Les divisions agraires

dans les apoikiai et les colonies grecques

 

Dossier n° 2

Istros (Roumanie)

 

 

 

 

Les connaissances sur Istros

 

Istros (aujourd’hui Istria ou Histria, en Roumanie) est une fondation milésienne du milieu ou de la seconde moitié du VIIe siècle, située au sud du delta du Danube et sur une côte à lagunes et cordons littoraux.

En 1978, P. Alexandrescu a donné une première approximation de la topographie des environs de la ville. Sa carte a été reprise par Aleksandra Wasowicz comme argument pour dire que les colonies milésiennes ou ioniennes adoptaient de préférence un plan radial (Wasowicz 1999, p. 252-253).

Dans une synthèse récente, Alexandru Avram a fait le point sur le territoire d’Istros (Avram 2006). Il note la chute violente de la culture de Babadag (du nom d’un lieu situé au nord d’Istros), à la fin du VIIIe ou au début du VIIe s., à laquelle succède une importante occupation grecque « archaïque », avec les établissements de Istros, Orgamé, Visina, Sinoe, Caraburum, Nuntasi, Tariverde, Vadu, Corbu de Sus, du cap Midia, et enfin de Sibiora. Les indices de l’occupation renvoient au début du VIe s. (équivalent du hallstatt D). Cependant, pour cette haute période, il est difficile de dire si tous ces établissements font ou non partie de la chôra d’Istros. Mais le fait qu’il s’agisse d’établissements littoraux et de l’intérieur est intéressant, de même le fait que ce sont des établissements ouverts, probablement de nature agricole.

 

Le territoire d’istros à l’époque archaïque.

 

 

Au début du VIe siècle se produit une seconde colonisation qui correspondrait au véritable moment du contrôle du territoire. Elle donne tous ses effets au milieu du VIe siècle.

 

Données nouvelles sur la planimétrie

 

L’examen des missions satellitales disponibles sur Google Earth m’a permis de proposer une cartographie plus précise de nombreuses traces fossiles dont certaines peuvent être rapportées à l’époque grecque.

La carte suivante pointe les sites sur lesquels il est possible de constater des traces parcellaires et viaires fossiles dans le territoire de la colonie d’Istros.

 

Localisation sur l’image aérienne des zones d’observation de parcellaires fossiles, notées arbitrairement de 1 à 10 et de A à D. La colonie est située sur le rivage de la lagune (repère vert).

 

La carte suivante (repères 5 à 7 de la carte ci-dessus) reporte, sur un montage de captures des images satellitales, les traces fossiles lues sur les missions disponibles. Elles dessinent un parcellaire légèrement en éventail, dont les formes intermédiaires sont disposées en quartiers transversaux, entre les grandes voies. Le point de départ des voies dans la nécropole antique elle-même assure la relation avec le site colonial grec.

Ce type de planimétrie s’apparente plus à celui d’Olbia de Tauride qu’à celui de Chersonèsos ou de Tarkankhout. Il n’y a pas d’indices d’un découpage parfaitement géométrique en lots.

Istria (Roumanie). La planimétrie agraire fossile au nord de l’immense nécropole. La colonie est située au su-est de la nécropole.

 

L’extrait suivant donne un autre exemple de parcellaire fossile (site n° 9 de la carte de localisation), au sud du site précédent, et au bord de la lagune. Il s’agit d’une zone située entre les villages actuels de Nuntasi et de Sacele.

Le réseau viaire sert d’appui à un découpage en quartiers parcellaires généralment peu étendus, à l’exception d’une zone de longues bandes (et sous réserve que l’information soit complète, ce qui ne peut être affirmé, car des subdivisions transversales peuvent avoir échappé à l’observation).

Ce type de parcellaire se poursuit sur le site n° 10, situé au sud-est du précédent.

 

Nuntasi et Sacele (Roumanie). Lecture d’un parcellaire fossile visible sur une mission satellite d’avril 2003, disponible sur Google Earth.

 

Le point d’observation le plus méridional, à environ 20 km au sud de la colonie, donne à nouveau exactement le même type de planimétrie, avec des quartiers parcellaires assis sur une ou plusieurs voies curvilignes. Il s’agit du site B de la carte générale, situé à l’est du village actuel de Corbu. L’observation a été faite sur une mission d’août 2007, disponible sur Google Earth.

 

Corbu (Roumanie). Le renforcement des contrastes sur l’extrait d’image satellitale permet de lire un parcellaire fossile disposé en éventail au sud-est du village actuel de Corbu.

 

Sous réserve de travaux de terrain qui permettraient d’asseoir ces hypothèses avec plus d’assurance, notamment quant à la datation de ces parcellaires fossiles, on peut donc conclure :

- que le territoire d’Istros recèle de nombreux parcellaires fossiles organisés selon une division parcellaire par quartiers à partir de voies curvilignes, quelquefois disposées en éventail. Aucune division géométrique orthogonale n’a été décelée.

