DICTIONNAIRE

DES TERMES ET EXPRESSIONS

DE L’ARPENTAGE ROMAIN

 

 

Ce dictionnaire des termes et expressions gromatiques (adjectif désignant l’art de ceux qui utilisent la groma pour arpenter) comporte un peu plus de 1460 entrées. Il est destiné à faciliter la compréhension des notions techniques qu’utilisent les arpenteurs romains. Il est fondé sur l’exploitation du corpus des textes gromatiques, ensemble de textes antiques concernant l’arpentage, la géométrie et les controverses agraires, ainsi que de quelques inscriptions cadastrales romaines.

C’est un dictiononaire progressif. Une première version a été publiée dans l’ouvrage suivant : Gérard Chouquer et François Favory, L’arpentage romain, Histoire des textes - Droit - Techniques, ed. Errance, Paris 2001.

Une version augmentée a été traduite en roumain par Marius Alexianu et publié en fin 2006 à Iasi :

G. Chouquer et Fr. Favory, Dictionar de cuvinte si expressii gromatiche, Cuvânt înainte si traducere de Marius Alexianu (Univers. Iasi), Casa editoriala Demiurg, Iasi 2006, 222 p.

C’est cette dernière version qui sert de base à la présente publication, augmentée d’un peu plus d’une centaine d’entrées nouvelles.

 

Ce dictionnaire n’est pas exhaustif, et, pour chaque entrée, il ne comporte pas les références de la totalité des emplois du terme ou de l’expression dans le corpus, mais seulement le premier emploi, ou quelques emplois caractéristiques. De ce point de vue, le recours à l’index de l’édition Lachmann reste essentiel pour effectuer des recensements plus complets, même si ce dernier comporte des oublis ou des choix.

En règle générale, on s'est borné à ne donner que l'étymologie proposée par les auteurs gromatiques, lorsqu'il y a lieu, sans la confronter à d'autres étymologies antiques ou modernes.

En revanche, en lien avec les développements de la recherche sur les textes des arpenteurs romains, on y trouvera des notions qui n’ont pas été répertoriées par les savants allemands du XIXe s., et qui nous paraissent importantes. De même, nous avons joint quelques données issues de l’épigraphie, notamment des plans cadastraux d’Orange.

 

 

Le système des références est le suivant :

Deux éditions des textes gromatiques sont disponibles :

— F. BLUME, K. LACHMANN et A. RUDORFF, Die Schriften des römischen Feldmesser, Berlin 1848-1852, 2 vol. ; réimpression chez Georg Olms, Hildesheim 1967 (les textes sont dans le volume 1 de 1848).

— Carl THULIN, Corpus agrimensorum romanorum, Opuscula agrimensorum veterum, coll. Teubner, Stuttgart 1913, réimpression 1971.

C’est à ces deux éditions que renvoient les références :

- 145, 5-6 Th (ou La), signifie, p. 145, lignes 5-6 de l’édition Thulin (ou de l’édition Lachmann)

 

Les noms des auteurs sont abrégés.

- Fr = Frontin

- Hyg. = Hygin

- Hyg. Grom. = Hygin Gromatique

- Ps.-Hyg. = Pseudo-Hygin

- Ag. Urb. = Agennius Urbicus

- Ps.-Agen. = Pseudo-Agennius Urbicus

- Sic. Flac. = Siculus Flaccus

- Iun. Nyps. (ou Nips.) = Iunius Nypsius (ou Nipsius)

- Epaph. = Epaphroditus

- Vitr. Ruf. = Vitruvius Rufus

- Isid. = Isidore

- Comm. anon. = Commentateur anonyme

 

Autre abréviations couramment employées dans le dictionnaire.

Casae = Casae Litterarum, « Maison des lettres », titre de cinq listes de domaines.

Cod. Théod. = Code Théodosien.

De iug. met. = De iugera metiundis, La mesure des jugères, opuscule tardif.

Dig. = Digesta Justiniani, ou Digeste, compilation de la jurisprudence romaine éditée en 533 ap. J.-C. et publiée par Mommsen.

Exp. term. = Expositio terminorum, liste de bornes de diverses provinces.

Lib. col. = Liber coloniarum, titre d’un répertoire de cités italiennes publié dans l’édition Lachmann.

 

 

 

 

α — lettre grecque alfa, alfa ; dans les listes des Casae litterarum semble désigner, par analogie avec la forme de la lettre majuscule, un type de domaine adossé à une montagne (2e liste : 318, 20 - 319, 2 La ; 3e liste = Expositio litterarum finalium : 325, 12-14 La).

A — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 250 pieds (Expositio podismi, 358, 15 La).

A — lettre latine majuscule sur une borne ; indique la proximité de confins et la présence d’eau vive (Expositio terminorum, 363, 1-2 La).

A — A ; lettre latine majuscule ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 310, 4-17 La ; 4e liste : 327, 4-6 La ; 5e liste : 331, 10-20 La).

Abluvio — alluvion : enlèvement de la terre par l'érosion fluviale (voir adluvio) (Ps.-Agen. 42,15 Th ; Sic. Flac. 114,28 Th = 150, 27 La).

Abolitus finis — limite effacée : cause de controverse agraire et motif de plainte (Ag. Urb. 28, 9 Th).

Ab solo — du sol : expression désignant, lors d’une fondation coloniale, le choix d’un site vierge, non encore mis en culture ; s’oppose à locus cultus (Hyg. Grom. 154,14 Th = 191,14 La).

Absolutus – qui ne contient pas de mesure, qui n’est pas divisé ; expression caractéristique du Liber coloniarum (220,2 ; 224,15 ; 227,8 La ; etc.). Voir aussi insoluta loca.

Accepta — lot attribué à un colon (Ps.-Ag., 35,7-8 Th ; Hyg. 73,8 Th = 112, 3 La ; Sic. Flac. 120,17, 22, 24 Th = 156,11, 16, 17 La ; Hyg. Grom. 137,2 Th = 172,6 La ; Iun. Nyps. 293,21 La).

Acceptio in centuriis — lotissement dans les centuries (Sic. Flac. 120, 24 Th = 156, 18 La).

Acnua, agnua, agna — en Bétique, mesure de surface de 120 x 120 pieds, soit 14 400 pieds carrés, équivalant à l'actus quadratus (Deformatio, 245,7, 246,1 La ; Mensurarum genera 339,17 La).

Actio de pastu pecoris — action sur la pâture du bétail : action en justice en cas d'empiètement du bétail sur le terrain d'autrui.

Actio de termino moto — action pour déplacement de bornes ; voir à Controversia de positione terminorum.

Actio finium regundorum — action pour la fixation de la limite : action en justice pour un litige portant sur la fixation de la limite, notamment à l’intérieur de la bande de cinq pieds qui ne peut être appropriée (usucapée) ; voir à Finium regundorum. 

Actuarius — « actuaire », mot intraduisible : se dit d'un limes d'une centuriation tracé en premier et plus important que les axes ordinaires ; désigne donc les quintarii qu'on rencontre toutes les cinq rangées de centuries ; il a une largeur de 12 pieds (Hyg. Grom. 133,12-13 Th = 168,9-10 La ; 157, 11-12 Th = 194, 11-12 La) ; dans la scamnation décrite par Hygin Gromatique, nom des axes : le deuxième limes est un actuarius (170, 9-11 Th = 207, 9-11 La).

Actus – droit de circulation, chemin ; en droit rural, c'est le chemin qu'on peut emprunter avec un véhicule et où on peut faire passer des troupeaux ; un chemin qui a le droit d'actus bénéficie également de l'iter (Sic. Flac. 121,21 Th = 157, 14 La).

Actus – tracé ou ligne issus d’un arpentage (Hyg. Grom. 142, 13 Th = 178, 2-3 La). 

Actus — mesure de base de la métrologie romaine : l'actus linéaire est une longueur de 120 pieds (environ 35,48 m) (Balb., 95, 8 La ; Deformatio, 245, 13 La).

Actus maior — voir à Actus quadratus.

Actus minimus — actus le plus petit : surface de 4 pieds de large sur 140 de long (Isid., 367, 23 La) ; ou de 4 sur 120 pieds (De mensuris, 372, 8 La ; Altercatio, 407, 17 La).

Actus quadratus (dit encore actus maior) — actus carré (actus le plus grand : 372, 18 La) : mesure de 120 x 120 pieds, soit 14 400 pieds carrés, ou un demi-jugère (environ 12, 59 ares), soit un quart d’heredium (Balbus, 94, 11 ; 95, 8 La ; Deformatio, 245, 6 La., etc.) ;  la centurie classique carrée de 2400 pieds de côté contient 400 actus quadrati.

Acutus angulus — angle aigu.

Adiudicatus — atrribué à : le territoire de Caudium est attribué à la colonie de Bénévent (Lib. col. 232, 7-8 La).

Adjudicataire – voir possessor, manceps.

Adluvio ou alluvio — alluvion : atterrissement qui se forme dans le lit des fleuves et des rivières (Sic. Flac. 114, 28 Th = 150, 26-27 La) ; voir aussi à abluvio.

Ad modum ubertatis — en fonction de la fertilité : expression d’Hygin Gromatique pour indiquer que les terres vectigaliennes de Pannonie ont été classées en six catégories supportant un impôt différent (Hyg. Grom., 168,16 Th = 205,15-16 La) ; voir à arvi primi, arvi secundi, prati, silvae glandiferae, sylvae vulgares, pascua.

Ad pascendum communiter vicinis — pour le pâturage en commun des voisins : expression qui désigne la terre restant (ager relictus) après la division (De agris, 369, 12-14 La).

Adsignatio, adsignatus – assignation, assigné ; très nombreuses références dans le corpus ; voir assignation, ager adsignatus.

Adsumptivus status primae controversiae — statut assomptif de la première controverse (Agen. Urb., 29, 22-23 Th = 69, 20 La) : voir à Assumptivus.

Adtestatio — attestation (Ps.-Agenn., 36,15 Th). 

Advocatio — consultation, appel en justice (Comm. Anon., 70,18 Th = 25, 33 La)

Aedes — temple : on en mesure les limites et on inscrit leur nom sur le plan cadastral (Hyg. Grom. 161, 8 Th = 198, 7 La).

Aena tabula — table de bronze : l’un des supports sur lequel on grave le plan cadastral (Sic. Flac. 118, 16-19 Th = 154, 13-19 La).

Aephi — mesure de capacité pour les matières sèches, valant trois muids, équivalant à l’amphore (De mensuris in liquidis, 376,9-10 La).

Aequalitas — égalité de surface (aequalitas chez Lachmann ; qualitas chez Thulin ; voir à ce mot) ; moyen de preuve utilisé par l’inspecteur ou l’arpenteur, et fondée sur les particularités géométriques des terres (Hygin, 77, 3 et 8 Th = 283, 7 et 12 La).

Aequinoctialis — équinoxial : nom du troisième cercle divisant le ciel en deux parties égales, et qui détermine, lorsque le soleil le parcourt, une division égale entre le jour et la nuit (Hyg. Grom., 149, 21 - 150, 5 Th = 186, 6-11 La).

Aes — bronze : plan cadastral (Sic. Flac. 102, 9-10 Th = 138, 11 La, pour l’assimilation entre aes et forma) ; voir forma.

Aes miscellum – bronze mélangé : indication sur le plan cadastral du nom de soldats ayant remplacé ceux auxquels le lot avait initialement été attribué et qui ont été tués lors de la reprise des combats (Sic. Flac. 126, 26 – 127, 5 Th = 162, 9 –19 La).

Aestimatio soli — estimation du sol : estimation de la valeur du sol pour l’établissement du montant du vectigal (Hyg. Grom. 168, 12-13 Th = 205, 12 La).

Aestimatio secundum formam — estimation selon le plan cadastral : lorsque les plans cadastraux sont entretenus (que la mémoire est récente), rien n’empêche de recourir à la mesure du lot pour trancher une affaire de possession (Ps.-Agen. 35, 18-19 Th).

Aetas arborum — âge des arbres : moyen de preuve utilisé pour définir le lieu (Hyg. 92, 22-23 Th = 129, 17-18 La ; Comm. An., 61, 25 Th).

Ager adsignatus – territoire assigné : nom générique d’un type de territoire (Nomina agrorum : Noms des terres, Lib. col. 246, 25 La).

Ager adsignatus colonicus, ager colonicus — territoire assigné à des colons : territoire sur lequel on a fondé une colonie et assigné des terres à des colons, civils ou militaires ; en ce sens, s'oppose à l'ager viritim adsignatus (Ps.-Ag., 23,6 Th ; Lex Mamilia…, 264,13 La).

Ager adsignatus per professiones – territoire assigné par des déclarations : assignations effectuées sur des terres dont leurs possesseurs ont été invités à déclarer (professio) les terres qu’ils possédaient ; ce mode d’assignation ne suppose pas la réalisation d’une limitation (Sic. Flac. 121, 1-5 Th = 156, 22-26 La ; légende de la vignette de Minturnae : agri adsignati per professiones, fig. 89 Th =150 La).

Ager alluvius — voir à Alluvius ager.

AGER ANNIANUS — territoire, terre ou domaine d’Annius : mention portée dans une centurie du plan cadastral C affiché à Orange (Piganiol 1962, 296-297).

Ager arcifinius, arcifinalis (dit encore ager solutus) — territoire arcifinal ; territoire dont on a écarté -arcere- les occupants, territoire qui n'a pas de limites : territoire qui n'est embrassé par aucune mesure et qui ne possède pas une frontière bornée et arpentée (Sic. Flac. 102, 1-2 Th = 138, 3-4 La, faisant l’assimilation entre ager arcifinalis et ager occupatorius ; De agris, 369, 15-18 La).

Ager Caesarianus adsignatus — territoire césarien assigné : nom générique d’un type de territoire (Nomina agrorum : Noms des terres, Lib. col. 247, 16 La).

Ager centuriatus — territoire centurié (Sic. Flac. 127, 27 Th = 163, 11 La) ; nom générique d’un type de territoire (Nomina agrorum : Noms des terres, Lib. col. 246, 25 La).

Ager centuriatus ex vicino territorio — voir à ager sumptus ex vicino territorio.

Ager citratus — territoire en-deçà (du kardo maximus) : nom générique d’un type de territoire (Nomina agrorum : Noms des terres, Lib. col. 247, 6 La).

Ager colonicus — territoire colonial : (Ps.-Agen., 23, 6 Th = 35, 14-17 La ; Lex Mam., 264, 13 La)

Ager commutatus ex beneficio Augusti — terre échangée par la faveur d'Auguste ; terre donnée en échange à quelqu'un pour l'indemniser d'une confiscation de sa propre terre ; on dit aussi redditum et commutatum pro suo, « rendu et échangé contre le sien » ; nom générique d’un type de territoire (Nomina agrorum : Noms des terres, Lib. col. 247, 19 La). Voir à Commutatus.

Ager compascuus — terre pâturée en commun ; terre indivise en friche que des propriétaires voisins se réservent pour leur troupeau, contre redevance ; voir à Compascua et à Ad pascendum communiter vicinis.

Ager concessus, fundus concessus — terre, ou domaine concédé(e) : domaine d'une superficie plus grande que le lot attribué aux colons, que le fondateur laisse à son ancien propriétaire pour le distinguer, et qu'il place directement sous la juridiction de la colonie ; voir à Concessus fundus.

Ager cultellatus — territoire cultellé (voir aussi à cultellation, cultellatum) : nom générique d’un type de territoire (Nomina agrorum : Noms des terres, Lib. col. 247, 10 La).

Ager cultus — territoire cultivable, ou cultivé : partie du territoire déjà mise en culture avant qu'on y procède à une division, et qui est préférentiellement assignée aux colons (236,20 La) ; territoire codifié par une loi d'Auguste dite « qua falx et arater exierit » (voir à cette expression).

Ager datus et adsignatus — territoire donné et assigné : désigne le territoire donné par lots à des colons, civils ou militaires (Front., 9,1 Th = 21,5 La ; Sic. Flac., 119,29 Th = 155,24 La ; Lex Mamilia, 263,15 La).

Ager decumanus — territoire provincial soumis à la dîme ; Agri decumates : les Champs décumates, soumis à cet impôt.

Ager dextratus – territoire situé à droite (du decumanus maximus) : nom générique d’un type de territoire (Nomina agrorum : Noms des terres, Lib. col. 247, 4 La).

Ager divisus et adsignatus — territoire divisé et assigné : expression juridique et technique désignant un territoire divisé par une limitation, en vue d'une assignation ; l’une des trois catégories de base des terres chez Frontin (Front., 1, 3-4 Th = 1, 3-4 La ; Hyg., 80, 14 Th = 117, 12 La).

Ager epipedonicus — territoire borné avec des bornes médianes (voir à epipedonicus terminus) : nom générique d’un type de territoire (Nomina agrorum : Noms des terres, Lib. col. 247, 12 La).

Ager exceptus — terre exceptée : domaine que le fondateur se réserve pour lui-même ou qu'il donne en pleine propriété à un citoyen romain bien méritant ; c'est une terre libre de charges ; voir à Excepta, exceptus fundus.

Ager extra clusus et non adsignatus— terre hors (de la zone) close et non assignée : zone exclue, non divisée, située en marge de la zone divisée par la limitation, au-delà de la linea normalis qui entoure cette dernière (Front., 3, 13-15 Th = 8, 1-2 La ; Hyg. Grom., 161,13-21 Th = 198, 12-20 La ; Terminorum diagrammata, 341, 31 La ; Demonstratio, 398, 13-15 La) ; c’est une terre publique dont la gestion revient à l’Etat, à une colonie, à une collectivité locale, à une ville étrangère, à des lieux sacrés ou religieux ; sujet d’une des quinze controverses agraires (Front., 9, 3-12 Th = 21, 7- 228 La ; Ps.-Agen., 47, 9-22 Th).

Ager immunis (inmunis) — terre immune : terre libre de redevance qui s’oppose à l’ager vectigalis  (Hyg. Grom. 168, 5 Th = 205, 5 La).

Ager intercisivus — expression intraduisible (on propose le néologisme « intersécant ») qui apparaît seulement dans un texte tardif et qui renvoie à des territoires situés dans des vallées et divisés par des lignes qui séparent, par opposition à aux plaines divisées par des limites rectilignes (397, 5 La).

Ager in tetragonon — territoire (divisé) en carrés (Lib. col. 219, 2 La).

Ager iugarius in quinquagenis iugeribus — territoire labouré (par des bœufs attelés) divisé en cinquante jugères : nom générique d’un type de territoire (Nomina agrorum : Noms des terres, Lib. col. 247, 17 La).

Ager limitatus — expression intraduisible en raison de l’équivoque due au mot “limité” en français, qui signifie borné, inscrit dans des limites, alors qu’ici il s’agit d’indiquer la division par des chemins (ou limites) : territoire divisé par des axes ou limites (Front., 2, 4-7 Th = 5, 3-5 La ; Ps.-Agen., 31, 19-20 Th ; Hyg. Grom., 162, 12 Th = 199,11 La) ; d’où le substantif limitatio, voir à ce mot.

Ager mensura per extremitatem comprehensus — territoire embrassé par le mesurage à ses extrémités : territoire dont l'administration romaine ne prend pas en charge la division interne ; terre mesurée sur son pourtour et pouvant être globalement notée sur la forma, comme pour les temples (Hyg., 80, 7-13 Th = 117, 5-11 La ; Sic.-Flac., 127, 14-20 Th = 162, 28 - 163, 4 La ; Hyg. Grom., 161, 8-12 Th = 198, 7-11 La) ; selon Frontin, l’ager mensura conprehensus est celui qui est tout entier assigné à une cité, comme certains territoires en Espagne citérieure, ou celui qui définit le sol tributaire dans de nombreuses provinces (Front., 1, 4 ; 1,15 – 2,7 Th) ; on mesure ainsi les compascua dont la possession est attribuée aux colons (Hyg. Grom. 164, 13-16 Th = 201, 13-17 La).

