Laurent OLIVIER, Le sombre abîme du temps. Mémoire et archéologie, coll. La couleur des idées, Le Seuil, avril 2008, 312 p.

 

 

 

 

 

Texte de la 4e de couverture

 

L’archéologie, pensons-nous spontanément, consiste à retrouver ce qui s’est effacé de l’histoire, à reconstituer les civilisations disparues, à dévoiler les trésors d’un passé enfoui. Mais ce n’est pas cela, l’archéologie. Elle met au jour des vestiges de ce qui a vécu. Le vestige est une archive, un document de mémoire bien plus que d’histoire.

Les objets que l’archéologie « remonte » à la surface ne découvrent pas un passé disparu, mais l’énigme de leur existence, car il nous faut reconstituer leur signification la plupart du temps perdue. Du reste, l’archéologie couvre désormais toutes les périodes de l’histoire, y compris l’histoire contemporaine quand elle fouille les tranchées et les charniers pour exhumer les vestiges des guerres et des massacres du XXe siècle... Abordant le passé à partir des résidus et des déchets de l’histoire, l’archéologue est un « chiffonnier du passé ». Il recueille le souvenir des temps anciens, que l’histoire a enfoui ou recouvert, mais qu’elle n’a pas effacé.

Dans cet essai, où Darwin, Freud, Foucault, Derrida, Michel de Certeau, Walter Benjamin fournissent les clefs de l’interprétation, l’archéologie est une science des mémoires sans cesse recomposées, une discipline de l’étude des filiations. Elle devient la science humaine qui explore le « sombre abîme du temps » (Buffon) dans lequel le passé est englouti.

 

Laurent Olivier est conservateur du département d’archéologie celtique et gauloise au Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye. Professeur à l’École du Louvre et enseignant à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE), il effectue actuellement des fouilles sur le site des salines de l’âge du Fer de Marsal (Lorraine).

 

***

 

Ce livre remarquable est issu du mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches soutenu par l’auteur en 2004, dont il donne l’essentiel dans une version allégée.

Le texte intégral du mémoire se trouve ici-même dans la rubrique thèses :

 

http://www.archeogeographie.org/bibli/ouvrages/theses/olivier/l_olivier.pdf

 

On pourra aussi se référer à l’analyse suivante :

http://www.archeogeographie.org/index.php?rub=bibli/ouvrages/theses/olivier

 

Accès privé