- que dans un cas avéré, celui de la zone située au nord de la nécropole grecque, on peut faire un lien direct entre cette planimétrie fossile et des vestiges de l’occupation coloniale grecque. il y a donc de fortes chances que ce type de parcellaire soit celui de la colonie grecque.

 

 

GC février 2013

 

 

 

Bibliographie

 

Alexandru AVRAM, The territories of Istros and Kallatis, dans Surveying the Greek Chora. The Black Sea in a comparative perspective, Aarhus University Press, 2006, p. 59-80.

Jean BENOÎT, L’étude des cadastres antiques : à propos d’Olbia de Provence, dans Documents d’Archéologie Méridionale, 8, 1985, p. 25-48.

Philippe BOISSINOT, L’empreinte des paysages hellénistiques dans les formations holocènes de Saint-Jean du Désert (Marseille), dans Méditerranée, 1995, vol. 82, p. 33-40. (disponible sur le portail Persée).

J. E. BORAO-MATEO, Las posibles centuriaciones ampuritanas, dans Annals de l’institut d’Estudis empordanesos, n° 20, 1987, p. 277-326.

John BRADFORD, Ancient Landscapes, Studies in Field Archaeology, ed. G. Bell and Sons, Londres 1957, 298 p.

Michèle BRUNET (éd), Territoires des cités grecques, Actes de la table ronde d’Athènes (1991), 34e supplément au Bulletin de Correspondance Hellénique, Athènes, Paris 1999, 432 p.

Joseph Coleman CARTER, Metaponto. Scoperta del territorio rurale greco, éd. Osanna, Venosa 2008, 400 p. (trad. italienne de l’ouvrage original publié en anglais en 2006).

Ferdinando CASTAGNOLI, Ippodamo di Mileto e l’urbanistica a pianta ortogonale, ed. De Luca, Rome 1956, 108 p.

Alexandre CHTCHEGLOV, Polis et chora, traduction de Jacqueline Gaudey, Les Belles Lettres, Paris 1992, 302 p.

Monique CLAVEL-LÉVÊQUE, Le territoire d’Agde grecque : histoire et structures, dans Michèle BRUNET (éd), Territoires des cités grecques, Actes de la table ronde d’Athènes (1991), 34e supplément au Bulletin de Correspondance Hellénique, Athènes, Paris 1999, p. 177-197.

N. DUBOKOVIC NADALINI, Centurijacija hvarskog agera (Centuriation de l’ager de Hvar), dans Bilten Historijskog arhiva komune hvarske, 1-1, 1959, p. 12.

François FAVORY, Propositions pour une modélisation des cadastres ruraux antiques, dans M. CLAVEL-LÉVÊQUE (ed), Cadastres et espace rural, (table ronde de Besançon, mai 1980), ed. du CNRS, Paris 1983, p. 51-135 (voir notamment les pages 90-107 pour les mesures et les divisions grecques).

Vincent GAFFNEY and Zoran STANCIC, GIS approaches to regional analysis: A case study of the island of Hvar , Znanstveni institut Filozofske fakultete Ljubljana, 1991 (reprinted in 1996), 77 p.

Pia GULDAGER BILDE et Vladimir F. STOLBA (ed), Surveying the Greek Chora. The Black Sea in a comparative perspective, Aarhus University Press, 2006, 346 p.

Max GUY, Cadastres en bandes de Métaponte à Agde. Questions et méthodes, dans « Sur les pas des Grecs en Occident », Études massaliètes 4, 1995, p. 427-444.

Max GUY, Géométrie des parcellaires réguliers : le problème des dimensions, dans G. CHOUQUER, Les formes du paysage, tome 2 : archéologie des parcellaires, ed. Errance, Paris 1996, p. 180-192.

Andrej B. KOLESNIKOV et I. V. JACENKO, Le territoire agricole de Chersonèsos Taurique, dans Michèle BRUNET (éd), Territoires des cités grecques, Actes de la table ronde d’Athènes (1991), 34e supplément au Bulletin de Correspondance Hellénique, Athènes, Paris 1999, p. 289-321.

Sergej D. KRYJICKIJ et Sergej B. BUJSKIH, Aménagement du territoire rural d’Olbia Pontique, dans Michèle BRUNET (éd), Territoires des cités grecques, Actes de la table ronde d’Athènes (1991), 34e supplément au Bulletin de Correspondance Hellénique, Athènes, Paris 1999, p. 273-288.

S. LJUBIC, Faria, Citta Vecchia e non Lesina, Zagreb 1875 (réédité à Stari Grad en 1996).

S. LJUBIC, Studi archeologici sulla Dalmazia, dans Archiv für Kunde österreichischer Geschichts-Quellen 22, 1959, p. 233-276.

