Commentaire du fragment 196

du plan cadastral B

 

 

 

Ce fragment appartient à la plaque que Piganiol a nommée III J et il l'a édité sous le numéro 196. Il concerne quinze centuries situées à l'est du kardo maximus . Le sens de l'affichage fait que le nord est vers la droite du plan. La rivière qu'on voit couler est-ouest est la Berre et la voie qui la traverse est la voie dite d'Agrippa, d'Orange à Valence, Vienne et Lyon.

Les centuries forment un quadrillage non parfaitement géométrique puisque, exactement carrées sur le terrain, elles sont ici représentées par des rectangles dont la longueur est dans le sens est-ouest. Noter que les centuries les plus au nord possèdent une large bande blanche et qu'elles ont ont donc une dimension exagérée sur le plan. Le kardo maximus (en haut de l'extrait) est représenté par une large bande, alors que dans l'espace géographique il ne s'agit que d'une ligne d'arpentage comme les autres. Toutes ces raisons font que le plan porte sa part de convention et qu'il ne peut pas être lu comme une carte à l'échelle, ni plaqué sur une représentation planimétrique (carte ou photographie aérienne) sans précaution.

Le développement et la traduction permettent de se rendre compte de l'existence de plusieurs catégories fiscales : les sols immunes ou sans tribut (anciennement assignés aux colons) ; les terres rendues aux Tricastins, les unes cultivables les autres incultes, qui doivent le tribut mais pas le vectigal ; les terres publiques de la colonie qui sont engagées à des preneurs selon un système de fermage (ceux dont les noms sont mentionnés) et qui doivent le vectigal.

 

Pour l'étude détaillée des catégories juridiques et fiscales du plan cadastral d'Orange, voir le fichier Les plans cadastraux d'Orange.

 

 

 

 

Sur l'extrait suivant, la coloration fait ressortir une zonation sensible dans ce secteur du plan cadastral.

En jaune, les centuries où il n'y a que des terres assignées aux colons, celles où tout a été approprié et rien n'a été rendu à la population locale.

En vert, celles où la res publica (collectivité des citoyens romains d'Orange) possède des terres concédées qu'elles loue ou engage selon le système du fermage.

En violet les centuries où l'espace est partagé entre terres assignées aux colons et terres rendues aux Tricastins. En élargissant l'échelle, on verrait qu'il n'y apas de terres rendues aux Tricastins à l'ouest de la bande CK II, ce qui permet de suggérer que la route a pu jouer, localement, le rôle de frontière pour le territoire délimité aux Tricastins.

 

 

 

 

GC. juin 2007

 

 

Accès privé