.blogspot.com/

 

 

Les informations parcellaires sont de lecture plus difficile, mais très nombreuses. Ci-dessous à Lombador, sous les grandes divisions en éventail du parcellaire médiéval, on repère une grande quantité de lignes fossiles. On suggère, dans le schéma d’interprétation qui suit, de reconnaître au moins deux phases de la division parcellaire. La trame rouge pourrait être la plus ancienne. La trame verte correspondrait à la division médiévale.

 

 

 

 

 

Enfin, au sud de Serpa, dans des charnecas dénudées et livrées à la culture situées à l’est de la Quinta de São Brás, la transparence s’installe et permet des lectures de paléoformes.

 

 

 

GC

9 mars 2009

Accès privé