Ager meridianus in XXV iugeribus — territoire orienté au midi et (mesuré) en 25 jugères : nom générique d’un type de territoire (Nomina agrorum : Noms des terres, Lib. col. 247, 18 La).

Ager Neronianus podismatus — territoire néronien mesuré en pieds : nom générique d’un type de territoire (Nomina agrorum : Noms des terres, Lib. col. 247, 15 La).

Ager non adsignatus – territoire non assigné ; zone de l’ager publicus qui n’est pas assignée aux colons : c’est le cas de la regio extra clusa et non assignata (fig. 129 Th = 190 La).

Ager normalis — territoire découpé à l’équerre, à angle droit : nom générique d’un type de territoire (Nomina agrorum : Noms des terres, Lib. col. 247, 11 La).

Ager novalis — jachère, jachère remise en culture : terre en jachère remise en culture par le premier labour, ou qui est mise au repos en alternance (De agris, 369, 18-21).

Ager occupatorius – terre “occupatoire” (néologisme), dite aussi terre arcifinale (voir à Ager arcifinius) : terre dont les occupants ont été chassés, qui a été déclarée ager publicus, et laissée à la libre occupation des vainqueurs pour être cultivée (Sic. Flac. 102, 1-8 Th sq. = 138, 1-10 La) ; il n’y a pas de plan cadastral pour ces terres (Sic. Flac., 102, 9-15 Th = 138, 11-17  La).

Ager occupatus : voir à Occupatus finis ; Ager solutus.

Ager privatus – territoire privé ; terre donnée aux colons et qui entre dans leur dominium, par opposition à celle qui reste publique et ne peut qu’être possédée sous la forme de la possessio ; l’expression n’est pas connue du corpus, mais apparaît dans la loi agraire de 111 sous la forme ager privatus vectigalisque (Lex agr. 49, 66).

Ager publicus populi Romani — territoire public du peuple romain ; désigne les terres que Rome prend aux peuples qu'elle soumet et qu’elle transforme en bien public des citoyens romains (l’expression n’apparaît pas sous cette forme dans le corpus : voir à Populi Romani territoria) ; elle les affecte aux colons, à une collectivité (res publica), à la vente ou à la location pour en tirer profit ; sur l’ager publicus, la res publica perçoit le vectigal (voir ce mot).

Ager quaestorius — territoire questorien : terre prise au peuple vaincu, et vendue par les questeurs au profit du peuple romain (Sic. Flac. 100, 8-13 ; 116,20  sq. Th = 152, 22-23 ; 154, 1 La).

Ager redditus — terre rendue : désigne les terres qui ont été confisquées en vue d'une assignation et qui, après division et distribution des lots aux colons, ont été rendues à leurs occupants indigènes car on n'en a pas eu besoin (l’expression n’apparaît pas sous cette forme dans le corpus : voir à Reddita, Redditum).

Ager relictus — territoire restant, après la division (De agris, 369, 12-14 La) ; voir à loca relicta.

Ager rudis provincialis — terre inculte de province : expression par laquelle est désignée la terre non travaillée qui se trouve comprise dans une opération de division et d’assignation (Hyg. Grom. 166, 3 Th = 203,7 La).

Ager scamnatus — territoire divisé par une scamnation ; nom donné à un territoire divisé par des centuries rectangulaires de 20 par 24 actus (Iun. Nips., 293, 15-17 La).

Ager scripturarius — terre laissée pour le pâturage transhumant, et soumise à l'impôt pesant sur les terres pâturées, dit scriptura.

Ager sinistratus — territoire à gauche (du decumanus maximus) : nom générique d’un type de territoire (Nomina agrorum : Noms des terres, Lib. col. 247, 5 La).

Ager solitarius Syllanus — territoire Syllanien isolé, (délaissé ?) : nom générique d’un type de territoire (Nomina agrorum : Noms des terres, Lib. col. 247, 9 La).

Ager solutus — terre libre : terre non arpentée, dite encore terre arcifinale, par opposition à la terre dont les confins peuvent être définis (Sic. Flac. 101, 16-18 Th = 137, 21-24 La).

Ager squalidus — terre stérile, inculte (De agris, 369, 21-23 La).

Ager subsecivus — terre formée de subsécives (mot intraduisible : voir à subsecivum pour la définition technique) ; nom générique d’un type de terre ou territoire (Nomina agrorum : Noms des terres ; Lib. col. 246, 27 La).

Ager sumptus ex vicino/ex alieno territorio — terre prise au territoire voisin/étranger ; on trouve aussi ager centuriatus ex vicino territorio, terre centuriée à partir d’un territoire voisin (Hygin  81, 12 Th = 118, 10 La) : expression désignant les terres réquisitionnées sur un autre territoire que celui sur lequel a été installée la colonie, afin de compléter les besoins en terres pour l'assignation ; ces terres forment une « préfecture » (Sic. Flac. 124, 9-24 Th = 159, 26 – 160, 14 La).

Ager tessellatus — territoire divisé en petites pièces carrées (comme des tessellae de mosaïque) : nom générique d’un type de territoire (Nomina agrorum : Noms des terres, Lib. col. 247, 9  La).

Ager tetragonus — territoire carré (voir à tetragonon) : nom générique d’un type de territoire (Nomina agrorum : Noms des terres, Lib. col. 247, 8 La).

Ager trientabulus ou trientabilis — territoire trientabulus (terme intraduisible) : nom donné au domaine public engagé à des possessores par la loi agraire de 111 av. J.-C., pour pouvoir rembourser ses créances, et faisant allusion au tiers de la somme due par l’État (CIL I1 200, 31 = CIL, I2, 585, 31 = FIRA n° 8 ; Girard 1889, I, n° 7 ; Girard et Senn 1977, II, n° 8 ; Lintott 1992).

Ager tributarius — terre tributaire : la terre qui doit le tribut, et qui n’est pas, selon le Pseudo-Agennius, celle d’une colonie, d’un municipe, d’un castellum, d’un conciliabulum, d’un domaine privé (Ps. Agen. 23, 5-8 Th).

Ager triumviralis — territoire triumviral : territoire dont la division a été faite, à l'époque triumvirale, à l'aide de centuries de 50 jugères, soit de 10 x 10 actus ; nom générique d’un type de territoire (Nomina agrorum : Noms des terres, Lib. col. 247, 13 La).

Ager tutelatus — territoire en tutelle : biens publics donnés à une collectivité pour permettre l'entretien de ses édifices publics, de ses remparts (ex. une forêt pour extraire du bois de construction, ou de chauffage pour les bains publics) ; ils sont inaliénables (Ps.-Agen. 46,22-25 Th ; fragment attribué à Hygin par Lachmann - 114,3-5 La -, non retenu par Thulin).

Ager uliginosus — terre marécageuse : terre qui est toujours humide (De agris, 369, 23-25 La).

Ager ultratus — territoire au delà (du kardo maximus) : nom générique d’un type de territoire (Nomina agrorum : Noms des terres, Lib. col. 247, 7 La).

Ager vectigalis — terre soumise au vectigal (terme intraduisible) : terre publique du peuple romain ou des collectivités territoriales de citoyens romains, mise en location contre le versement par les preneurs d'une redevance ou vectigal (Hyg., 79, 5-16 Th =116, 5-15 La) ; on trouve des terres vectigaliennes dans l’ager divisus et adsignatus ; dans les terres vectigaliennes, on peut rencontrer une action en fixation de limites (278, 1-12 La) ; la terre arcifinale vectigalienne doit être réduite à la mesure (Hyg. Grom. 167, 17 sq Th = 204,16 sq La) ; elle s’oppose à l’ager in(m)munis (Hyg. Grom. 168,4-5 Th = 205,4-5 La).

Ager viritim adsignatus — territoire sur lequel on a installé des colons nominalement, sans fonder une colonie (Sic. Flac. 118, 15 Th = 154,12 La ; 125,10 Th = 160,22 La) ; voir à Viritim.

Agger — talus, levée de terre pour servir d’assise à une voie militaire, digue pour contenir l’eau (Ps.-Agen. 24, 10 Th ; Isid., De agris, 370, 14-16 La avec l’orthographe ager).

Agna — aune, voir aussi à ulna : mesure de longueur valant 4 pieds ; il y a 600 agnae dans le côté d’une centurie de 20 actus ou 2400 pieds (Epaph. et Vitr. Ruf., Guillaumin 1996, 44-45).

Agnua – mesure agraire de 14 400 pieds carrés, soit la valeur d’un actus quadratus (voir à cette expression). Voir à Acnua.

Agrestes areae — espaces ruraux, par opposition aux espaces urbains (urbanae areae) : une mesure de même nom, comme le candetum gaulois, peut avoir une valeur différente selon qu’elle concerne la campagne ou la ville (Isid., De mensuris agrorum, 368, 9-11 La).

Agrestium solum — sol agreste : ce qui a été assigné en tutelle à une cité, c’est-à-dire les forêts dont la ville a besoin pour l’entretien de ses œuvres publiques ; voir à Ager tutelatus.

Agri regii — terres royales : exemple de la Cyrénaïque (Hyg., 85, 17 Th = 122, 16 La).

Agri rudes — terres en friches des grands domaines ; voir aussi à rudus ager provincialis.

Agrimensor — mesureur de champs ; arpenteur agraire : le mot n’est pas attesté dans le corpus gromatique où l’on emploie plutôt mensor (voir à ce mot).

Alignement — voir à rigor, linea.

Alluvion — voir à abluvio et adluvio-alluvio ; nom d’une des quinze controverses agraires.

Alluvius ager — terre alluviale : ce que le fleuve peu à peu rend à la terre (Isid., De agris, 369, 14-15 La).

Amarum solum — sol ingrat : le sol infertile qu’on n’assigne pas aux soldats (Sic. Flac. 120, 8-9 Th = 156, 1-3 La).

Ambitus  — passage, chemin qui contourne : en droit, passage entre deux édifices voisins, séparant deux parcelles urbaines (Sic. Flac. 121, 21 Th = 157, 14 La) ; ambitus locus : passage de deux pieds et demi entre édifices voisins (Isid., De agris, 370, 27-30 La).

Amblygonium   — angle obtus (Podismus, 297, 1 La).

Amicirculus quadratus — en demi-cercle (hemicirculus ?) et carré ( ?) (sous entendu terminus) ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus, Lib. col., 250, 17 La).

Amphora — amphore : céramique dont la tête peut être utilisée comme borne (voir à vertex amphorae).

Amphora – mesure de capacité : le pied carré concave contient une amphore de trois muids (Balbus, 96, 13 La ; Guillaumin 35 ; 296, 4 La) ; mesure valant deux urnae (376, 8-9 La).

Amplonianus – nom d’un manuscrit gromatique des XIe ou XIIe s., originaire d’Allemagne, provenant de la bibliothèque privée d’Amplonius Ratinck dit Amplonius de Berka, humaniste mort en 1435. Aujourd’hui conservé à Erfurt.

Analogia — analogie, rapport, relation d’intervalle : terme utilisé par Agennius Urbicus pour désigner les rapports géométriques, harmoniques ou mathématiques, tels les contraires, les quintes, les sixtes, etc. (25, 21-27 Th).

Angulus clusaris — angle de fermeture d’une centurie. Traditionnellement interprété de la façon suivante : sur le sommet d'une borne divisée par une croix de limitation (decussis), angle dans lequel il n'y aurait aucune inscription, et désignant la centurie dont la borne porte les coordonnées (Hyg. Grom. 158,1 Th = 195,1 La) ; expression longuement réexaminée par Guillaumin qui propose le sens suivant : « angle de fermeture qui caractérise tout centurie du réseau ; dans cet angle, le plus éloigné du centre du système, est placée la borne portant l’inscription des coordonnées qui définissent la centurie ». Donc contrairement à toutes les lectures faites jusqu’ici, y compris par Guillaumin lui-même dans la traduction d’Hygin gromatique, ne se rapporte au dessin du sommet de la borne, mais au terrain lui-même où est située la borne (Guillaumin, 2003).

Angulus exterior — angle extérieur ; angle de fermeture d’une centurie, défini par rapport au DM et au KM ; dit aussi angulus clusus (Hyg. Grom., 159, 15-17 Th = 196, 12-14 La).

Annona publica — annone publique : fourniture à assurer au soldat de passage ou à tout autre escorte, par exemple de la paille ou du bois (Sic. Flac. 129, 18-22 Th = 165, 4-8 La).

Antica — à l’avant : dans le mode de repérage de l’espace attribué par les arpenteurs aux Étrusques, ce terme désigne la partie qui, à partir de la ligne sud-nord, est à l’avant par rapport au sens de la course du soleil ; transposé dans l’arpentage romain, se dit de la partie qui se trouve au-delà du cardo, et s’oppose à postica (voir ce mot). Selon Frontin, Hygin Gromatique et Dolabella, c’est un terme de la « discipline étrusque » ; voir cette expression (Front. 11, 8 Th = 28, 3 La ; Hyg. Grom. 132,4 Th = 166, 17 La ; 303, 23 ; 304, 6) ; qualifie un type de limites (249, 29 La).

Antica consuetudo — ancienne coutume : expression qui désigne, chez Hygin Gromatique, la façon traditionnelle d’orienter les axes d’une limitation (Hyg. Grom. 134, 15 Th = 169, 14 La).

Anticipalis — préliminaire : terme juridique ; voir à controverse générale préliminaire.

Antictonon — mot grec désignant la partie du monde la plus proche du sud (Ag. Urb. 22, 19-20 Th).

Anti(o)ecumene — terme grec intraduisible désignant la partie de la terre opposée à la partie habitée (ou oecumene), délimitée par l'Océan Atlantique et l'étoile du matin, et contenue entre l'Océan méridien et austral (Ag. Urb., 22, 14-17 Th).

Antipodon — antipode ; terme grec désignant la partie du monde la plus proche du septentrion, ainsi nommée « parce qu'elle occupe l'autre largeur de l'hémisphère et que selon le calcul du quart du zodiaque habitable, elle est pressée par les pas à l'envers de ceux qui (y) marchent » (Ag. Urb. 22, 20-23 Th).

Aquae ductus — droit d’amener, de laisser passer l’eau : l’une des quatre servitudes prédiales de base du droit romain (Sic. Flac. 110, 20 Th = 146, 19-20 La).

Aquae publicae ac vicinales — eaux publiques et vicinales ; ce sont les cours d’eau qui ne peuvent être concernés par une assignation (Hyg. 83,15 Th = 120, 14-15 La).

Ara — autel : autel utilisé comme signe de bornage, portant le nom du fondateur et indiquant les frontières de la colonie (Hyg. Grom. 161, 16-17  Th = 198, 15-16 La) ; autel placé à 15 pieds d’un temple faisant limite et lui-même situé à la rencontre de plusieurs possessions (Dolabella, 302, 20 – 303,3 La).

Ara sacrificalis — autel pour les sacrifices : élément servant au bornage (Lib. col., 241, 5 La).

Arapennis — arpent : voir à arepennis.

Arbiter — arbitre : arpenteur appelé à rendre un avis en cas de conflit pour la fixation de limite ou de bornage, mais qui occupe un rang inférieur dans la hiérarchie judiciaire par rapport au iudex ; il peut être employé par l’arpenteur lors de certains litiges (Ps.-Agen., 33, 19-25 Th).

Arbor ante missa — arbre mis auparavant : arbre remarquable anciennement planté et servant de repère de bornage (Lib. col., 241, 2-3 La).

Arbor clavicata — arbre planté de clous ; arbre marqué pour servir de limite (44,18 La = 75,11 La). Thulin, dans son édition (34,14), ne retient pas ce mot, pourtant noté sur le ms Arcerianus B, et le remplace par plagatas = blessés, d’ailleurs sur une suggestion infrapaginale de Lachmann, lequel déjà s’étonnait du mot clavicatas et ne le comprenait manifestement pas.

Arbor finalis — arbre marquant une limite (finis) : arbre utilisé pour désigner une limite, dont on examine l’essence (Sic. Flac., 107,14-18 Th = 143,14-19 La) ; que les possesseurs mitoyens peuvent s’entendre à abattre (Sic. Flac., 108,6-11 Th = 144, 6-11 La) ; arbre planté à l’extérieur d’un fossé, ce qui peut conduire à des controverses si c’est le fossé qu’on prend pour limite (Sic. Flac.,112,18-21 Th = 148,15-18 La) ; qu’il est criminel d’essarter (Cod. Théod., 270,5 La) ; élément de bornage cité dans l’expositio terminorum (361,23 La).

Arbor insignis — arbre marqué d’un signe : nom d’un type d’arbre servant de bornage dans certaines régions (Ps.-Agen., 34,16 Th).

Arbor intacta — arbre non taillé : arbre naturel non taillé servant quelquefois de limite (Sic. Flac. 107, 16 Th = 143, 16 La) ; arbre utilisé comme élément de bornage en Dalmatie (Lib. col., 241, 3 La).

Arbor naturalis — arbre naturel : arbre naturel, spontané, servant à indiquer une limite par rapport à une plantation (Sic. Flac., 107, 15 Th = 143, 15 La).

Arbor nota — arbre remarquable : arbre particulier servant de bornage (Ps.-Agen. 34, 17 Th).

Arbor notata — arbre portant une marque : il peut s’agir d’une croix, d’un gamma, etc. (Ps.-Agen. 34, 13 Th).

Arbor peregrina — arbre étranger : arbre d'essence exotique servant à indiquer une limite (Lib. col., 262,3 ; Magon et Vegoia, 350,9 ; Exp. term., 361, 23 La) ; quelquefois associé à la notion d’arbor ante missa (Lib. col., 253,23 ; 260,5 La) ; l’arbre exotique peut être signalé par une borne portant telle ou telle marque (Latinus 306, 1-3 et fig. 239 La ; 309, 2-3  et fig. 249 La).

Arbor plagata — arbre blessé : arbre portant une marque (ex. croix en fer) pour servir de limite  (Ps.-Agen. 34,14 Th) ; voir à Arbor clavicata.

Arbor terminalis —  arbre servant de borne (Cod. Théod., 270, 6 La) : voir Arbor finalis. 

Arbor stigmata — arbre stigmatisé : en Picenum, arbre portant une marque et servant de bornage (Ps.-Agen. 34, 16 Th).

Arborea tabula — table de bois : l’un des supports sur lequel on grave le plan cadastral (Sic. Flac. 118, 16-19 Th ; arbores finales dans l’édition Lachmann, 154, 15, ce qui est incompréhensible).

Arca constituta — réservoir institué comme borne (Casae, 310, 14-15 ; 311, 4 ; 331, 16-17 La ; etc.).

Arca finalis — citerne (ou coffre ?) faisant limite (Lib. col., 241, 2 La).

Arca in quadrifinio — citerne sur un quadrifinium ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes (Terminorum diagrammata, 341, 16 et fig. 288 La).

Arcella — petite citerne, ou bien borne-coffre : borne située à un trifinium (Vitalis, 352, 13-14 La ; Peyras 1999, 199-201)

Arcerianus — nom d'une collection gromatique illustrée, composée à la fin du Ve et au début du VIe s. ; c'est la plus ancienne collection connue. Son nom vient de l'humaniste Johannes Theodoretus Arcer (1538-1604) qui l'a possédée au XVIe s. Elle est conservée à Wolfenbüttel (Allemagne).

Arcifinal — francisation du terme arcifinius, dans l’expression ager arcifinius : qui concerne le territoire arcifinius ou arcifinalis,  lequel ne contient pas de mesures et de limites ; voir à cette expression.

Arcifinalis ager — voir à Ager arcifinius ou arcifinalis.

Arcifinium — borne de l’ager arcifinius (voir à cette expression) ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 32 La).

Area — place, surface, emplacement : espace public urbain entourant les temples, les remparts et les tours, loués contre paiement d'un solarium (Piganiol 1962, 343-385) ; sens plus général en 368, 9 La : in aeris urbanis, dans les espaces urbains, en ville).

