Derrière le masque...

 

 

L’observation des formes réserve toujours des surprises. C’est en travaillant sur l’organsiation du paysage antique dans la région de Minturno — l’antique colonie de Minturnae, fondée en 296 av. J.-C. — qu’un archéogéographe est tombé sur ce curieux visage. Il s’agit d’éléments planimétriques qui dessinent, fortuitement hélas, une apparence anthropomorphique : des chemins (le front et le nez), un bâtiment (l’œil droit du personnage), une mare (l’autre œil), un autre bâtiment (la bouche) et un bouquet d’arbres (la barbe en collier, les cheveux et les sourcils). Il ne manque même pas l’esquisse de l’oreille gauche.

 

 

La trace est assez importante, puisqu’elle mesure 80 sur 95 m environ. Elle se repère avec évidence.

Retrouvez cette forme sur Google Earth.

 

Mais remis dans son milieu géographique, ce visage prend une autre dimension imaginaire. Comme le montre la vue ci-dessous, il est proche des ponts sur le Garigliano, ce fleuve côtier qui fait la frontière entre le Latium au nord et la Campanie au sud. Or c’est là que la mémoire collective des Français garde le souvenir d’un exploit, celui du chevalier Bayard, le “chevalier sans peur et sans reproche”, défendant seul un pont contre une avant-garde espagnole, au début du XVIe s. pendant les guerres d’Italie.

Mais, si l’on préfère des faits moins anciens, on se souviendra que c’est dans cette même zone de Minturno et du Garigliano que le Maréchal Juin força la ligne Gustav en 1944.

 

Le Garigliano au sud-est de Minturno. Cliché Google Earth.

 

Imaginaire ? Vraiment ?

 

Hélas, pourquoi faut-il que des archéogéographes un peu théoriciens soient venus gâcher le plaisir des formes en expliquant, sur ce site et dans leurs ouvrages, que le temps n’est plus où on pensait pouvoir faire le lien entre une forme et une fait social. C’était si bien, le temps où on pouvait extrapoler à loisir pour la plus grande gloire de la construction identitaire.

Alors, vraiment, aucune possibilité de voir dans ce visage le souvenir de Bayard et de rêver un peu ?

 

Jugez-en :


 

 

Accès privé