Valentina MANZELLI, Le regolarizzazioni agrarie in Crimea e nel territorio di Metaponto : elementi per un confronto, dans Interventi di bonifica agraria nell’Italia romana, Atlante Tematico di Topografia antica, 4-1995, p. 229-240.

J. MLINAR, Merska analiza parcelacije za rekonstrukcijo postopka izmere limitiranega agragrske kolonije Pharos na otoko Hvaru (Analyse métrique dans le but de reconstruire la procédure d’arpentage pour la division du territoire de la colonie grecque de Pharos dans l’île de Hvar), thèse de Université de Ljubljana, 1997.

J. MLINAR et B. SLAPSAK, Error detection and analysis in the study of the pratice of land surveying, the case of the chora de Pharos, island of Hvar, Croatia, voir : http://www.wnt.it/cultura/evolutions/

Claude MOSSÉ, La colonisation grecque dans l’Antiquité, ed. Fernand Nathan, Paris 1970, 192 p.

Galina M. NIKOLAENDO, The chora of Tauric Chersonesos and the cadastre of the 4th-2nd century BC, dans Pia GULDAGER BILDE et Vladimir F. STOLBA (ed), Surveying the Greek Chora. The Black Sea in a comparative perspective, Aarhus University Press, 2006, p. 151-174.

Claude ORRIEUX et Pauline SCHMITT PANTEL, Histoire grecque, collection Premier cycle, PUF, Paris 1995 (4e éd. 2002), 506 p.

Rosa PLANA MALLART, La Chora d’Emporion, Paysage et structures agraires dans le nord-est catalan à la période préromaine, Les Belles Lettres, Paris 1994, 232 p.

Rosa PLANA MALLART, Romanisation et aménagements fonciers dans le nord-est catalan, dans P. N. DOUKELLIS et L. G. MENDONI (éd), Structures rurales et sociétés antiques, Les Belles Lettres, Paris 1994, p. 339-350.

Rosa PLANA MALLART, Cadastre et chôra ampuritaine, dans Michèle BRUNET (éd), Territoires des cités grecques, Actes de la table ronde d’Athènes (1991), 34e supplément au Bulletin de Correspondance Hellénique, Athènes, Paris 1999, p. 199-215.

Claude MOSSÉ et Annie SCHNAPP-GOURBEILLON, Précis d’histoire grecque, collection U, Armand Colin, nouvelle édition Paris 2009, 374 p.

François SALVIAT et Claude VATIN, Le cadastre de Larissa, Bulletin de Correspondance Hellénique, 1974, vol. 98-1, p. 247-262.

François SALVIAT et Claude VATIN, Le cadastre de Larissa de Thessalie. État des questions, dans M. CLAVEL-LÉVÊQUE (ed), Cadastres et espace rural, (table ronde de Besançon, mai 1980), ed. du CNRS, Paris 1983, p. 309-311.

Bozidar SLAPŠAK, Miran ERIC, Branko MUSIC, Darko PLEVNIK, Landscape structures survey in the chora of Pharos, Gis support, visualisation and landscape micro-analysis, dans B. SLAPSAK (ed), On the good use of geographic informations systems in archaeological landscape studies, European Commission, Cost Action G2, Luxembourg 2001, p. 81-93.

Tat’jana N. SMEKALOVA et Sergej L. SMEKALOV, Ancient roads and land division in the chorai of the european Bosporos and Chersonesos on the evidence of air photographs, mapping and surface surveys, dans Surveying the Greek Chora. The Black Sea in a comparative perspective, Aarhus University Press, 2006, p. 207-248.

Z. STANCIC et B. SLAPŠAK, A modular analysis of the field system of Pharos, dans J.C. CHAPMAN, J. BINTLIFF, V. GAFFNEY, B. SLAPSAK (ed.), Recent developments in Yugoslav archaeology, BAR, International Series, n° 431, Oxford 1988, p. 191-198.

Z. STANCIC et B. SLAPŠAK, The Greek field system at Pharos : a metric analysis, Revue des Études Anciennes, n° 101, 1999, p. 113-124.

Aleksandra WASOWICZ, Olbia Pontique et son territoire, L’aménagement de l’espace, Les Belles Lettres, Paris 1975, 252 p.

Aleksandra WASOWICZ, Modèles d’aménagement des colonies grecques : ville et territoire, dans Michèle BRUNET (éd), Territoires des cités grecques, Actes de la table ronde d’Athènes (1991), 34e supplément au Bulletin de Correspondance Hellénique, Athènes, Paris 1999, p. 244-258.

M. ZANINOVIC, Greek land division at Pharos, dans Archaeologia Iugoslavica, 20-21 (1980-1981), 1983, p. 91-95.

Accès privé