Area — aire d’une figure géométrique (Frontin, 16, 1 Th = 32, 4 La ; De iug. met., 355, 22 La).

Arepennis / arripennis — arpent : mesure équivalant à un actus quadratus ou à un semiiugerum (372, 17 La ; 407,21 - 408, 1 La) ; même mesure dite arapennis en Bétique (368,1 La).

Ars — métier, profession, science ; terme désignant le savoir ou métier d’arpenteur (ex. Frontin, 14, 24 Th = 26, 6 La ; Ag. Urb. 25,4 Th) ; par extension, le professionnel lui-même (Hygin, 76, 1-2 Th = 282, 7 La) : voir à Artifex.

Ars mensoria — l’art de la mesure : désigne le métier d’arpenteur, la pratique des arpentages ; la compilation du savoir propre à l’arpentage, qui comprend, selon Agennius Urbicus, six parties : 1- le professionnel (artifex), 2 - l’art de l’arpentage (ars), 3 - les mesures (scientia metiundi), 4 - les controverses (controversiae), 5 - les assignations et répartitions de terres (adsignationes et partitiones agrorum), 6 - les délimitations par des bornes (finitiones terminorum) (Ag. Urb. 25, 3-14) ; au sens figuré, l’intervention de l’arpenteur par rapport à l’intervention du juge (Agen. Urb. 40,12 Th) ; titre du quatrième traité (ou chapitre) de l’œuvre de Frontin (15-19 Th = 32-34 La).

Artaba — mesure de capacité valant trois urnae, ou encore quatre muids et demi (De mensuris in liquidis, 376,10 La) ; mesure perse (précision de Lachmann), égyptienne (Gaffiot).

Artifex — professionnel, maître dans un art, auteur (Agen. Urb. 25, 4 ; 30,22 Th).

Artificium agri mensurae — l’art de mesurer le sol (Casae 314, 3 La).

Arvi primi — labours de première catégorie : première catégorie de terres dans le classement des terres soumises au vectigal, d’après l’exemple de la Pannonie (Hyg. Grom. 168,14 Th = 205, 13-14 La).

Arvi secundi — labours de deuxième catégorie : deuxième catégorie de terres dans le classement des terres soumises au vectigal, d’après l’exemple de la Pannonie (Hyg. Grom. 168, 14 Th = 205, 14 La).

As – mesure de douze onces (Mensurarum Genera, 340,8 La)

As, asses — monnaie(s) : pièces de monnaie qu’on place quelquefois comme signe (signum) ou témoin sous une borne pour prouver son emplacement (Sic. Flac. 104, 20-21 Th = 140, 18 La).

Aspratilis terminus — borne rugueuse : borne « qui s’est figée à la manière de la maçonnerie de Signia (signinum coagulatum = faite de tessons concassés) » (Genera lapidum finalium, 306, 26-27 La) ; « présentant des parties qui offrent un aspect mélangé, avec des pointillés », indiquant un trifinium (Latinus, 309, 13-14  et fig. 253 La) ; nom d’une borne (Terminorum Diagrammata, 341, 23 et fig. 295 La).

Assignare — “assigner” : selon A. Roth-Congès, constituer un limes comme ligne de confins par des repères ou par un bornage aux mesures spécifiques (Casae, 314, 24-25 La).

Assignation — distribution de terres à des citoyens romains, civils ou militaires : voir à Ager datus et adsignatus, Ager datus colonicus, Nominatim, Viritim.

ASSIGNATUM ILLI TANTUM — assigné à un tel, tant : exemple d’expression qu’on doit trouver sur le plan cadastral (Sic. Flac. 119, 18 Th = 155, 13 La).

Assumptivus — assomptif, externe : statut d'une controverse dont la cause dépend d'arguments extérieurs, le fait lui-même ne pouvant prouver ; le statut de la première controverse, sur la position des bornes, est “assomptif”, et “passe” (transcendo) dans la controverse du rigor, et dans celle de la limite, parce que l’emplacement des bornes ne peut être défini s’il n’y a pas eu au préalable tracé d’un rigor ou d’une limite (Comm. anon., 70, 9-11 Th).

Asteriskos – étoile, équerre d’arpentage (cf. Héron, Dioptr., 33).

Attinae — terme intraduisible : tas de pierre ressemblant à des murs et utilisés pour servir de limite (Sic. Flac. 102,21 – 103,1 Th = 138,23 – 139,1 La).

Auctor divisionis et adsignationis — l'auteur de la division et de l’assignation : désigne le magistrat qui a reçu le pouvoir d'installer un contingent de colons et de leur assigner des terres après division du sol (Hyg. 88, 6 Th = 125, 7 La ; 96, 15 Th = 133, 3 La) ; dit aussi conditor, fondateur (Front., 9, 5 Th = 22, 1 La).

Auctor iuris — auteur juriste, jurisconsulte : expression par laquelle Hygin désigne Cassius Longinus, fameux jurisconsulte (Hyg. 87, 15-16 Th = 124, 15, La).

Auctores — auteurs : dans l'Antiquité tardive, juges et agents de l'Etat, chargés d'une mission d'administration en matière de bornage des territoires et des propriétés et investis de l'auctoritas de l'empereur (307,1, 14, 22 ; 310, 2 ; 342, 14 ;  343, 20 ; 345, 23 ; 347, 2 ; 348, 17 ; 351, 12 ; 352, 7 La).

Augusteus in trifinio — (borne) augustéenne sur un trifinium ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes  (Terminorum diagrammata, 341, 6 et fig. 278 La).

Austral — nom du cinquième cercle divisant le ciel, symétrique du septentrional (Hyg. Grom. 150, 4 Th = 186,9 La).

Autel — voir à ara.

 

B — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 350 pieds (Expositio podismi, 358, 16 La).

B — lettre latine majuscule sur une borne ; indique la présence d’un carrefour à deux voies ou d’un cours d’eau (Expositio terminorum, 363, 3-4 La).

B — B ; lettre latine ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 310, 18 - 311, 8 La ; 4e liste : 327, 7-9 La ; 5e liste : 331, 21-28 La).

β — Beta, lettre grecque beta : dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 319, 3-15 La ; 3e liste = Expositio litterarum finalium : 325, 12-14 La).

Bene meriti — les biens méritants : personnes qui ont rendu service à Rome et qui sont distingués et récompensés par des dons, ou par le traitement particulier de leurs propres terres (Hyg. Grom. 160,12 Th = 197,10-11 La ; Agen. Urb. 40, 10 Th).

Basis — base d’un triangle rectangle ; voir à cathetus.

Basis — base ; nom d’une borne : voir à mensalis terminus.

Beneficium — bénéfice : voir à Ex beneficia Augusti.

Bermula (= Hermula) — petit Hermès ; cippe surmonté d’une tête et d’un buste du dieu, utilisé comme borne de frontière ou borne de limite de propriété ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 26 et fig. 298 La).

Bes — les deux tiers de l’as ou 8 onces (Mensurarum genera, 340, 4 La : uem) ; mesure de surface de 19 200 pieds carrés, soit 2/3 de jugère (Columelle, De re rustica, V,1).

Bifurcus terminus — borne fourchue : borne dite aussi samardacus, marquant un carrefour de trois limites (Latinus, 305, 22-23 La).

Bifurtium samartia — borne fourchue : dite samartia, et qui indique un trifinium (Exp. limitum, 360, 20-22 La) ; voir ci-dessus à Bifurcus terminus.

Bilamna (lapis) — (pierre) double-lame [bilamna : en fait bilamma] : borne (Vitalis, 352, 21-22 La).

Bina jugera — les deux jugères : expression désignant la superficie d'un heredium, divisé en deux parties égales (deux jugères), taille emblématique du lot archaïque, sans doute en rapport avec l'usage alterné des jugères dans un assolement à l'époque archaïque (Pline, NH, 18, 2, 7 ; Frontin, 14, 1-3 Th) ; voir à Iugerum, Heredium, Sors.

Bipertitio (bipartitio) — bipartition : division matérielle d’un espace en deux, fondant la limite et générant les deux controverses matérielles principales, limite (fines) et lieu (locus) (Ps.-Ag. et surtout Ag. Urb. 26, 11-27 Th).

Botontinus, botontinus terrae, (botontonus) — monticule de terre (360, 22 La) ; tas de terre utilisé comme élément de limite, là où les bornes sont peu nombreuses (361, 22 La) ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 18 et fig. 290 La).

Brumalis — “brumal” ; nom du quatrième cercle divisant le ciel, symétrique du solsticial (Hyg. Grom. 150, 2 Th = 186, 8 La).

 

C — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 650 pieds (Expositio podismi, 358, 17 La).

C — lettre latine majuscule sur une borne ; indique qu’on ne s’éloigne pas de la centurie (Expositio terminorum, 363, 5-6 La).

C — C ; lettre latine ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 311, 9-24 La ; 4e liste : 327, 10-15 La ; 5e liste : 331, 29 - 332, 6 La).

Cadus (généralement au pluriel, cadi) — mesure de capacité, du nom du récipient de terre en forme de jarre, valant trois urnae, 12 congii ou 72 sextarii, ou encore 4 muids et demi (De mensuris in liquidis, 476, 10 La ; Pline, 14, 96) ; mesure attique selon le Gaffiot.

Caesalis (lapis) — (pierre) de taille, qualificatif de la pierre de Tibur (Latinus, 306, 21 La).

CAG — lettres gravées sur une borne indiquant une limite de domaine de 400 pieds (Casae Litterarum liste 1 = De litteris, 310, 8 La ; A. Roth-Congès propose de corriger le texte de Lachmann et per pedes CAG p. CCCC en : per lapides CAG p. CCCC ; J. Peyras propose d’y lire C(enturiae) AG(ri) (DHA, 28/1, 2002, p. 141).

Calavio, calafio , kalafio — terme incompris : se réfère  un élément servant au bornage (401, 21 ; 406, 25 La).

Calx — chaux : fragments de chaux qu’on place quelquefois comme signe (signum) ou témoin sous une borne pour prouver son emplacement (Sic. Flac. 104, 20-21 Th = 140, 18 La).

Camarsus, carmasus — Selon A. Roth-Congès, recueil portant des renseignements divers concernant les confins, la loi, le droit et la police agraires (camarsus : Casae 332, 14 La ; carmasus : Casae 336, 1 La). On « examine », on « recherche dans » le camarsus.  Selon J. Peyras (DHA, 30/1, 2004, p. 170, note 42), qui part du fait qu’il ne peut s’agir d’un toponyme, le mot doit être interprété comme le propose J.-Y. Guillaumin : il s’agirait d’un dérivé du mot grec kamakion, latinisé en camacium, et à mettre en rapport avec une borne fourchue.

Campi Tiberiani — Champs Tibériens : nom donné au territoire situé entre Rome et Tibur (Tivoli) (Lib. col. 218, 9 ; 254, 5 ; 255, 28 ; 258, 19 La).

Canabula et noverca — mots généralement associés désignant des canalisations (de drainage ?), utilisée comme élément de bornage (241, 11 La ; 255, 22-23 La) ; construits en tuiles (227, 14 La).

Canabula — nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 20 et fig. 292 La).

Cancellatio — disposition en treillis, en grille : nom donné au plan cadastral d'une zone  limitée, c’est-à-dire divisée par des limites (Sic. Flac. 118,21 Th) ; voir aussi à forma ; nom donné à la division effectuée au moyen de limites (Lib. Col. 209, 14-15 La). 

Cancellatus — en forme de grille, carroyé comme un plan ou cancellatio : centurié, en parlant d’une région (Hygin, 82, 3 Th = 118, 25 La).

Candetum — mesure de surface gauloise : soit une mesure agraire de 150 x 150 pieds soit 22 500 pieds carrés, ou de 150 pieds carrés (?) ; soit encore une mesure urbaine de cent pieds carrés (De mensuris agrorum, 368, 9-11 La).

Canna — jalon provisoire qu'on pose lors d'un arpentage ; c’est un poteau de section carrée et de dimension assez grandes pour pouvoir être visé par-delà une borne.

Capax - capable : terme juridique qualifiant une controverse qui peut ouvrir sur, ou conduire à une autre controverse ; ainsi de la controverse sur le rigor qui peut aussi concerner une controverse sur la position d’une ou de plusieurs bornes, car une borne a pu être bougée auparavant (Agen. Urb., 31, 11-18 Th) ; le contraire est dit incapax.

Capitanae litterae fundorum — lettres capitales des domaines ; nom générique donné aux lettres majuscules désignant les domaines, telles les Casae litterarum (voir à cette espression) ; ces lettres ont une signification différente de celles qui indiquent les « systèmes des bornes » (Exposito terminorum, 362, 30-31 La).

Capitulum perticae — embout de perche : partie en bronze fixée aux  extrémités d'une perche d'arpenteur, permettant la mise bout à bout de plusieurs perches (Frontin, 17, 19 Th).

Caput centuriae — tête de centurie : désigne l’angle d'une centurie qui est le plus éloigné par rapport au gromae locus, et où se trouve la borne portant les coordonnées de cette centurie (Iun. Nips., 286,13 ; 288,7 ; 293,2, 18 La) ; où l’on trouve des termini emicicliores, voir à cette expression (Vitalis et Arcadius, 344,16-17 La) ;  où l’on trouve des bornes avec des lettres singulières (Litterae singulares, 353,11 La).

Caput de aquila — tête d’aigle sculptée au sommet d’une borne pour indiquer que la ligne d’arpentage traverse la montagne (Latinus, 305, 3 La).

Caput limitis — tête de limes : c’est-à-dire probablement le début d’un axe d’une limitation (Vitalis, 307,16 La ; cf. CIL V, 2546 = ILS 5986).

Carbo, Carbones — charbon(s) : signe (signum) ou témoin qu’on place quelquefois sous une borne pour prouver son emplacement (Sic. Flac. 104, 20-21 Th = 140, 17 La).

Carbunculus — tas de pierres, soit de pierres rougeâtres, soit de pierres avec des charbons (?) (Lib. col., 227, 16 ; 228, 6 ; 243, 11 ; 252, 6 et 21 ; 256, 9 ; 259, 26) ; selon Guillaumin, il s’agit de pierre volcanique, de pouzzolane, disposée en tas (2004, 110-111).

Cardo — voir à kardo.

Carmasus — voir à camarsus.

Casa — maison ou domaine ; terme générique utilisé dans cinq listes dites Casae litterarum (voir à cette expression), pour désigner des maisons ou domaines comprenant des fermes, des terres, des voies, des cours d’eau, et dont les arpenteurs définissent les confins.

Casae litterarum — maisons des lettres : expression désignant des textes de l’Antiquité tardive (au plus tôt fin IVe s., d’après J. Peyras) portant sur des modes de délimitation et de bornage (310-338 La) ; un titre repris du manuscrit Gudianus (331,8-9 La) laisse penser que ces textes peuvent être liés à l’abandon de la disposition de la loi Mamilia (voir à lex Mamilia) par une décision de Valentinien II du 26 juillet 385.

Casalis, casalia — petite ferme ; terme employé une quinzaine de fois dans les Casae litterarum pour désigner probablement une dépendance agricole (315, 25 et 31 La ; certaines dépendances ont des terres en propre : 319, 28-29 ; 323, 11-13 La) ; autre occurrence en 362, 8-10 La. 

Castellum — forteresse, redoute (Ps.-Agen. 23, 7 Th).

Castramétation — arpentage du camp ; mot formé à partir de castrum, camp militaire, et de metatio, arpentage au moyen de jalons ; c'est l'art de l'arpentage des camps militaires, illustré par un traité du Pseudo-Hygin.

Castrense iugerum, Castrensis iugerus — jugère castrensis : mesure de surface de 28 800 pieds carrés, de 288 perches carrées ; la forme castrensis est un hapax (De iugeribus metiundis, Guillaumin, 199, note 131 ; Martin et Grélois, 273).

Castrum — camp militaire : Hygin Gromatique compare les colonies de plan régulier à quatre portes à des camps militaires (in morem castrorum) (Hyg. Grom., 144, 11-12 Th = 180, 3 La)

Cathetus — cathète : le petit côté de l’angle droit d’un triangle rectangle ; dit aussi “hauteur” ou “perpendiculaire” (Epaphroditus et Vitruvius Rufus, Guillaumin 143), en raison de la façon dont la figure est présentée (l’angle droit étant en bas à gauche), ce qui donne la base (le côté long de l’angle droit), la hauteur ou cathète (cathète = la ligne qu’on fait tomber verticalement sur la base), et l’hypoténuse (droite qui “sous-tend” l’angle droit) [d’après Guillaumin, p. 125 note 11].

Cautio — document, titre de garantie, contrat (?) : document de garantie auquel il faut se reporter, en cas de mesure ; il peut s’agir du plan, d’un registre annexe au plan dans lequel on note les transactions, ou encore d’un contrat entre deux parties (Hyg., 96,2-4 Th = 132, 15-18 La).

Cava — creux, fossé : utilisé comme élément de bornage dans certains territoires (Hyg. 75, 6  et 10 Th = 281, 8 et 12 La ; Lib. Col. 217, 1 La ; 409, 13 La).

Cectoria — fossé public (Casae, 334, 15-16 ; 338, 9-10 La).

Censere — recenser : recensement des personnes et des biens par le censeur (Lib. col., 218, 2 La) ; exemple des nombreuses interventions de Vespasien comme censeur pour contrôler les terres imposables (Lib. col., 236, 3 La ; 243, 11 La ; etc.).

Centuria — centurie : unité intermédiaire d'une centuriation, partagée en 100 heredia ou bina iugera ; équivalant à 200 jugères ou 600 muids, et de 9600 pieds de périmètre, mesurant 480 x 480 pas, 20 x 20 actus, 1600 x 1600 coudées (Balbus 96,14-16  La) ; de 2400 pieds par 2400, de 240 perches (perticae) sur 240, de 600 agnae sur 600, de 57 600 perches (carrées), de 5 760 000 pieds carrés, de 400 actus quadratus (Lib. col. 245, 5-9 La = Epaprhoditus et Vitruvius Rufus, Guillaumin 192-193) ; nom donné à l'unité intermédiaire principale d'une centuriation, quelles qu'en soient la mesure et la forme ; étymologie : à l’origine la réunion de cent lots de deux jugères (Sic. Flac. 117, 26 – 118,3 Th = 153, 26 - 154, 3 La) ; différentes tailles de centurie (Sic. Flac. 123, 19 – 124,8 Th = 159, 9-25 La).

Centuria — centurie : dans l’ager quaestorius, la centurie est une unité de 50 jugères dite aussi plinthis ou laterculus (Sic. Flac., 115, 21-24 Th = 152, 24-27 La ; Hyg., 78,16 - 79,4 Th = 115,15 - 116,4 La ; Magon et Vegoia, 349, 17-21 La).

Centuria — centurie : en Espagne, mesure de superficie locale, de valeur inconnue, qu’il faut convertir en jugères (Hygin 85,9 Th = 122,8 La).

Centuria — centurie : collège de possesseurs, attestés en Espagne à l'époque flavienne (CIL II 128*; inscription de Carmona : dédicace à Ceres Frugifera faite par les collèges d'arpenteurs et les centuries de huit villes de Bétique ; CIL II, 1064 : inscription provenant d'Arva, mentionnant des centuriae).

Centuria Augustea — centurie augustéenne : désigne les centuries d’une limitation décidée par Auguste (ex : Saepinum, Lib col., 237, 16 La).

Centuria quadrata — centurie carrée : les deux cents jugères de la centurie forment un carré de 20 par 20 actus ; mais on peut obtenir la même surface avec des centuries de 16 par 25 actus, comme à Bénévent, et les centuries ne sont pas carrées (Sic. Flac. 124, 2-8 Th = 159, 20-25 La).

Centuria vacua — centurie vide : voir à vacuae centuriae.

Centuriare — centurier : diviser une terre par la centuriation (Hyg. Grom. 167, 2-3 Th = 204, 5 La).

Centuriatio — centuriation : forme classique de la limitation romaine, à partir d'un quadrillage d'axes équidistants, définissant des unités carrées ou rectangulaires, dites centuriae (Hyg., 81, 1 Th = 117, 24 La).

Centuriatio — centuriation : nom quelquefois donné au plan cadastral issu de cette division (Sic. Flac. 118, 20 La = 154,17 La) ; voir aussi à forma.

Centustatus — ( ?) nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 6 La).

χ — chi ou X : lettre grecque c ; dans une des listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 324, 28 - 325, 2 La).

Chôra — en Grèce ancienne, territoire d'une cité (polis), par opposition à la ville (asty).

Chorobate — instrument de nivellement, en bois.

Chorographiarius item caelator — arpenteur topographe et aussi graveur : « graveur de plans cadastraux » (Nicolet dans MEFRA, 1988, 127-138) ; « arpenteur et graveur sur bronze d’actes authentiques » (Arnaud 1995, 253). Titre connu par l’inscription d’un prétorien de Vérone (AE, 1947, 61).

Cinis, Cineres — cendre(s) : signe (signum) ou témoin qu’on place quelquefois sous une borne pour prouver son emplacement (Sic. Flac. 104, 20-21 Th = 140, 17 La).

Cippus — cippe, colonne funéraire : il ne faut pas le prendre par erreur pour une borne (Sic. Flac. 104, 4 Th = 140, 2 La).

Circulatus per ramos mitae acutae similis — texte corrompu, sans doute à l’origine circulatus perrami (idis ?) acutae similis (cf, perramus : 416, 2 La = pyramida), borne arrondie à la manière d’une pyramide pointue (la métaphore n’est guère pertinente !) ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 2 La).

Cissura (= scissura) — coupure, division : incision, en forme de fente (taliatura) sur une borne indiquant un mont ; élément faisant partie des signa terminorum (Expositio, 360, 17-19 La).

Cisterna — citerne : élément pouvant servir au bornage (Expositio, 361, 7-8 La).

Citra kardinem — en deçà du kardo (principal) ; désigne la région ou partie située en deçà du kardo maximus, c’est-à-dire la partie en arrière de l’arpenteur lorsqu’il regarde dans le sens de la visée du decumanus principal.

Citratus — en-deçà ; qualifie une partie du territoire (pars agri) située en-deçà du kardo principal (Iun. Nips., 290,18 ; 291, 11-12 ; 292, 12 La) ; nom de ce territoire (ager citratus : Nomina agrorum, 247, 6 la).

Claudere – refermer : en terme d’arpentage, vérifier la qualité d’un maillage par le bouclage ou refermement correct d’un groupe de centuries ; quintarios claudere : refermement opéré sur un saltus de 5 x 5 centuries (Hyg. Grom., 154, 16 Th = 191, 16 La) ; quadraturam claudere : refermement d’un ensemble carré délimité par des quintarii (Hyg., 72, 14-16 Th = 112, 9-11 La).

Claudianus terminus — borne claudienne : se dit d’une borne qui est taillée en forme de cassette (arcella) (Lib. Col., 227, 5 La ; Fautus et Valerius, 308, 25-26 La).

Clima, Clymmata,Climata — mesure de surface de 3600 pieds carés (60 x 60 p.) (Boeth., 407, 19 La ; Isid., 367, 25 La ; De mensuris excerpta, 372, 11 ; 372, 15 La).

Clivus — pente : pouvant servir à indiquer une limite (Front., 10, 9 Th = 24, 5 La ; attribué à Frontin  43, 14 La ; Ps.-Agen., 49,17-18 Th = 89, 17 La).

Clusares anguli — voir à Angulus clusus.

Coctus testacius (= testaceus) terminus — borne en terre cuite, dite « petite jarre » [Latinus, 306, 21 La].

Collectaculum de carbonibus in calce — récipient à charbons en pierre calcaire : élément utilisé comme bornage (Expositio terminorum, 361, 31 La).

Collectio petrarum — entassement de pierres : élément de bornage signalé en Apulie et en Calabre (262, 2 La).

Collegia agrimensorum — collèges d'arpenteurs : associations d'arpenteurs attestées en Espagne à l'époque flavienne.

Colonia — colonie : selon Hygin Gromatique, le mot viendrait du fait que les colons (de colo, colere, qui signifie à la fois cultiver et habiter) se consacrent à la culture de la terre (140, 16-20 Th = 176, 1-6 La) ; ainsi appelées, selon Siculus Flaccus, parce que les Romains ont envoyé dans les municipes des colons, pour contenir les anciens peuples locaux, ou pour repousser les incursions ennemies (99, 9-12 Th = 135, 20-23 La).

Colonia maritima — colonie maritime : nom donné aux premières colonies, parce qu’on les déduisait sur la mer (sur la côte), ou parce que l’Italie s’avance dans la mer (Sic. Flac. 99, 12-16 Th = 135, 23-136,1 La).

Coloniae — de la colonie : terme (abrégé COL) désignant les loca publica concédés à la colonie, dans les plans cadastraux  d’Orange (Piganiol 1962) ; voir aussi à Reliqua iugera coloniae (RELI COL).

Colonicus (ager, limes, mos) — voir à Ager colonicus ; Limes colonicus ; More colonico.

Columniacus lapis — pierre en forme de colonne : de l’époque des Gracques (Lib. col. 242,8 La)

Commentarii, Commentarii divisionum et assignationum — commentaires, commentaires de la division et de l’assignation : ou encore livres de bronze, libri aeris : recueils de commentaires dans lequel le fondateur note les décisions qu'il a prises en complément d'une opération de division ; document qui reste après la mission d’un magistrat fondateur et auquel on se réfère ; documents accompagnant le plan cadastral et également conservés dans le « sanctuaire du prince » (Sic. Flac., 119, 1-4 Th = 154, 24-26 La).

Communalia — communaux : nom donné en Étrurie aux lieux restants, souvent boisiés, qui n’ont pas été donnés aux vétérans (Ps.-Agen. 39,16 Th).

Commune aut publicum ius — droit commun ou public : expression d’Hygin pour désigner les terres relevant du droit public, telles les subsécives (Hyg., 78, 3 Th = 284, 5 La).

Communia — (pâturages) communs : en Italie, pâturages assignés de façon indivise à des colons ; dits aussi dans certaines provinces pro indiviso (Front., 6, 8-10 Th =15, 6-7 La).

Commutatus — échangé : les possesseurs auxquels on rend des terres dont on n’a pas eu besoin pour l’assignation, les échangent entre eux pour avoir des terres d’un seul tenant ; on le note sur le plan cadastral (Sic. Flac. 119, 20-27 = 155, 15-22 La ; 120, 1 Th = 155, 25 La) ; voir aussi à Ager commutatus ex beneficio Augusti.

Compagina litterarum — fichier des lettres ; selon A. Roth Congès, assemblage des fiches décrivant les domaines par des lettres (Casae, 338, 11 La).

Comparatio culturae — comparaison des cultures : moyen de preuve utilisé dans la controverse sur le lieu, pour définir la continuité de l’occupation du sol, de son mode de mise en valeur (Hyg., 92, 21 Th = 129, 16 La) ; voir à Continuatio soli ; Comparatio vineae.

Comparatio vineae — comparaison des vignes : moyen de preuve utilisé dans la controverse sur le lieu, pour définir la nature de l’occupation du sol (Hygin, 93, 2-3 Th = 129, 20 La).

Compascua (ou conpascua) — pâturages communs : ce sont les terres publiques qui, en raison de leur âpreté ou de leur stérilité, n’ont pas été mises en adjudication et restent indivises (Hyg., 80, 1-6 Th = 116, 26- 117, 4 La ; 80, 20-21 Th = 117, 18-19 La ; 83, 16 Th =120, 16 La ; Sic. Flac., 121, 16-18 Th = 157, 9-11 La ; Hyg. Grom., 164, 11-16 Th = 201, 12-17 La) ; appelés communia en Italie, et pro indiviso dans les provinces (Front., 6, 8-10 Th =15, 6-7 La).

COMPASCUA PUBLICA IULIENSIUM — pâturages communs publics des Iulienses : exemple de formule par laquelle on note sur le plan cadastral des pâturages publics indivis attribués aux colons en plus de leur lot, et pour lesquels il doivent une redevance faible (Hyg. Grom. 165, 1-3 Th = 202, 2-4 La) ; COMPASCUA : c’est un genre de subsécives (Sic. Flac. 121, 16-17 Th = 157, 9 La).

Comportionales termini — bornes de délimitation des lots, dans le cas de distribution de lots à des vétérans (Comm. An., 59, 17-18 Th = 10, 15-16 La et 71, 8 La ; 40, 11 La).

Comprehendere — embrasser plusieurs jalons dans une même visée (Hyg. Grom., 135, 2-5 Th = 170, 4-7 La).

Comprehensio — mesure par le pourtour (méthode décrite, mais sans empoi du terme, par Front., 15, 13-21 Th ; Hyg. Grom. 155, 17- 156, 16 Th = 192, 17 -193, 15 La).

Comprehensus ager ­— voir Ager mensura per extremitatem comprehensus.

Concedere — concéder : verbe désignant le fait de remettre à quelqu’un de la terre ; on concède des subsécives à une res publica ; on concède sa propre terre à un indigène qu’on ne veut pas spolier (Sic. Flac. 119, 11-13 Th = 155, 7-8 La).

Concessa — concédés : expression par laquelle on note cette catégorie de terres dans les plans et les tables de bronze, le plus souvent en abrégé (Hyg. Grom. 165, 4-9 Th = 202, 5-10 La).

CONCESSA COLONIAE  — concédés à la colonie : formule qu’on rencontre sur le plan cadastral pour indiquer des terres publiques du peuple romain qui ont été concédées à la res publica des colons pour être gérées comme terres vectigaliennes ; l’expression concerne les subsécives, par exemple sous la forme : SUBSECIVA CONCESSA IULIENSIBUS, subsécives concédés aux Iulienses (Hyg. Grom. 165, 7 Th = 202, 8 La). 

Concessus fundus — domaine concédé : fonds qui excède ce qu’il était permis à quiconque de posséder d’après les termes de l’édit, et donné à titre de faveur, soit à un vétéran en plus de son lot, soit à un possesseur en plus de sa possession ; le fonds est ramené dans le droit de la colonie ; il est inscrit sur le plan cadastral par son nom et avec celui à qui il est concédé, ex : « domaine de Seianus concédé à L. Manilius, fils de Seius » (Hyg. Grom. 160, 8-21 Th = 197, 7-19 La).

Conclusus — borné, délimité (Ps.-Boeth., 398, 3 La).

Conditiones agrorum — conditions des terres : expression par laquelle les auteurs gromatiques désignent les classements juridiques et gromatiques des terres : terres occupées ou arcifinales, terres divisées et assignées, elles-mêmes subdivisées en nombreuses catégories ; terres vendues ou questoriennes.

Conditor — fondateur (Front., 9, 5 Th = 22, 1 La ; Ps.-Agen. 45, 10 Th) ; voir aussi à auctor divisionis.

Conducere — prendre en adjudication, prendre à ferme par un contrat de conductio. C’est le mode de prise en charge des terres publiques (Hyg., 79,12-16  Th = 116,11-15 La).

Conductio — location, fermage ; voir à conducere, possessio, manceps.

Conductor – locataire, personne prenant à ferme un bien public : voir à conducere.

Conexio — liaison : tous les axes d’un réseau sont liées entre eux par des angles droits (Hyg. Grom. 145, 19-20 Th = 181, 14-15 La).

Confinium — confins ; limite : espace faisant limite entre deux propriétés, et ne pouvant être usucapé (Finium regundorum, 276, 6 ; 278, 5 La) ; on y trouve les lieux sacrés, ou de sacrifice, qui sont à la rencontre de trois ou quatre possessions (Agen. Urb., 105, 22 Th = 141, 20 La ; Comm. Anon., 68,11 Th = 22, 26 La ; Dolabella, 302, 17 La).

Congeriae lapidum — amas de pierre : élément servant de repère de limite dans les terres occupatorii (Sic. Flac. 102, 20 Th = 138, 22 La ; Lib. col., 241, 3 La) ; voir aussi à scorofiones.

Coniuctivus — conjonctif : qualifie une controverse lorsque deux parties sont d'accord pour reconnaître que la limite commune de leurs terres, vérifiée contradictoirement par les angles, ne lèse aucun des deux, et qu’elles signent un acte plutôt que de recourir au juge des limites. L'effet est donc conjonctif, en ce qu'il lie ensemble (conjungere) les parties (Agen. Urb., 28, 24-29 Th).

Con(m)paginentes limites — limites qui joignent les champs (Loi de Tibère sur les sépulcres, 271, 6 La).

Conplactus rumbus ampligoneus — (?) nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus, (Lib. col., 250, 16 La).

Consors – co-bénéficiaire du lot (Loi de Tibère sur les tombeaux, 271, 16 La).

Consortalis linea — ligne indivise entre les lots : ligne mitoyenne, bordant les lots (Lib. Col. 211, 19-20 La ; Iun. Nyps. 289, 19 La).

Conspectus — visée : terme porté sur une vignette illustrant le texte d’Hygin Gromatique (fig. 111 Th ; 172 La).

Conspicere  — viser  (Hyg. Grom., 154, 19 Th = 191,18 La).

Conspicio – visée (voir conspectus ; contemplatio).

Constitutio limitum — la constitution des limites : rite et pratique de mesurage transmis par la tradition, et ayant pour but de diviser un territoire (Hygin Gromatique, 131, 1-2 Th) ; l’expression a été donnée comme titre à l’ensemble du texte d’Hygin Gromatique. Choix, par l’arpenteur, d’un mode d’arpentage du territoire par limitation dans une gamme de formes : centuriatio, scamnatio, strigatio, quadratura (voir à ces mots) ; le terme a ici un sens technique (313, 10-11 La).

Consuetudo, consuetudo regionis — coutume, coutume de la région : terme ou expression désignant les pratiques locales en matière agraire, comme l’emploi de mesures propres à la région, de modes locaux de bornage (Sic. Flac. 103, 9-10 Th = 139, 9-10 La), etc.

Consuetudines finitionum — coutumes de délimitation : emploi de modes locaux de bornage (Hyg., 94, 9 Th = 131, 3 La).

Contemplatio – visée minutieuse dans le cas d’un arpentage : refermer un carré par une boucle, en  retombant sur son point de départ (Hyg. Grom., 154, 19 Th = 191,19 La).

Conternatio — regroupement par trois : action de grouper trois noms de bénéficiaires pour un tirage au sort des lots, sur une même tablette dite tabula (Hyg. Grom. 163, 2-14 Th = 200, 3-14 La).

Continuae possessiones — possessions continues : les terres qu’on rend aux populations indigènes sont des possessions d’un seul tenant, c’est-à-dire respectant la continuatio soli (voir à cette expression) ; on trouve aussi continua possessio (Hyg., 93, 11-12 Th = 130, 7 La ; Comm. Anon., 61, 34 et 62 Th ; Sid. Flac., 110, 21-27 Th = 155, 16-22 La).    

Continuatio soli — continuité du sol : parce que la différence de nature de mise en valeur du sol fait limite, l’arpenteur doit respecter la notion de continuité du sol (Ps. Agen., 34, 7-8 Th) ; ex. : n’assigner que de la terre cultivable aux vétérans, au besoin faire des échanges lorsqu’il rend des terres aux indigènes pour restituer des possessions continues (continuae possessiones), etc.

Controverse agraire — catégorie juridique définissant les actes, les faits ou les situations juridiques, de nature infractionnelle, qui sont susceptibles d’être portés devant le juge ordinaire ou devant l’arpenteur agissant en tant que juge ; il y a quinze controverses agraires (voir ci-après), les deux principales étant les controverses sur le lieu et sur la mesure.

Controverses générales matérielles — classification juridique des deux controverses majeures du droit agraire, 3 - la limite et 4 - le lieu, dont dépendent les autres controverses ; ce sont en effet les deux principales matières à controverses que relève Frontin (4, 1 Th), mais sans leur donner cet intitulé qui est sans doute plus tardif et apparaît chez Agennius Urbicus (26,18-19 et 22-23 Th).

Controverses de statut effectif — qualifie les controverses qui dérivent des deux controverses matérielles générales, c'est-à-dire celles qui ne peuvent se concevoir que si le lieu ou la limite existent ; ces controverses sont : 5 - la mesure ; 6 - la propriété ; 7 - la possession ; 8 - les subsécives ; 9 - l'alluvion (Agen. Urb., 35, 3 ; 39, 1 ; 40, 17 ; 40, 24 ; 42, 3 Th).

Controverses de statut injectif — qualifie les controverses qui proviennent du droit ordinaire et non pas des deux controverses matérielles générales (limite et lieu), et celles qui mettent en cause le droit des particuliers ; ces controverses sont : 10 - le droit du territoire ; 11 - les lieux publics ; 12 - les lieux laissés et délimités ; 13 - les lieux sacrés et religieux ; 14 - l'eau de pluie (à laquelle s'ajoute la controverse sur les égoûts et fossés) ; 15 - les chemins (Agen. Urb., 44, 24 ; 46, 11 ; 47, 9-10 ; 47, 23-24 ; 48, 26-27 ; 49, 12 Th).

Controverse générale préliminaire ou initiale — classification juridique des deux controverses agraires sur 1 - la position des bornes, 2 - le rigor, en ce qu'elles conduisent à la controverse générale matérielle sur la limite (Agen. Urb., 26, 11-27 ; 31, 8 ; 31, 11-12 Th).

Controversia de alluvione — controverse sur l’alluvionnement : controverse de statut effectif, qui porte sur les dommages causés par les cours d’eau. On la trouve chez le Pseudo-Agennius (42-44 Th), chez Hygin (87-88 Th) et chez Frontin (6, 15-16 Th) et chez le Pseudo-Boèce (399, 16- 400, 7 La).

Controversia de aqua pluvia arcenda — controverse sur l’eau de pluie à contenir : dénomination de la controverse sur l’eau de pluie chez le Pseudo-Agennius (48, 26 Th).

Controversia de aquae pluviae transitu — controverse sur le passage de l’eau de pluie : controverse de la liste de Frontin (9, 21- 10, 4 Th) ; dénommée chez le Pseudo-Agennius : controversia de aqua pluvia arcenda (48, 26 Th).

Controversia de arboribus fructibus — controverse sur les fruits des arbres : nom d’une controverse citée par Frontin, ne faisant pas partie de la liste canonique des 15 controverses agraires, parce qu’elle n’appartient pas au sol (10, 14-18 Th).

Controversia de cloacis ducendis et fossis caecis — controverse sur les égouts à conduire et les fossés souterrains : nom d’une controverse ajoutée par le Pseudo-Agennius à la liste des quinze controverses canoniques (49, 9-10 Th).

Controversia de fine — controverse sur la limite (confins) : l’une des quinze controverses agraires, et l’une des deux principales ; voir à Controverses générales matérielles. On la trouve développée chez Frontin (5, 3-9 Th), chez le Pseudo-Agennius (31,27 – 33,11 Th) et chez Hygin (89-92 Th).

Controversia de itineribus — controverse sur les chemins : nom de la dernière des quinze controverses agraires (Frontin, 10, 5-13 Th ; Ps.-Agen. 49, 12 Th ; Hygin, 97, 23 – 98, 5 Th).

Controversia de iure territorii — controverse sur le droit du territoire : controverse de statut injectif, qui porte sur l’attribution des territoires aux différentes collectivités et aux particuliers ; elle porte soit sur le sol urbain, soit sur le sol agreste ; cette controverse est aussi mise en œuvre lorsqu’une cité possède des terres dans un territoire voisin ou étranger, ou lorsque des propriétés privées ou impériales (saltus) sont plus grandes que le territoire de cités voisines. On la trouve chez Frontin (7, 1 -8, 6 Th), le Pseudo-Agennius (44, 24 – 46, 10 Th).

Controversia de locis publicis — controverse sur les lieux publics : controverse de statut injectif qui intervient lorsque quelqu’un possède des lieux qui ne peuvent être assignés ni vendus : chemins, cours d’eau publics, forêts. On la trouve chez Frontin (8,12 - 9,2 Th) ; le Pseudo-Agennius (46,11 - 47,8 Th).

Controversia de locis relictis et extraclusis — controverse sur les lieux laissés et exclus : controverse de statut injectif, qui porte sur les lieux qui n’ont pas reçus de limites au sein ou aux marges d’une territoire divisé. On la trouve chez Frontin (9, 3-12 Th) ; Pseudo-Agennius (47, 9-22 Th).

Controversia de locis sacris et religiosis — controverse sur les lieux sacrés et religieux : controverse de statut injectif, définie par le droit ordinaire, sauf si on discute des biens publics leur appartenant ; voir à loca sacra et loca religiosa. On la trouve chez Frontin (9, 13-20 Th) et le Pseudo-Agennius (47,23 – 48,25 Th).

Controversia de loco — controverse sur le lieu : l’une des quinze controverses agraires, et l’une des deux principales ; voir à controverses générales matérielles ; présente chez Frontin (5,10-15 Th), le Pseudo-Agennius (33,12 – 35,2 Th) ; Hygin 92,25 – 94,15 Th).

Controversia de modo — controverse sur la mesure : controverse agraire, de statut effectif, qui concerne les terres assignées, mais qu’on rencontre aussi dans les autres terres (Frontin, 5,16 - 6,2 Th ; Pseudo-Agennius, 35,3 - 38,25 Th ; Hygin, 94,16 - 96,10 Th).

Controversia de moto termino — controverse sur le déplacement des bornes : autre nom de la controverse sur la postion des bornes (voir à controversia de positione terminorum).

Controversia de positione terminorum — controverse sur l’emplacement des bornes : nom de la première controverse initiale (Frontin, 4, 12-19 Th ; Ps.-Agen., 30,11 - 31,10 Th ; Ps.-Boet., 398, 22-23 et 399, 4-15 La).

Controversia de possessione — controverse sur la possession : controverse de statut effectif, qui intervient sur certaines catégories de lieux, afin de savoir si la possession est légitime (Frontin, 6, 13-14 Th ; Ps.-Ag. 40, 17-23 Th).

Controversia de proprietate — controverse sur la propriété : cette controverse de statut effectif concerne la propriété de bois qui ne sont pas contigus au lot du colon, mais qui sont au-delà du quatrième et même du cinquième voisin, ou encore qui sont indivis ; ou encore la propriété des terres assignées à une colonie et situées dans un territoire étranger (voir à Ager sumptus ex vicino territorio), ou encore de saltus éloignés de la colonie (Frontin, 6, 3-12 Th ; Ps.-Agen. 39,1 - 40,16 Th).

Controversia de subsicivis, de iure subsicivorum — controverse sur les subsécives, sur le droit des subsécives : controverse de statut effectif qui intervient pour la possession de ces terres non assignées individuellement à des colons. Controverse présente chez Frontin 8, 7-11 Th) ; le Pseudo-Agennius (40,24 – 42,2 Th) ; Hygin (96,11 – 97,8 Th).

Convenentia — convenance : ce qui convient à deux ou plusieurs possesseurs ou propriétaires voisins ; leur point de rencontre à leur limite commune (Sic. Flac. 105, 21-24 Th = 141, 20-21 La) ; moyen de preuve utilisé dans le cas d’une controverse portant sur la mesure, même si c’est contraire à ce qui est porté sur le plan cadastral (Hyg., 95,13 Th = 132, 6 La ; Sic. Flac.,  105-106 Th = 141-142 La).

Conventus — assemblée : assemblées qui se tiennent dans des lieux sacrés et religieux (Ps.-Agen. 48, 14-15 Th).

Conversio — changement (d’orientation) : changement d’orientation des axes d’une division pour éviter d’avoir à les ordonner sur ceux d’une colonie proche (Front., 14, 17-19 Th).

Corniculum – chacune des deux branches d’une groma ou d’un ferramentum (32, 19 La ; Iun. Nips., 288, 5 La).

Cornualis linea — ligne en forme de corne (Balb., 103, 11 La).

Corona — couronne : couronne de buissons servant de limite (Lib. col. 217, 1-2 ; 218, 3 La) ; Guillauin propose de traduire par enclos, en se fondant sur Caton, Agr., 6, 3 (2004, p. 107-108).

Corporalis — corporel, réel : terme juridique qui désigne la matérialité (corpus) de la chose ; une limite est corporelle si elle a la matérialité que lui donne la bande de cinq pieds, et si elle est “séparée par le bronze” (Ag. Urb. 27, 18-26 Th).

Cotoneum, malum cotoneum — cognassier : arbre utilisé pour le bornage, ou signalant le bornage ; élément faisant partie des signa terminorum (360, 27 La).

Coudée — voir à Cubitus.

Coxa — angle saillant (Sic. Flac. 103, 16 Th = 139, 16 La ; Ps.-Hyg. Castr., 54, 58). On traduit généralement coxa par « angle rentrant (Ernout et Meillet puis Gaffiot). Les traducteurs de Besançon proposent « angle saillant » pour diverses raisons, et voient dans ce mot un synonyme de versura (voir à ce mot). En ce sens, coxa est un mot gromatique d’emploi très limité (Cf. Siculus Flaccus 1993, p. 21, n. 30 ; Guillaumin 1988, 413-414).

Croma — voir groma ; orthographié sous cette forme dans Iun. Nips., 285,17 La.

Cromatica lapis — borne chromatique (avec plusieurs couleurs ?) indiquant une rivière ou bornant son lit (?) ; autre lecture possible : gromatica, borne posée par l’arpenteur (?) (Latinus, 306, 20 La).

Cubitus  — coudée : mesure de longueur valant un pied et demi, ou deux sextants, ou 6 paumes, ou 18 onces (Balbus, 94, 14 ; 95, 4 ; 96, 3 La ; 245, 10 La ; Mensurarum genera, 339, 7 La ; Expositio terminorum, 360, 32 La ; Isidore 367, 15 La ; De mensuris excerpta, 371, 13 et 373, 2 La).

Culinae — lieux funéraires situés dans les loca suburbana (Ps.-Agen. 47, 1-2 Th).

Cultellare — donner la forme d'un petit couteau : mesurer à l'horizontale, y compris en cas de relief (Frontin, 18, 12 -19, 8 Th = 26, 11 - 27, 2 La).

Cultellation — substantif formé par les modernes à partir d’une technique d’arpentage antique qui consiste à rapporter à l’horizontale des mesures effectuées sur des terrains en pente ; voir à cultellare, cultellatus.

Cultellatus – se dit d’un territoire mesuré et arpenté, par opposition à un territoire globalement évalué (solidus) (Front., 15, 4 Th = 26,9 La).

Cultellatus ager — voir à Ager cultellatus.

Cultellatus lapis — voir à Lapis cultellatus.

Cultellatus limes — voir à Limes cultellatus.

Culturae comparatio — comparaison des cultures : moyen de preuve fondé sur la différence de cultures qui indique une limite, même au sein d’une unique possession (Ps.-Agen., 34, 25 - 35,2 Th ; Hygin, 92, 21 Th = 129, 16 La).

Culturae discrimen — différence des cultures : voir à Culturae comparatio.

Culturam accipere — recevoir la culture : expression désignant la condition pour qu’une terre puisse être assignée à des colons (Hyg. Grom. 144, 5 Th = 179, 14-15 La).

Cultus — cultivé : terme désignant le type de terre déjà mis en culture, s’opposant à incultus (Hyg. Grom. 166, 14 Th = 203, 17-18 La) ; voir Ager cultus.

Curatores rei publicae — curateurs de l'État en charge des biens publics : magistrats vérificateurs de la gestion des biens publics, qui apparaissent au plus tôt sous Domitien, ou sous Trajan, en Italie et en Narbonnaise.

Cursoria spatula — spathe “de course” : expression difficile à comprendre s’agissant d’une borne ; spathe “porte-message” (Jean Peyras) : borne en forme de lame pour inscrire un message (240, 5 La) ; voir à cursorius terminus.

Cursorium — mot intraduisible : nom d’une pierre de bornage, qui semble provenir du chemin-limite emprunté par les coureurs (cursorii) selon Rudorff (1852, 274) ; peut-être aussi en rapport avec le terme de marine coursive ; ou avec la coursière, sentier coupant à travers champs, à flanc de colline. Voir ci-dessous à cursorius terminus.

Cursorius terminus — borne “de course” : expression difficile à comprendre s’agissant d’une borne ; borne porte-messages (Jean Peyras) : bornes dont une partie est destinée à  transmettre un message, et peut être inscrite (sunt termini cursorii in effigiem tituli constituti en 241, 9-10 La ; 401, 13-14 La) ; ces messages peuvent être, par exemple, les “lettres singulières” (voir cette expression) ; mais ce n’est pas le cas de toutes : « car toutes les stèles ne sont pas couvertes d’inscriptions, puisque dans certains endroits il n’y a pas de pierres inscrites, mais sont disposées à l’image des dieux Termes des pierres que l’on nomme cursorii. » (trad. Fr. Favory, RACF, 33, p. 225, note 79) ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 20 La).

Cusanus – nom d’un manuscrit gromatique du XIIe s., provenant de Liège ou Trèves, et conservé dans la bibliothèque de Nikolaus Chrypffs, dit Cusanus, humaniste mort en 1464 ; aujourd’hui à Bruxelles.

Cyppus — cippe : voir à cippus. ; cyppus oleagineus : cippe en (bois d’) olivier (Lib. Col. 211, 16 La).

Cypressus (= Cupressus) — cyprès : arbre utilisé comme indicateur de bornage, par exemple aux limites extrêmes des domaines (Sic. Flac. 107, 24 Th ; Expositio terminorum, 361,14 La) ; voir à Genus arborum.

 

D — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 550 pieds (Expositio podismi, 358, 18 La).

D — lettre latine majuscule sur une borne ; indique un decumanus (Expositio terminorum, 363, 7 La).

D — D ; lettre latine ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 311, 25 - 312, 12 La ; 4e liste : 327, 16-18 La ; 5e liste : 332, 7-16 La).

Data adsignata — donné (et) asssigné : expression par laquelle on note cette catégorie de terres dans les plans et les tables de bronze, le plus souvent en abrégé (Hyg. Grom. 165,11 Th = 202, 12 La, avec une virgule entre les deux mots) ; DATUM ASSIGNATUM dans Sic. Flac. 120, 11 Th).

DATUM IN TUTELAM TERRITORIO — donné en tutelle au territoire : incription qu’on trouve sur le plan cadastral pour indiquer les biens publics, comme les bois ou les pâturages,  assignés à la "ville", c'est-à-dire à la cité (Hyg. Grom. 161,2 Th  = 198,1 La).

DDV STRIGA PRIMA SCAMNO II — A droite du decumanus V, première striga, au deuxième scamnum : exemple d’inscription qu’on doit trouver sur les bornes d’une limitation de terres arcifinales vectigaliennes (Hyg. Grom. 170, 15 Th = 207, 14-15 La).

Decagonus — décagone, figure à dix côtés ; méthode de mesure dans Epaphroditus et Vitruvius Rufus (Guillaumin 1996, 182-183).

Decempeda — perche : mesure de longueur de dix pieds de long, dite aussi pertica (Balbus, 95, 6-7 La) ; de 10 pieds de 16 doigts (Mensurarum genera, 339,11 La).

Decisa viva (lapis) — coupée de façon vive (pierre) : pierre servant au bornage (Expositio, 361, 9-10 La).

Decuma — voir Dîme.

Decumanus — terme intraduisible : à l’origine (?), nom donné aux limites d’une division, quelle que soit leur orientation, parce qu’ils étaient mesurés tous les dix actus ; dans les agri quaestorii, les laterculi de cinquante jugères sont produits par dix actus mesurés au carré sur les limites, d’où le nom de decumani qui leur est donné (Sic. Flac. 116, 22-24 Th = 153, 25-27 La) ; on distinguait les orientations en parlant de decumani matinaux et vespéraux, méridonaux et septentrionaux (Sic. Flac. 117, 9-14 Th = 153, 11-16 La).

Decumanus — axe d'une centuriation, le plus souvent orienté à l'est ou à l'ouest ; « réunion de deux rigores entre lesquels s’interpose un espace de circulation » (Balbus, 98,10-11 La, trad. Guillaumin 1996) 

Decumanus maximus — decumanus le plus grand : axe fondamental d'une centuriation, tracé le premier, vers l'est ou l'ouest, plus rarement vers le nord ou le sud, et définissant les régions dextrata et sinistrata (voir ces mots) ; large de 30, 15 ou 12 pieds (définition par exemple chez Hygin, 71, 6-8 Th = 111, 12-15 La ; ou Hygin Gromatique, 133,10 Th = 168,8 La ; nombreuses autres occurrences dans le corpus).

Decumanus primus — le premier decumanus : selon Hygin gromatique, dans une centuriation bien faite, le decumanus primus est aussi le decumanus maximus, et non pas celui qui vient immédiatement après (Hyg. Grom. 133,10 Th = 168,8 La ; ambiguïté de la numérotation : 138,14 sq Th = 173, 16 sq. La).

Decuria (per homines denos) — décurie (par 10 hommes) : groupe de dix noms, dans la procédure utilisée pour attribuer les lots aux colons, par groupe de dix hommes à la fois (Hygin, 73, 7 Th = 113,2 La).

Decus — voir à decussis.

Decus<s>ata petra — pierre sur laquelle est gravée une croix (Sic. Flac. 104,13 Th = 140, 10 La) ; voir à lapis decusatus.

Decus<s>atus — voir à lapis decus<s>atus.

Decussis – incision en forme de croix (+) sur le sommet d’une borne de centurie, désignant ainsi le kardo et le decumanus ; l’un des signa terminorum, signes de bornes, indiquant un quadrifinium (360, 3 La).

Decussis succumbus — croix placée en dessous : croix placée en bas de la borne et qui montre le limes ou la vallée (Expositio, 360, 4-5 La).

Deductus — déduit : terme indiquant que le vétéran est installé sur la terre que lui assigne le fondateur (Sic. Flac. 125, 17 Th = 161, 1-2 La).

Deficientes veterani — vétérans déficients : expression employée pour indiquer que les colons ont manqué pour occuper leur lot, ou l’ont abandonné (Lib. col., 216, 3-6 La).

Deformatio — dessin, représentation, relevé : titre d’une table de mesure figurant dans le Liber coloniarum et intitulée centuriarum quadratarum deformatio sive mensurarum diversarum ritus – “relevé des centuries carrées ou usage des diverses mesures” (245-246 La = reprise à l’identique dans Epaphroditus et Vitruvius Rufus, Guillaumin 1996, 192-193).

Delimitatio — tracé et bornage de limites (Lib. col., 227,13 La).

δ — delta : lettre grecque delta ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 318, 30 - 319,11 La ; 3e liste = Expositio litterarum finalium : 325, 21-23 La).

Delubrum — sanctuaire, temple : il ne peut être concerné par une assignation (Sic. Flac., 121, 20 Th = 157, 13 La). 

Demetitus (ager) — borné, arpenté (254, 6 La).

Demonstrationes (finium) — les signes tangibles (de délimitation) : mot désignant l’ensemble des éléments utilisés comme bornage dans les terres ressortissant à la coutume arcifinale (Hyg. Grom. 144,7 Th = 179, 17 La).

Denormata linea — ligne délimitée : ligne brisée formée de tronçons tracés ou visés à l’équerre ; possible confusion pour determinata linea,  avec le sens d’alignement régulier (Vitalis et Arcadius, 345, 20 La ; Fr. Favory et al. , RACF, 35, 1996, p. 210, note 46 ; J. Peyras, DHA, 25,1, 1999, p. 200-201).

Depalatio — fixation d’une limite par la pose de bornes sous forme de pieux de bois (Lib. col. 244, 13 La).

Derelicta loca — lieux abandonnés (Ps.-Agen., 34, 18-19 Th).

Designatio agrorum — forme, ou disposition des terres : expression d’Hygin Gromatique pour dire combien la limitatio permet une belle disposition des terres (131, 7-8 Th = 166,7 La).

Determinata linea — ligne (droite ?) ponctuée de bornes (Vitalis, 352,13 La) ; voir Denormata linea pour les références au commentaire de cette expression.

Determinata plaga — étendue déterminée, bornée (Ps.-Agenn., 39, 9-10 Th). 

Determinatio — fixation d’une limite par la pose de bornes en pierre (termini) (Lib. col. 244, 14 La) ; les limites de la pertica tout entière sont portées sur le plan cadastral (Hyg. Grom. 165,14-16 Th = 202, 15-17 La).

Deunx — les 11/12e de l’as ou 11 onces (Mensurarum genera, 340, 7 La : dabum) ; mesure de surface de 26 400 pieds carrés, soit 11/12e de jugère (Col., Rust., V, 1).

Devexa montium — pentes des monts, escarpements : élément pouvant faire fonction de bornage (Lib. col., 241, 7-8 La).

Devitatio — contournement : contournement d'un obstacle, au cours de la construction d'une limitation, à l'aide de perpendiculaires cotées (Frontin 17, 10-15 Th  = 33, 14-18 La).

Dextans — les 5/6e de l’as ou 10 onces (Mensurarum genera, 340, 6 La : dean) ; mesure de surface de 24 000 pieds carrés, soit 5/6e de jugère (Col., Rust., V, 1).

Dextra decumanum — à droite du decumanus (maximus) ; désigne la région ou la partie de la pertica située à droite du decumanus principal (Frontin, 11,13-14 Th = 28, 9-10 La ; Hygin, 71, 12 Th = 111, 18 La ; etc.).

DEXTRA DECUMANUM TOTUM — à droite du decumanus, le tout : exemple d’inscription qu’on doit trouver sur le plan cadastral (Sic. Flac. 119, 16-17 Th = 155, 12 La).

Dextra pars — partie de droite : dans la discipline étrusque, désigne la partie située à droite de la course du soleil, c’est-à-dire la partie qui est sous le nord (Frontin, 11,1 Th ; Hygin Gromatique, 131, 13-14 Th = 166, 12-14 La) ; le terme est passé dans l’arpentage romain.

Dextratus (ager) — à droite (territoire) ; qualifie un territoire situé à la droite du decumanus principal (voir à Ager dextratus).

Diagonalis limes – voir à Limes diagonalis.

Diagonalis (linea) — voir à Linea diagonalis.

Diametralis — voir à Limes diametralis.

Dictatio metationis — fixation des mesures ou des visées (Ps.-Hyg., Castr. 12).

Differentia aequalitatum — différence de qualité : dans le bornage des agri occupatorii, la différence d’aspect (du sol), en l’absence d’arbres spécifiques, suffit à servir de preuve (Sic. Flac. 108, 10-11 Th = 144, 10-11 La).

Digitus —doigt : 1/16e partie du pied (Balbus, 94,16 La ; etc.)

Dîme — (decuma) : impôt direct pesant sur les provinces et équivalant au dixième des récoltes.

Dimidia sela — la 1/12e partie de l’once (Mensurarum genera, 339, 20) ; mesure de surface valant 1/ 144e de jugère, soit 200 pieds carrés : voir Scripula duo (Col, Rust., V, 1).

Dioptre — instrument de goniométrie, permettant de lire sur un disque gradué la distance angulaire de deux points visés.

Discens mensorum — élève arpenteur ; expression mentionnée sur une inscription concernant les cohortes prétoriennes (CIL, VI, 32536 b).

Disciplina etrusca — discipline étrusque : selon les auteurs (Frontin, d’après Varron ; Hygin Gromatique), désigne la théorie des haruspices étrusques pour diviser le monde, de laquelle serait issu l’art de l’arpentage ; référence obligée au début d’un traité sur la limitation (Frontin, 10, 20-21 Th ; Hyg. Grom., 131, 10-12 Th = 166, 10-12 La).

Disiunctivus — disjonctif : se dit d’une controverse lorsque la pose des bornes (determinatio) coupe le sol d'une partie et réunit à un fonds une nature de terre différente, par exemple un pâturage ou un bois, si on avait au départ des champs cultivés, et qu’on est donc conduit à couper le pré ou le bois et à en rattacher une partie à un fonds (Agen. Urb., 28, 29 – 30, 3 Th).

Dissimilitudines culturarum — différences de culture : voir à Similitudines culturarum.

Disterminatio — délimitation (Ag. Urb. 27,14 Th) : voir à Determinatio.

Divergia aquarum — partage des eaux : lignes de partage des eaux, utilisées comme éléments de bornage d’un territoire (nombreuses références : ex., Sic. Flac., 128, 10 Th = 163, 22 La).

Diverticulum — pour deverticulum : chemin de traverse (De agris, 370, 24-25 La).

Divisio — division : découpage d'un territoire par un réseau de limites, afin de procéder à une assignation de lots (voir Ager divisus).

Divisus et adsignatus ager — voir à Ager divisus et adsignatus.

Divortium — embranchement : embranchement ou croisement de routes (flexus viae) (De agris, 270, 23-24 La).

DM — abréviation de Decumanus maximus : sigle porté sur les plans cadastraux et les bornes pour désigner le decumanus principal.

Dodecagonus — dodécagone : figure à douze côtés ; méthode de mesure dans Epaphroditus et Vitruvius Rufus (Guillaumin 1996, 186-187).

Dodrans — mesure de longueur valant 9 onces dite aussi sextans, voir ce mot ; mesure de surface équivalant aux 3/4 d'un jugère, soit 21 600 pieds carrés (Balbus, 95, 1 La ; Col., Rust., V, 1).

Dodrantalis lapis, duodrantalis lapis — pierre dodrantale : c’est-à-dire d’une épaisseur de 3/4 de pied et haute de 3 pieds (Hygin, 71, 13-15 Th = 111, 19-21 La).

Dominus – personne exerçant le dominium, c’est-à-dire un droit entier et exclusif de disposer de la chose (par ex. la terre) comme lui appartenant pleinement, ex iure quiritium ; s’oppose notamment à la possessio (voir ce mot).

Droit ordinaire — le droit civil ; chez les arpenteurs, désigne les actions qui peuvent se régler par les voies judiciaires normales, sans le recours à un arpenteur, sans consultation d'une forma, sans appréciation sur le bornage, la mesure, etc. ; par opposition aux controverses agraires qui exigent le recours aux expertises des arpenteurs (nombreuses références chez le Pseudo-Agennius, Hygin, dans le Liber coloniarum, le Pseudo-Boèce).

Duella — mesure équivalant au tiers de l'once, ou 1/36e partie de l’as.

Dumus — buisson, hallier : buisson associé à un rigor et qui fait limite en ligne droite dans un ager occupatorius (Sic. Flac. 106, 5-7 Th = 142, 5-7 La).

Duodecima pars — la douzième partie ; le côté ouest, où le soleil se couche à la douzième heure (Casae, 318, 2-3 La).

Duodecimanus ou duodecimus — intraduisible : selon Frontin et Hygin Gromatique ce serait la première graphie du mot decumanus (Front., 12, 1 Th ; Hyg. Grom., 132, 13-17 Th = 167, 10-14 La).

 

E — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 600 pieds (Expositio podismi, 358, 19 La).

E — lettre latine majuscule sur une borne ; indique une vallée, un cours d’eau ou un fleuve (Expositio terminorum, 363, 8-10 La).

E — E ; lettre latine ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 312, 13-22 La ; 4e liste : 327, 19-20 La ; 5e liste : 332, 17-25 La).

Ebes angulus — angle obtus ; également orthographié hebes angulus (Balbus, 100, 5, 9 La ; Deformatio, 246, 9 La ; Iun., Nips., 296, 1 La).

Ebes rigor — voir à Hebes rigor.

Échange de terres rendues — voir à Commutatus ; Ager commutatus ex beneficio Augusti.                                                                                                                                                                                              

Effectivus — effectif : on dit qu'une controverse est effective lorsqu'elle est liée par la controverse sur le lieu (Comm. anon., 70, 17-18 Th).

Effet conjonctif — voir à coniunctivus.

Effet disjonctif — voir à disiunctivus.

Effet expositif — voir à expositivus.

Effet récupératif — voir à reciperativus.

Effet spectif — voir à spectivus.

Effet subjectif — voir à subiectivus.

Egregius — de qualité supérieure ; voir à Terminus egregius.

Eiecta linea — ligne prolongée (Balbus 99, 1 La) ; voir à eiectura linea.

Eiectura linea — ligne prolongée : extension, dans une figure ou dans un raisonnement, d’une droite au-delà d’une limite marquée par un point où une droite (Podismus, 297,1 La).

Elicis linea — ligne en forme de spirale (Balbus, 103, 10-11La).

Emicilioris (= hemicyclioris) terminus — borne en forme de demi-cercle : borne située aux extrémités des centuries (Vitalis et Arcadius, 341,16 La).

Enchorius terminus — borne indigène : borne faite avec une pierre locale (Hygin, 90, 2 Th).

Enn<e>agonus — ennéagone, figure à neuf côtés ; méthode de mesure dans Epaphroditus et Vitruvius Rufus (Guillaumin 1996, 180-181).

Enormis — produit par l’équerre : quadrangulaire, rectangulaire au sens étymologique ; qualifie une surface (Balbus, 100, 1-2 La, interprétation de Guillaumin 1996).

Epetecticalis in trifinio — (borne) épétecticale ou épidictique sur un trifinium ; epetecticalis pour epidicticalis, « qui sert à montrer », « indicateur » ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes (Terminorum diagrammata, 341, 14 et fig. 286 La).

Epipedonicus (terminus) — plat, plan ? : qualificatif donné à une borne située au milieu du côté de la centurie, dite encore medius terminus ; borne implantée tous les 1200 pieds (Lib. Col. 213, 9-10 La).

ε — epsilon : lettre grecque epsilon ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 320, 12-20 La ; 3e liste = Expositio litterarum finalium : 325, 24-25 La).

Etoile (asteriskos ; stella) — croix de visée, autrement dit la groma.

Evocatus, evocatus Augusti  — soldat rengagé, soldat rengagé de l’empereur ; vétéran rappelé sous les drapeaux ou maintenu au service, qualifié d’evocatus lorsqu’il est issu des cohortes prétoriennes, et qui occupe un poste haut placé dans la légion et son administration ; celui cité par Hygin est arpenteur et introduit une nouveauté dans le dessin de la forma (Hygin 84, 8 Th = 121, 7 La).

Exagonus — hexagone ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 249, 10 La).

Ex beneficio Augusti — par la faveur d’Auguste : faveur accordée par l’empereur pour des échanges de terre (Nomina agrorum, 247,19 La).

EXCEPTA — excepté(e)s : expression par laquelle on note cette catégorie de terres dans les plans et les tables de bronze, le plus souvent en abrégé ; terres que le fondateur a réservées pour lui-même ou qu’il a concédées à quelqu’un (Hyg. Grom. 165,11 Th = 202,12 La ; Sic. Flac. 121, 14 Th = 157,7 La).

Exceptus fundus —­ domaine excepté : domaine qui est donné à un bien méritant, qui est situé sur le sol du peuple romain, qui relève entièrement du droit privé et ne doit aucune redevance à la colonie (Hyg. Grom. 160, 11-16 Th = 197, 10-15 La).

Exculinus sive exagineus — ? nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 249, 4 La).

Excutellatus lateribus — en forme de couteau (cultellatus) sur ou par les côtés ( ?) ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 249, 5 La).

EX L V  III ou EX L IIII  III — pris sur le l(imes) V [et le] (ardo) III, ou pris sur le l(imes) III [et le] (ardo) III : kardo est indiqué par un C à l’envers  ; expression originale (non attestée par les auteurs gromatiques) figurant sur la plaque de bronze trouvée à Elche en 1996 et qui localise 130 jugères de terrains drainés donnés à 10 colons, à raison de 13 jugères chacun ; les deux limites sont le decumanus et le kardo correpsondant au chiffre mentionné (commentaire dans Guillaumin 2002, 113 sq.).

Expositivus — expositif : qualifie les effets d’une controverse lorsque la limite ne peut être fixée par des preuves matérielles sur le terrain, et qu’il faut recourir aux déclarations (narrationes) des parties, et retrouver l'alignement sur lequel les bornes font défaut, ou bien lorsque le juge doit dire comment les replacer, malgré la ressemblance des lieux (Ag. Urb., 29, 7-12 Th).

Exprimere locorum veritatem — exprimer la vérité des lieux : façon de désigner le levé d'un plan à l'échelle pour le report sur la forma, lorsque le lieu a des contours irréguliers (Frontin, 15, 7-13 Th). On dit aussi loci reddere veritatem : rendre la vérité au lieu (Frontin, 16, 3-4 Th).

EXT, EXTR, EXTRIBUTA — abréviation de Ex tributario (solo), sol retiré du pays tributaire : mention portée sur les formae affichées à Orange (Piganiol 1962).

Extra clusa loca — lieux hors de la zone enclose, lieux exclus ; voir à Ager extra clusus et à Locus extra clusus.

Extra clusa regio — région hors de la zone enclose (Hyg. Grom. 161, 13-15 Th = 198, 12-14) : voir à Ager extra clusus et à Locus extra clusus.

Extrema linea — ligne la plus extrême ou la plus à  l’extérieur : c’est la ligne qui, sur la forma, désigne la limite d’un territoire ; c’est soit une ligne orthonormée, soit une ligne quelconque (Hyg., 80, 10 Th = 117, 8 La) ; ligne par laquelle un arpenteur de Trajan a dessiné le lot de chacun sur la forma, lors d’assignations en Pannonie (Hyg., 84, 13 et 25-26 Th = 121, 12 et 23-24 La).

Extremitas — extrémité : « jusqu’où chacun s’est vu concéder le droit de posséder, ou encore, jusqu’où chacun conserve son propre bien » (Balbus, 98, 3-4 La, trad. Guillaumin 1996).

Ex tributario solo —hors du sol tributaire : désigne la terre assignée aux colons, dans les cadastres d'Orange ; abrégé en EXT, EXTR, EX TRIB, EXTRIBUTA (Piganiol 1962).

 

F — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 700 pieds (Expositio podismi, 358, 19 La).

F — lettre latine majuscule sur une borne ; indique une preuve de confins (Expositio terminorum, 363, 11-12 La).

F — F ; lettre latine ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 312, 23 - 313, 4 La ; 4e liste : 327, 21-23 La ; 5e liste : 332, 26 -333,2 La).

Factor — arpenteur (Casae, 321, 30 La).

Falsa propositio — proposition fausse : expression juridique indiquant qu’une controverse agraire de statut général est amenée au procès avec un autre statut que celui la concernant (Ag. Urb. 27, 27-28 Th).

Farnesianus – manuscrit gromatique du IXe s., élaboré à l’abbaye de Corbie et ainsi nommé car il provient de la bibliothèque privée de la famille Farnèse à Rome (aujourd’hui conservé à Naples).

Fasciatus limes — limes en bandes, en lanières : en plaine, les limites sont disposés en ligne droite, c’est-à-dire en bandes alignées (Altercatio, 408, 20-21 La).

Ferramentum — précisément, hampe de fer qui porte la groma ; plus généralement, appareil de visée comprenant la hampe (ferramentum), la croix d’équerre (groma) et les fils à plomb (perpendicula, fila, nerviae, pondera) ; nombreuses références dans le corpus (ex : Balbus, 92,16 La).

Fides — foi, crédibilité, garantie : crédibilité des documents d’archives conservés dans le sanctuaire du prince, par rapport à ceux qui sont conservés sur le lieu même (Sic. Flac. 119, 4-6 Th).

Finale iurgium — conflit de limite (Code Théodosien, 269, 3 ; 15-16 La).

Finalis causa – affaire ou procès de limite (Code Théodosien, 268, 16 La).

Finalis controversia — controverse sur la limite (Code Théodosien, 267, 7 La) ; voir à Controversia de fine.

Finalis fossa — fossé servant à indiquer une limite (Sic. Flac. 112,1 Th = 147, 21-22 La ; Hygin, 91,5 Th = 128, 5 La).

Finalis quaestio — procès au sujet de la limite (Code Théodosien, 268, 5 La).

Fines — les confins ; limites d’une propriété, d’un territoire ; voir à controversia de fine.

Fines — limites des terres du domaine (qualifiées de grandes, parui, spatiosi, angustiores, maiores, largiores, fortiores, extensi, modici, rotundi, latiores, strictiores, curtiores, graciles, boni, compactiles, aspratiles, ampliores, breviores, magnae, cultae, curtae, in quadro) ; généralement au singulier lorsqu’il s’agit de désigner la limite des domaines (Casae, 310, 4, 18 ; 311, 6-7 La ; etc. 242 occurrences selon A. Roth-Congès) ; le domaine lui-même.

Fines cineratii (sic) — Lire fines cinerarios, c’est-à-dire limites marquées par des tombeaux (Dolabella, 303,12 La).

Fines divisionis — les limites de la division : c’est-à-dire l’extrémité de la pertica, là où on rencontre les subsécives (Hygin, 84, 18-18 Th = 121, 17 La).

Fines perticae — les confins de la pertica (Hygin grom. 136,1 Th = 171,4 La).

Fines sepulturarii — Limites marquées par des sépultures (Dolabella, 303,12 La).

Fines templares — limites marquées par un temple ; le temple a deux, trois ou quatre portes selon qu’il se trouve à la jonction de deux, trois ou quatre possessions, afin que chaque possesseur puisse y entrer depuis sa possession (Dolabella, 302,20 – 303,3 La).

Finitima linea — ligne  frontière : la ligne qui marque les confins d’un territoire ; la ligne qui ferme la region dite extra clusa (Hyg. Grom. 161,17-19 Th = 198, 16-17 La).

Finitor — arpenteur, celui qui fixe la limite (terme qu’on rencontre chez Plaute, Cicéron et Sénèque, mais qui est inconnu du corpus).

Finium regundorum — fixation des limites, « des limites à tracer, à fixer » (en latin, génitif pluriel) : expression juridique qui désigne une action en justice (voir à Finium regundorum actio), un titre du Code théodosien consacré à cette question (267-270 La), un chapitre du corpus gromatique inspiré du Digeste (276-280 La).

Finium regundorum actio — action pour la fixation de la limite : nom d’une action en justice (Dig., 278, 1 et 279, 6 La).

Flexuosa linea — ligne courbe : ligne qui a de nombreuses formes, qui convient pour les terres arcifinales, qui convient pour les choses naturelles (Balbus, 99, 6-10 La).

Flumen — cours d’eau, fleuve : quelquefois utilisé comme limite (Expositio terminorum, 362, 4 La).

FLUMINI ILLI TANTUM — « pour le (tel) cours d’eau, tant » : formule qu’on trouve sur certains plans cadastraux, lorsqu’on a excepté de l’assignation la surface de son lit (Sic. Flac. 122,2-3 Th = 157, 20-21 La).

FLUMINI PISAURO TANTUM, IN QUO ALVUEUS — « pour le fleuve Pisaurus tant, dont le lit » : exemple de formule qu’on trouve sur certains plans cadastraux lorsque la surface du fleuve a été exceptée de l’assignation (Sic. Flac. 122, 5-6 Th = 157, 22-23 La).

Fluminis varatio – varation d’un fleuve : technique permettant de calculer sa largeur, qu’on ne peut mesurer par aboutement de perches, en exploitant la position de deux triangles rectangles égaux et opposés (285, 4 La).

Fons — source ; elle a un caractère public ; elle sert d’élément de bornage (fig. 209, La).

Forensis officium — le métier, la fonction du forum : désigne la fonction judiciaire ordinaire, celle du juge ou de l’avocat spécialiste du droit civil, par opposition à la spécialisation juridique de l’arpenteur intervenant dans des questions agraires, comme expert sur le terrain ou pour lire une forma (Hygin, 98,1-2 Th = 134, 9-10 La).

Forma — plan cadastral : plan d'une limitation ou d'un territoire, réalisé par l'arpenteur sur divers supports, bois, bronze, peau, marbre et désigné dans les textes par différents noms se rapportant tous à la forma (voir à aes, limitatio, cancellatio, centuriatio, scarifus, metatio, typos, mappa, tabula ; Sic. Flac., 118, 16-22 Th = 154, 13-19 La) ; certains modernes font une différence entre l'esquisse et le plan de la limitation lui-même.

Forma — figure (géométrique) : « ce qui est compris par une ou plusieurs limites » (Balbus 104, 1-2 La ; trad. Guillaumin 1996).

Forma — figure : figure ou plan accompagnant un texte (Ps.-Hyg., Castr. 2 ; 15) ; le schéma d’organisation du camp militaire (Ps.-Hyg., Castr. 23).

Formae ratio — organisation du plan (Ps.-Hyg., Castr. 3).

Formae territoriorum — les plans des territoires : expression qu’emploie Siculus Flaccus à propos des plans des terres des collèges de prêtres ou de vierges (127, 17-18 Th = 163,2-3 La).

Formalis (terminus) — (borne) type ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 221 et fig. 294 La, avec mention DIVVS TRAIANVS sur la borne du manuscrit Gudianus].

Formula iuris — la formule juridique : formule appropriée par laquelle une partie engage un procès, dans une action ou un interdit (Ps.-Agen. 35, 13-14 Th).

Fossa — fossé : élément de bornage dans l’ager occupatorius (Sic. Flac. 102, 17 ; 111, 19 sq. Th).

FOSS(A) AUG(USTA) — fossé ou canal d’Auguste : mention portée sur le plan cadastral C affiché à Orange (Piganiol 1962, 296-297).

Fossae publicae vicinalesque — fossés publics et vicinaux : ils ne peuvent être concernés par une assignation (Hyg. 83, 15-16 Th = 120, 15-16 La).

Fossatus — fossé : élément de bornage (Expositio terminorum, 361, 16 La).

Fossatus Augusteus — fossé appelé augustéen, établi sur des lignes d’arpentage (347, 7 La).

Fossula — petit fossé : l’un des signes des bornes (signa terminorum), probablement un petit fossé proche ou autour de la borne (?), indiquant un bain ou un bassin, ou montrant une borne ronde (Expositio terminorum 360,  8-9 La).

Fraxinus — frêne : arbre utilisé comme indicateur de bornage, par exemple aux limites extrêmes des domaines (Sic. Flac. 107, 24 Th) ; voir à Genus arborum.

Frons — front : partie sommitale d’une borne, où on inscrit les mentions du decumanus maximus et du kardo maximus ; s’oppose au côté fermant où on porte les inscriptions pour les autres limites (voir à latus clusaris) [Hyg. Grom. 157, 21 Th = 194, 19-20 La].

Frons (centuriae) — front (de la centurie) : probablement le côté de la centurie par où on peut le mieux accéder aux lots de colons ; si la centurie compte trois lots, chaque lot touche au front (de la centurie) (Hyg. Grom. 162, 19 Th = 199, 18 La).

Fundus — mesure de surface : à l’origine, nom donné à l’actus carré ; deux fundi réunis forment un jugère (Frontin 13, 19 – 14, 1 Th).

Fundus — domaine rural ; ce qui fonde le patrimoine (De agris, 369, 6-8 La) ; synonyme probable de casa dans les listes des Casae litterarum : ex. 331, 19 ; 331, 28 La ; etc.. Voir aussi à Concessus fundus, et Exceptus fundus.

Fundus principalis — domaine principal ou domaine du prince ; selon la traduction choisie la mention évoquerait soit un domaine principal dans une casa comportant plusieurs fundi (J. Peyras, DHA 30/1, 2004, p. 177), soit un domaine du prince (A. Roth-Congès, 2006, p. 99).

Funera publica — (lieux) funéraires publics : lieux servant à l'enterrement des humbles ; voir Culinae.

 

G — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 800 pieds (Expositio podismi, 358, 20 La).

G — lettre latine majuscule sur une borne ; indique une limite sinueuse (Expositio terminorum, 363, 13-14 La).

G — lettre latine ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 313, 5-15 La ; 4e liste : 327, 24-26 La ; 5e liste : 333, 3-6 La).

Galliensis lapis — pierre gauloise ; borne siliceuse en pierre d’une extrême blancheur (?) (“Types de pierre de bornage”, 306, 22 La)

γ — G, lettre grecque gamma , gamma ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 318, 16-29 La ; 3e liste = Expositio litterarum finalium : 325, 18-20 La).

γ — gamma : lettre grecque inscrite sur une pierre servant au bornage pour indiquer un angle saillant (Sic. Flac. 104, 12 Th = 140, 9 La).

Gamma de petra sicca constructa — Gamma construit en pierres sèches, c’est-à-dire construction adoptant la forme de la lettre gamma, utilisé comme élément de bornage ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 29 et fig. 301 La).

Gammatus — unité en forme de gamma : élément associé à des scamna dans le territoire de Sutrium en Étrurie (Lib. col., 218, 2-3 La). 

Genera finitionum — les genres de limites : les différentes espèces de limites et procédés de bornage utilisés selon les coutumes régionales (Sic. Flac. 112, 21-22 Th).

Genera subsecivorum — les genres de subsécives : il y a deux genres de subsécives, celui qui se trouve au-delà des centuries et est déterminé par la ligne subsécante, et celui qui est laissé au milieu des centuries (Sic. Flac. 120, 3-6 Th).

Genus arborum in extremis finibus fundorum — genre d’arbres aux limites extrêmes des domaines : essences d’arbres particulières utilisées comme indicateurs de bornage, pins, frênes, ormes, cyprès, peupliers, etc. (Hyg. 94, 3-8 Th = 130, 20 - 131, 2 La ; Sic. Flac. 107, 14-15 ; 109, 7-8 Th = 143, 14-15 ; 145, 8-9 La).

Geometra — arpenteur (le terme apparaît chez Julius Capitolinus, un des pseudo-auteurs de l’Histoire Auguste, au IVe s., : Capit., Ant., 2,2).

Geometria ­— géométrie, arpentage utilisant les mesures, par opposition à l’arpentage utilisant les observations de l’ordre naturel, c’est-à-dire des formes anciennes de délimitation et de dénomination (Hygin, 77, 19 Th = 283, 22 La) ; science qui donne au professionnel son matériau et dont découlent les autres arts (Ag. Urb. 25, 15-21 Th).

Gleriae (glareae) fluminales ne dispicias — graviers de rivière non dispersés (en banc ?) : élément utilisé comme bornage (Expositio terminorum, 361, 32 La).

Gnomon — cadran solaire : type de cadran solaire.

Gnomonica — gnomonique : discipline astronomique fondée sur l’usage du gnomon, et l’étude des mouvements de l’ombre (incrementum umbrarum = accroissement des ombres en 148 Th) ; « art sublime et divin » selon Hyg. Grom. (147, 19-20 Th = 184, 1-2 La). 

Gradus — grade : mesure de longueur de deux pieds et demi (Balbus, 94, 14 ; 95, 5 La).

Groma, (croma) — équerre en forme de croix, partie haute de l’outil d’arpentage servant à viser et à aligner des jalons, dans deux directions perpendiculaires (Hyg. Grom., 135, 3-4 Th = 170, 5-6 La ; Lib. col., 225, 7 La) ; groma, comme ferramentum (voir ce mot), désigne aussi l’ensemble de l’outil (Lib. col., 225, 7 La).

Groma — terme intraduisible : point du camp militaire où se rassemble la troupe ; et où on place le ferramentum sur lequel on fixe la groma pour déterminer les directions en étoile (Ps.-Hyg., Castr. 12).

Gromaticus — arpenteur : celui qui emploie la groma ; synonyme de mensor, agrimensor ; spécialiste qui pratique les mesures avec la groma (Ps.-Hyg., Castr. 12).

Gromatique — qui concerne l'arpentage romain ; le mot vient de gromaticus (voir ci-dessus).

Grumus ­— tas, petit tertre : élément servant au bornage (Lib. col., 241, 2 La, notice sur la Dalmatie).

Gudianus — nom d'un manuscrit gromatique illustré, composé au milieu ou dans le troisième quart du IXe s. à Corbie, et dont le nom vient de son dernier propriétaire privé au XVIIe s., le danois Marquard Gude. Aujourd'hui conservé à Wolfenbüttel (Allemagne).

Gypsum — gypse, pierre à plâtre : fragments de gypse ou de plâtre qu’on place quelquefois comme signe (signum) ou témoin sous une borne pour prouver son emplacement (Sic. Flac. 104, 20-21 Th = 140, 18-19 La).

 

H — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 1050 pieds (Expositio podismi, 358, 22 La).

H — lettre latine majuscule sur une borne ; indique des limites de grande longueur et la rareté des preuves de bornage (Expositio terminorum, 363, 15-16 La).

H — H ; lettre latine ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 313, 16-25 La ; 4e liste : 327, 27-29 La ; 5e liste : 333, 7-13 La).

Habitus formarum — tenue des plans cadastraux : expression d’Hygin Gromatique pour désigner l’aspect d’un plan cadastral obtenu à la suite d’une division régulière du terrain (131, 6-7 Th = 166, 6-7 La).

Haruspice (ou aruspice) — du latin haruspex : devin qui examine les entrailles des victimes pour en tirer des présages (Hyg. Grom., 131, 11 Th = 166, 11 La : Etruscorum haruspicum disciplina, la discipline des haruspices étrusques). Voir à Disciplina etrusca.

Hebes angulus — voir à Ebes angulus.

Hebes rigor — ligne d’arpentage “émoussée”, c’est-à-dire dépourvue de pierres de bornage (Dolabella, 303, 7-8 La) ; ligne d’arpentage dépourvue de signa et désignée par des plumes ou des flèches (Liber col., 253,24 – 254,4 La). On trouve aussi l’orthographe ebes.

Hemistrigium — demi-bande : élément de longueur variable, mais de largeur constante, 30 pieds, qui forme la base du campement de chaque corps et la base de la division des parties principales du camp militaire ; la réunion de deux hemistrigia forme une striga de 60 pieds de large (Ps.-Hyg., Castr., 1, 2).

Hemitonion — demi-ton : mot grec utilisé en astronomie pour désigner les intervalles entre les planètes (Hyg. Grom. 148,14 à 149,1 Th = 184,14 à 185, 5 La).

Hendécagone — voir à Undecagonus.

Heptagonus — heptagone, figure à sept côtés ; méthode de mesure dans Epaphroditus et Vitruvius Rufus (Guillaumin 176-179).

Heredium — héritage, mesure de surface : mesure de superficie agraire équivalant à 4 actus carrés, ou 2 jugères, ou 1/100e de la centurie classique de 2400 pieds de côté, et plus souvent appelé bina iugera (Var., Res. Rust., I, 10), ou encore sors, lot, ou fundus (Front., 13, 19 - 14, 3 Th = 30, 12-16 La) ; curieusement, le mot heredium n’est employé par aucun arpenteur.

Hermula — petit Hermès : voir à Bermula.

η — heta, lettre grecque heta ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 321, 3-18 La).

Hexagonus — hexagone, figure à six côtés ; méthode de mesure dans Epaphroditus et Vitruvius Rufus (Guillaumin 1996, 173-177).

Hora sexta — la sixième heure, ou midi : la direction de l’ombre du soleil à la sixième heure désigne le nord, c’est-à-dire l’orientation du kardo (Hygin  Grom. 135,6 Th = 170,8 La ; 152, 4 Th = 188,14 La).

Hypotenusa — hypoténuse d’un  triangle rectangle ; voir à cathetus.

Hypotenusalis limes – limes hypothénusal (voir à limes ypotenusalis).

 

I — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 1000 pieds (Expositio podismi, 358, 23 La).

I — lettre latine majuscule sur une borne ; indique une voie ou une colline (Expositio terminorum, 363, 17-18 La).

I — I ; lettre latine majuscule ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 313, 26 - 314, 3 La ; 4e liste : 328, 1-3 La ; 5e liste : 333, 14-20 La).

Idioma regionis — le dialecte de la région : l’arpenteur doit s’informer des noms locaux des choses, par exemple ceux des arbres servant de bornage (Ps.-Agen. 34, 14 Th) ; voir aussi à peregrina vocabula.

Ienensis — manuscrit gromatique du XVIe siècle, originaire d’Italie, conservé à la Bibliothèque universitaire d’Iéna, d’où son nom. 

Ignifera lapis — borne dite “pierre de feu”, c’est-à-dire faite d’une pierre ayant des veines mélangées (Latinus, 306, 23-24 La).

Iliceus (palus) — (pieu ou poteau d’) yeuse : poteau d’yeuse servant de borne dans l’ager occupatorius (Sic. Flac. 102, 19 Th = 138, 21 La).

ILLI AGRUM ILLUM QUI FUIT ILLIUS — à un tel la terre qui fut celle de tel autre : exemple d’expression qu’on trouve dans les plans cadastraux lorsque le fondateur, parce qu’il manque de terre à assigner dans les zones divisées, assigne des terres hors limitation, en expulsant les occupants (Sic. Flac. 125, 17-8 Th = 160, 19-20 La).

ILLI SILVAS ET PASCUA, IUGERA TOT — à un tel, en forêts et en pâturages, tant de jugères : exemple d’expression qu’on trouve sur les plans cadastraux lorsque des lieux âpres et incultes ont néanmoins été assignés (Sic. Flac. 128, 5-7 Th = 163, 18-19 La). @

Imbrices : tuiles rondes : utilisées comme élément de bornage (Expositio terminorum, 361, 30 La).

Immunis — immune ; se dit d'un territoire non astreint à payer l’impôt, dîme, vingtième, tribut ou stipendium. André Piganiol a proposé cette lecture pour une inscription de terres attribuées à la colonie, dans le texte de la forma C, dans le secteur des Insulae Furianae (fragment 351, Piganiol 1962, p. 297).

In absoluto – voir absolutus ou insoluta loca.

In adsignationem cadere — tomber dans l’assignation : expression signifiant qu’une surface (d’un cours d’eau, d’une chemin, etc.) n’a pas été exceptée avant l’assignation et qu’elle vient donc en déduction de la partie donnée ou concédée ; cette situation est source de controverses (Ps.-Agen. 43, 12-13 Th ; Sic. Flac. 129, 3-4 Th = 164, 17-18 La).

Inadsignatus — non assigné (Ps.-Agen. 44, 14-15 Th).

Inaequalis ager – champ de forme irrégulière.

In aere inscribere — inscrire dans le bronze : expression signifiant le report d’une inscription sur le plan cadastral (Hyg. Grom. 160, 20-21 Th = 197, 18-19 La).

Incapax — incapable : terme de droit ; voir à capax.

Incisura — entaille, fente : incision sur une borne indiquant un ruisseau, un fossé, en direction de la rivière (Expositio limitum vel terminorum, 360, 6-7 La).

Includere agrum limitibus — enclore la terre par des limites : expression désignant la mise en œuvre de la centuriation (Hyg. Grom. 167, 2 Th = 204, 4 La).

Incolae — habitants, ceux qui sont domicilés  : terme général (Hyg. Grom. 144, 15 Th = 180,7 La) ; dans les inscriptions, catégorie de la population opposée aux colons ; indigènes distincts des colons (Ps.-Agen. 45, 12 Th).

Incrementum umbrarum — accroissement des ombres : étude de l’ombre à l’aide du gnomon (Hyg. Grom. 148, 10 Th = 184, 13 La). Voir à Gnomon.

Inculte — voir à Incultus ; Ager squalidus ; Loca inculta.

Incultus — inculte : Hygin précise qu’inculte peut renvoyer à une forêt (92, 21-22 Th = 129, 16-17 La) ; les inculti agri sont des bois et des pâturages (De agris, 369, 11-12 La).

Incurrere — jeter sur : on jette les centuries sur le territoire, centuriae in territoria incurrunt (Lib col. 246, 18-19 La).

Incursorius (terminus) — nom d’une borne située à l’est d’un domaine de type S, et également appelée modius (Casae 336, 23 La).

Inhibere mensores — arrêter les arpenteurs : expression par laquelle le Pseudo-Agennius explique que les juges peuvent empêcher les arpenteurs d’intervenir dans un litige qui doit être résolu par le juge ordinaire (35, 14 Th).

Iniectivus — injectif : statut général qui naît, soit de la controverse sur la possession, soit de la controverse sur la limite (Comm. anon., 69, 28-29 Th).

Iniqua loca — lieux défavorables : par exemple pour l’installation du camp militaire, exemple les lieux appelés novercae (Ps.-Hyg., Castr., 57).

Initialis — initial : qualifie la controverse sur le rigor laquelle passe au statut matériel des deux controverses générales, de limite et de lieu, c’est-à-dire les précède (Comm. anon., 70, 11-14 Th).

In lacineis limitibus intercisivis — en lanières et au moyen de chemins interparcellaires : dans le Liber coloniarum, expression désignant le mode de découpage du territoire de cités latino-campaniennes (234, 20 ; 239, 8-9 La).

IN MODUM CONPASCVAE — en surface de pâturage commun : expression portée sur la forma pour indiquer les terres publiques qui n’ont pas été engagées à ferme et qui restent comme pâturages communs de la res publica (Hyg., 80, 2 Th = 116, 25-26 La).

In nominibus — par noms : désigne un mode de distribution des lots, nom par nom, par opposition au tirage au sort (sortitio) (Lib. col., 238, 5, 8 La).

In nominibus villarum et possessorum — selon les noms des villae et des possesseurs : mode d’assignation dans lequel on procède à l’attibution de domaines indigènes à des colons (Lib. col., 239, 5-6 La).

In publicum — dans le domaine public : à Fundi, la terre cultivable est assignée, mais le reste demeure dans son droit et dans le domaine public (Lib. col., 234, 10 La).

Insignum — voir à signum, signa limitum.

Insoluta loca – lieux laissés sans arpentage (voir aussi absolutus) (Comm. anon., 57, 3-4 Th = 6, 28-29 La)

In soluto relictum — laissé sans arpentage (Lib. col. 225,16 – 226,1 La).

Inspectio agrorum — inspection des terres (281,1 La).

Inspector — inspecteur, arpenteur expert envoyé sur le terrain par un juge.

In spem colendi — qu’on a l’espoir de cultiver : expression des arpenteurs pour désigner l’appropriation de terres que l’occupant pense pouvoir mettre en culture lui-même (Sic. Flac. 101, 13 Th = 137,20 La).

Institutus (limes) — limes institué, constitutif : axe d’une limitation défini par l’arpenteur, qui installe la division et organise le territoire (Sic. Flac., 118, 14-17 Th = 154, 11-14 La).

Instrumentum mensorum — la documentation des arpenteurs : les documents nécessaires au savoir des arpenteurs (Balbus, 92, 3-4 La) ; l'ensemble des documents issus d'une opération d'arpentage, plans et registres ; voir à publicum instrumentum.

Interaametra — voir à Intraametra et Mensalis terminus.

Intercisio — division, le fait de tracer un limes qui divise, le tracé d’un limes intercisivus (110, 11 La ; 52, 16 Th) : voir à cette expression.

Intercisio per trifinia et quadrifinia — divison par trois ou quatre limites : mode de partage de la centurie (110, 11-13 La : texte attribué à Hygin par Lachmann, mais récusé par Thulin, 52, 16-17).

Intercisiva mensura — mesure qui sépare, interparcellaire : expression utilisée pour désigner une forme liée à une attribution de terres à des colons à Nola (Lib. col., 236, 5-6 La). 

Intercisivus — qui sépare : voir à Intercisiva mensura, Ager intercisivus et Limes intercisivus.

Interdictum — interdit : formule juridique pour engager un procès (Ps.-Agen., 34, 1 Th).

Interibilis – périssable : terme juridique qualifiant une décision d’un juge reposant sur une base fausse,  et qui peut donc être remise en cause ; ex. : si un juge fait rétablir un bornage sur une fausse limite, à la suite d’une appropriation d’un voisin ambitieux et dont il n’a pas vu le caractère indu, les bornes sont dites périssables (Ag. Urb., 28, 17-21 Th).

Interiectivus — interjectif, littéralement “jeté entre” (les fonds) : qualificatif du limes chez le Pseudo-Agennius, probablement comme synoyme de intercisivus (Ps.-Ag., 31, 21 Th).

Interiecti loci — lieux placés entre : lieux où on trouve une borne et désignant l’intervalle entre bornes successives (Lib. col. 228, 13 ; 23-24 La).

Intervallum centuriae —intervalle de la centurie : expression désignant la mesure du côté de la centurie (Hyg. Grom. 146, 8 Th = 182, 6-7 La).

Interversura – retour d’angle, carrefour : terme de technique gromatique désignant le point de contact de deux versurae (voir ce terme), c’est-à-dire un carrefour ; on pose des bornes à certains de ces carrefours (Hyg. Grom., 169, 7 Th = 206, 5 La).

Intraametra — forme corrompue du ms Gudianus pour intra amara (ms Palatinus) ; en deçà d'un cours d'eau (RACF, 35, 1996, 205, n. 12) : nom de bornes (343,8 La) ; voir à Mensalis terminus.

Invasio locorum — envahissement des lieux : expression juridique signifiant l’occupation illicite, éventuellement violente, d’une terre par quelqu’un (La 267, 4 -268, 3).

Inventor — inventeur : terme figurant sur le plan cadastral C affiché à Orange et indiquant un magistrat municipal chargé de la mise en valeur des Insulae Furianae (Piganiol 1962, p. 305-306).

ι — Ι, iota : lettre grecque iota ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 322, 3-9 La ; 3e liste = Expositio litterarum finalium : 326, 1-2 La).

Irritus — inutile, non nécessaire, sans effet : qualifie  le passage d’une controverse à une autre ; voir à necessarius et à transcendentia. On trouve aussi la graphie inritus (Ag. Urb., 39, 3 Th).

Isosceles trigonus — triangle isocèle. 

Isocelis (terminus) — borne isocèle [fig. 271 La] ; nom générique d’une borne dans la liste Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 249, 3 et 7 La) ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (340, 26 et fig. 271 La). 

Isoplerus rectus subter constitutus — borne équilatérale verticale placée en contrebas (cf. 341,9 La Terminorum diagrammata ; Favory et al., RACF, 34, 1995, 263, n° 13, à corriger : borne équilatérale) ; nom générique d’une borne dans la liste Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 249, 2 La).

Isopleurus trigonus — triangle équilatéral.

Isopleurus (terminus) — (borne en forme de) triangle équilatéral ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 8 et fig. 281 La).

Iter, itiner — passage, droit de passage : en droit rural, chemin qu'on peut fréquenter à pied ou à cheval, mais sans y mener des bêtes de somme ; sens général d'espace ouvert à la circulation (Sic. Flac. 121, 21 Th = 157, 13-14 La) ; iter ou itiner, pour le passage des hommes (De agris, 370. 16-18 La).

Iter populo debetur — le chemin est dû au peuple : formule juridique qui indique que l'espace de circulation public a été préalablement réservé et donc qu'il ne pèse pas au titre des servitudes prédiales (interprétation de Ch. Saumagne) ; cette mention figure dans les lois (d’assignation) Sempronia, Cornelia et Iulia (Hygin Grom. 134, 1-2 Th = 168,16 – 169,1 La) ; elle est fréquente dans le Liber coloniarum (229,22 ; 230, 1-2 La ; etc.).

Iter populo non debetur  — le chemin n'est pas dû au peuple : formule qui exempte la propriété privée de la servitude de passage ; formule fréquente dans le Liber coloniarum (229, 17 ; 230, 5 La ; etc.).

Itiner — autre mot pour iter ; voir à ce mot ; c’est l’iter d’une longue voie (De agris, 370, 20-21 La).

Itinera publica — les voies publiques : elles reçoivent des bornages sous la forme de monuments parce qu’elles sont pérennes (Loi de Tibère sur les tombeaux, 271, 12-13 La).

Iubere — ordonner ; mot qu’on retrouve dans des expressions associant le nom de l’empereur, dans le Liber coloniarum : divus Augustus deduci iussit (220, 1 ; 21-22 La ; etc.) ; voir à Iussio et Iussus.

Iudex finium regundorum — juge de la fixation des limites.

Iugarius (ager) — voir à Ager iugarius in XXV iugeribus.

Iugerae militi — jugères de soldat : lots pour l’assignation militaire ; on assigne in iugeribus militi (Lib. col., Abella : 230, 19-20 La).

Iugeratio — arpentage ou division par jugères : technique d’assignation des terres, pratiquée à l’époque augustéenne, quand on marque chaque actus et chaque jugère de pieux dits pali actuarii disposés tous les 120 pieds, soit tous les actus ; terme employé dans le Liber coloniarum (211,6 ; 213, 14 ; 216,1 ; etc.).

Iugerum — jugère : mesure de surface valant deux actus quadrati, soit 120 sur 240 pieds, ou 28 800 pieds carrés (Front., 14, 1 Th ;  Sic. Flac. 123 Th = 159 La ; Balbus, 96, 14 La ; Isid., 368, 2 La ; Boeth., 407, 22 – 408, 1 La ; etc.).

Iugum — joug : unité de mesure équivalant à un jour de labour, utilisée en Hispania ulterior (Varron, LL, V, 34) ; le mot n’est pas connu du corpus gromatique avec ce sens.

Iugum — crête de montagne : le terme apparaît sur une vignette illustrant le traité d’Hygin Gromatique (fig. 96 et texte 145 Th  = fig. 157 et texte 181, 1-4 La), où il est question de colonies limitées par des montagtnes ; même signification dans l’Expositio terminorum (363, 18 La).

Iuniperus (palus) — de genévrier : poteau de genévrier servant de borne dans l’ager occupatorius (Sic. Flac. 102, 19 Th = 138, 21-22 La).

Iurgium — conflit, procès : voir à Finale iurgium.

Ius coloniae — le droit des colonies : expression employée lorsqu’il est question de municipes qui accèdent au statut colonial et sont transférés dans le droit des colonies, selon Hygin Gromatique (143, 3 Th = 178,14 La ; 166 , 4-5 Th = 203, 8-9 La [in coloniam eius (sic. Th : coloniae ius) transferetur]) ; ou lorsque les fonds concédés sont ramenés dans le droit de la colonie (id., 160,17-18 Th = 197, 16 La).

Ius colonicus — droit des colonies (Ps.-Agen. 23, 9-10 Th) : voir à Ius coloniae.

Ius occupatorius — droit d’occupation : droit donné d’occuper des terres conquises par Rome, mais que Rome n’a pas transformées en ager publicus vectigalis. Voir à Ager occupatorius, Occupatoria condicio.

Ius ordinarium — le droit ordinaire : le droit civil, tranché par le juge, par opposition au droit agraire, pour lequel le concours de l’arpenteur est nécessaire (Ps.-Agen., 24, 4 Th).

Iussio — ordre ; mot présent dans certaines notices du Liber coloniarum, associé au nom de l’empereur qui ordonne le recensement ; Vespasiano censita ex iussione (211, 8 La) ; voir aussi à Iussu, Iubere.

Ius subsecivorum — droit des subsécives : notion juridique désignant le droit qui s’applique à diverses catégories de terres publiques, de statut gromatique différent, mais assimilables aux subsécives : loca relicta, loca extra clusa, par exemple ; mais ce droit ne s’applique pas à l’ager arcifinius (Frontin, 2, 15 Th) ; c’est le nom d’une des quinze controverses agraires (Hyg., 87, 2 Th ; 96, 11 Th).

Iussus — orde (ablatif : iussu) ; mot qu’on trouve dans des expressions du Liber coloniarum associé au nom de l’empereur qui ordonne ; iussu imperatoris Caesaris Traiani (223, 3 La) ; iussu imperatoris Vespasiani (230, 18-19 La) ; iussu imperatoris Caesaris (231, 19-20 La). Voir aussi à Iubere et à Iussio.

Ius territorii (territoriorum) — droit du (des) territoire(s) : nom d’une des quinze controverses (Ps.-Agen. 44, 24 Th ; Frontin, 7, 1 Th ; Hygin, 97, 9 Th).

Ius vectigalis — droit de vectigal : droit, pour une res publica ayant des terres publiques de percevoir une redevance sur l’adjudication de ces terres.

 

K — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 1150 pieds (Expositio podismi, 358, 24 La).

K — lettre latine majuscule sur une borne ; indique un kardo (Expositio terminorum, 363, 19-21 La).

K — K ; lettre latine majuscule ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 314, 4-18 La ; 4e liste : 328, 4-12 La ; 5e liste : 333, 21-27 La).

Kalafio — (incompris) : voir à calavio, calafio.

κ —  kappa ou K; : lettre grecque kappa ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 322, 10-18 La ; 3e liste = Expositio litterarum finalium : 326, 3-6 La).

Kardo (pluriel kardines) — pivot : axe du monde, qui a donné son nom à l’axe sud-nord d’une limitation ; nom de tout axe d'une centuriation, orienté au nord ou au sud ; ce terme est venu en second, car à l’origine tous les limites étaient appelés decumani (Frontin, 11, 13 Th ; Hygin, 71, 6 Th ; Sic. Flac. 117,16-21 Th ; Hyg. Grom., 132, 11-12 Th = 167, 8-9 La ; etc.) ; voir à decumanus.

Kardo in orientem — kardo dirigé vers l’orient : cas de certaines centuriations dans lesquelles le kardo a été orienté à l’est et non vers le nord, comme dans l’ager Campanus (Frontin, 12, 8-10 Th = 29, 4-6 La).

Kardo maximus — kardo le plus grand : axe majeur d'une centuriation, canoniquement orienté au nord, plus rarement au sud, et déterminant les régions citrata et ultrata (voir ces mots) (Hygin, 71, 10-11 Th = 111, 16-17 La ; Hygin Grom., 133, 10-11 Th = 168, 8-9 La ; etc.).

Kastrensis modius — muid kastrensis : unité de mesure de surface valant un tiers de jugère ; kastrensis ou castrensis, est un qualificatif tardif de signification inconnue, uniquement mentionné dans le seul De iugeribus metiundis, 354, 10 La.

KM — abréviation de kardo maximus : sigle porté sur les plans cadastraux pour désigner le kardo principal ; voir à kardo maximus.

KM LIMES SECUNDUS — deuxième limes (à partir du) kardo maximus : exemple d’inscription qu’on peut ou qu’on droit trouver sur les bornes situées sur les limites actuarii, dans une limitation de terres arcifinales vectigaliennes (Hyg. Grom. 170, 11 Th = 207, 10-11 La).

χ — X; : lettre grecque ; dans une des listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 323, 14-22 La).

 

L — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 2000 pieds (Expositio podismi, 358, 25 La).

L — lettre latine majuscule sur une borne ; indique un angle droit ou un limes coudé en forme de gamma (Expositio terminorum, 363, 22-24 La).

L — L ; lettre latine majuscule ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 314, 19-25 La ; 4e liste : 328, 13-17 La ; 5e liste : 333, 28- 334, 7 La).

L — voir à Lauda.

Lacinea — bande, lanière : parcelle ou bande de terre adossée à un limes intercisivus (voir ce mot) ; nom donné par Hygin aux parcelles en subsécives remises par Domitien aux possesseurs d’Italie (78, 5 Th) ; en Campanie, on assigne in lacineis (229, 20 La).

Laguenaris terminus — borne en forme de cruche (344, 25-26 La ; fig. 326 La).

Lam(m)ina — plaque, lame ; borne ayant cette forme.

Lamnicus (laminacus) — qui a la forme d’une lame, d’une plaque ou d’une feuille : voir à Lamina, Lammina (Lib. col. 243, 3-4 La).

Lapides naturales incisi notis finitimis — pierres naturelles incisées par des marques de limites : légende d’une figure illustrant le traité d’Hygin Gromatique lorsqu’il évoque les marques qu’on grave sur les rochers isolés servant à indiquer la frontière (fig. 130 Th ; 191 La).

Lapis Augusteus — pierre augustéenne : borne semblable à la pierre gracchienne ou julienne (242, 12-19 La).

Lapis caesalis — pierre de taille, voir à Caesalis.

Lapis columniacus — voir à Columniacus lapis.

Lapis cultellatus qui pentagoni recipit rationem — pierre (borne) en forme de couteau, qui a la forme d’un pentagone ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (342, 2 et fig. 306 La).

Lapis damnatus — pierre rejetée ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (342, 12 et fig. 315 La).

Lapis decus<s>atus qui agrum intra clusum et extra clusum significat — pierre gravée d’un X, qui désigne la terre incluse et la terre exclue ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 1 et fig. 273 La :  dans les vignettes des manuscrits Palatinus et Gudianus, la face gravée de la borne porte trois X alignés).

Lapis Galliensis - pierre gauloise ; pierre d'une extrême blancheur, utilisée pour le bornage (Latinus, 306, 22 La).

Lapis gammatus, qui trigoni recepit rationem — borne en gamma, qui a la forme d’un triangle ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (342, 5 et fig. 308 La).

Lapis Gracc<h>anus — pierre gracchienne : borne ronde, en forme de colonne, d’un diamètre d’un pied ou un pied et demi, haute de quatre pieds ou quatre pieds et demi (242, 7-10 La).

Lapis inscriptus — pierre inscrite : pierre servant de borne et portant une inscription (Hyg. Grom. 170,6 Th = 207, 5-6 La).

Lapis intra lapidem in cursorio — pierre dans une autre pierre, sur le chemin longeant une limite, et servant de bornage ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (342, 7 et fig. 310 La).

Lapis intra lapidem in trifinio — pierre dans une autre pierre sur un trifinium ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (342, 6 et fig. 309 La).

Lapis Iulius — pierre julienne : borne de César, semblable à la borne gracchienne (242, 11 La).

Lapis mutus — pierre muette : borne sans inscription (Hyg. Grom. 136, 15 Th = 171, 18 La).

Lapis nativus — pierre locale : utilisée comme élément de bornage (Expositio terminorum, 362, 2 La).

Lapis Neronianus — pierre néronienne : borne carrée, en forme de lame (ou plaque ou feuille), ou de gamma (Lib. col. 243, 3-6 La).

Lapis non dolitus in cursorio positus — pierre non taillée (lire dolatus et non dolitus) placée sur le chemin formant ou longeant la limite ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (342, 1 et fig. 305 La). ; sur le sens du substantif cursorius, voir Fr. Favory et al., RACF, 33, 1994, note 78 et 34, 1995, p. 264, note 24.

Lapis qui flexuositatem limitis ostendit — pierre qui signale la sinuosité (ligne sinueuse ou changement d’orientation) d’un limes ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (342, 9 et fig. 312 La). Un texte d’Hygin Gromatique signale ces changements d’orientation et les pierres qu’on doit y trouver : polies, carrées, inscrites et rayées de lignes (169, 6-8 Th = 206, 5-7 La).

Lapis Traianus — pierre trajanne : borne carrée, en forme de lame (ou plaque ou feuille), ou de gamma (Lib. col. 243, 3-6 La).

Lapis Vespasianus — pierre vespasienne : borne carrée, en forme de lame (ou plaque ou feuille), ou de gamma (Lib. col. 243, 3-6 La).

Laterculus (en grec plinthis) — brique ; nom donné aux centuries qui divisent un territoire destiné à être vendu par les questeurs (ager quaestorius) ; en général, lot de 50 jugères, soit un quart d'une centurie classique (Sic. Flac. 100, 10-12 Th = 136, 17-19 La ; Hygin, 78,21 Th) ; en Cyrénaïque, centurie de 6000 pieds de côté, soit 50 actus, dont la surface fait 2500 actus quadratus ou 1250 jugères (Hyg., 85,19 Th).

Laterculus, laterculus quadrangulus — brique, brique carrée : nom d’une borne faite d’une brique (250, 23 La ; Expositio terminorum, 362, 1 La).

LATI FUNDI — grands domaines : expression qu’on trouve dans les plans cadastraux notamment sous la forme REDDITUM SUUM, LATI FUNDI (Sic. Flac. 121,12 Th = 157, 5-6 La) ; vor à Redditum suum.

Latus clusare — côté fermant : désigne le côté d’une borne orienté vers la centurie dont elle indique les coordonnées ; convient pour les inscriptions des limites ordinaires, autres que le DM et le KM (Hyg. Grom. 157, 21 Th = 194, 20 La).

λ — lauda : lettre grecque lauda ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 322, 19-25 La ; 3e liste = Expositio litterarum finalium : 326, 7-8 La).

Laurentianus – manuscrit gromatique de la fin du VIIIe siècle ou du début du IXe, provenant de basse Rhénanie, ainsi nommé parce qu’il provient de la bibliothèque privée de Laurent de Médicis à Florence (ms F de Thulin ; n° 4 de Toneatto) ; un autre manuscrit, du XIIIe siècle, porte le même nom (f de Thulin et Folkerts ; n° 38 de Toneatto).

Lavacrum — bain ou établissement thermal, utilisé comme élément de bornage, ou à l’intérieur duquel on peut placer la borne (fig. 324 La).

Lewa, leuuva (=leuga, leuca) — lieue : en Gaule, mesure viaire de 1500 pas (De agris, 370, 8-9 La).

Lex Aelia — loi Aelia : loi agraire d’assignation de l’ager Spellatinus  (Spello, Italie, Lib. col. I, 224, 6 La).

Lex agris limitandis metiundis — loi agraire de limitation et de mesure : loi agraire d’assignation des provinces de Toscane, Campanie et Apulie (Lib. col., 211, 24 - 212, 1 La).

Lex Augusta — loi d’Auguste : loi agraire d’assignation d’Auguste (Lib. col. 215, 3 ; 253, 15 ; 254, 20 ; 255, 4 ; 256, 25 ; 258, 24 La).

Lex Augustiana — loi augustéenne : loi d’assignation d’Auguste (235, 7 La).

Lex Caesariana — loi césarienne : loi agraire de César (Lib. col. 224, 15 La, à propos de l’Ager Amerinus en Étrurie).

Lex colonica — loi coloniaire : expression employée par Frontin pour désigner les règles qui s’appliquent dans le cas des colonies (10, 7 Th = 24, 6 La).

Lex coloniae — loi de la colonie : document fixant par chapitres l'organisation de la colonie et le statut des terres.

Lex Cornelia — loi Cornelia : loi agraire de Sylla, de 81 av. J.-C., pour l'installation de 120 000 vétérans syllaniens (allusion à cette loi dans Hyg. Grom. 134, 2-3 Th = 169, 1 La, lequel précise que dans cette loi les limites doivent la servitude de passage).

Lex data — loi donnée : loi donnée lors de la fondation de la colonie (Hyg. Grom. 166, 11 Th = 203, 15 La) ; la lex data fixe un seul genre de limites ou confins (Sic. Flac. 115, 25 Th = 151, 24-25 La).

Lex divi Vespasiani — loi du divin Vespasien : loi pour la vérification du bornage (terminatio, voir à ce mot) des provinces d’Apulie et de Calabre (Lib. col. 261,21-22 La).

Lex Gracc<h>ana — loi gracchienne : loi d’assignation des Gracques (Lib. col. 233,10 La) ; voir aussi lex Sempronia. 

Lex imperatoris Titi — loi de l’empereur Titus : loi d’assignation militaire de Titus (Naples, Lib. col., 235, 18-19 La).

Lex Iulia — loi julienne : loi agraire d’assignation de César (Lib. col. 220, 9 ; 231, 8 ; 233, 14 ; 259, 18 ; 259, 24 ; 260, 1 ; 260, 14 La).

Lex Mamilia — loi de Mamilius : loi qui pourrait remonter au IIIe ou au IIe s. av. J.-C., et qui étendait aux territoires centuriés le principe de la bande de cinq pieds protégeant une limite, parce qu’on ne peut s’en emparer par usucapion (Hyg. Grom.,  134, 5-8 Th = 169,4-7 La).

Lex Mamila Roscia Peducaea Alliena Fabia — loi de Mamilius, de Roscius, de Peducaeus, d’Allienus, de Fabius : loi agraire devant fixer le régime des fondations coloniales de César et dont trois chapitres sont conservés dans le corpus gromatique (263-266 La).

Lex Sempronia — loi sempronienne : loi d’assignation des Gracques (Lib. col. 216, 3 ; 219, 1 ; 228, 18 ; 229, 16 ; 230, 21 ; 237, 11 ; 238, 19 ; 255, 12 ; 260, 18).

Lex Syllana, Sullana — loi syllanienne : loi d’assignation agraire de Sylla ou Sulla (Lib. col., 232, 10 ; 237, 4 La).

Lex triumviralis — loi triumvuirale : loi d’assignation des Triumvirs (Lib. col., 235, 9-10 La).

Liber beneficiorum — livre des bienfaits : recueil enregistrant les gratifications accordées à des particuliers ou à des cités, par l'Etat ou l'empereur, soit dans la cité, soit dans d’autres cités  (Hyg. Grom. 165, 18-19 Th = 203,1 La).

Liber coloniarum — Livre des colonies : nom donné aux listes de notices portant sur des cités et des territoires de l'Italie et comprenant un abrégé de leur situation juridique et gromatique ; le nom de liber coloniarum est impropre puisque toutes les cités ne sont pas de statut colonial ; le titre libri regionum (livres des régions) conviendrait mieux (Liber coloniarum I, 209-251 La ; Liber coloniarum II, 252-262 La).

Liber diazographus — Livre illustré : livre d’illutrations entièrement peintes (du grec diazôgrapheô) ; nom donné à la collection des illustrations qui suivent le texte du Commentateur anonyme de Frontin dans les manuscrits Palatinus et Gudianus (70, 35 Th = 26, 26 La ; fig. 41 à 65 Th = fig. 42 à 67 La).

Liber subsecivorum — livre des subsécives : registre répertoriant les subsécives (voir ce mot), catégorie particulière de terres publiques, afin que l'empereur sache, chaque fois qu'il le veut, combien d'hommes peuvent y être installés (Hyg. Grom. 165,4 Th = 202, 5 La).

Libidus (=lividus) terminus — borne de couleur bleuâtre, pour indiquer un limes.

Libra — livre : nom d'une mesure de surface propre à la Gaule Narbonnaise, mentionnée par Hygin ; on en ignore l'équivalence en jugères (85, 8 et 12 Th) ; mentionnée en même temps que la mesure nommée Parallela.

Libri aeri (aerei) — livres de bronze :  nom donné aux registres qui accompagnent la forma, avec, par exemple, la liste des colons recevant un lot (Hyg. Grom., 163,19 Th = 201,2 La).

Libri regionum — livres des régions : voir Liber coloniarum.

Licentia arcifinalia vel occupatoria — permission arcifinale ou d'occupation : expression juridique par laquelle Hygin décrit la remise aux possesseurs voisins des subsécives d’Italie sur décision de Domitien (78, 5-6 Th = 284, 6-7 La).

Lieue — voir à Lewa, leuua.

Lieux religieux — lieux réservés aux dieux mânes, c’est-à-dire au culte des morts ; voir à loca religiosa.

Lieux sacrés — lieux réservés ou consacrés aux dieux et à leur culte : voir à loca sacra.

Limes (pluriel limites) — chemin : toute longueur rectiligne (rectura longitudo) qui sert à découper le territoire (Hygin Grom. 133, 6-8 Th = 168, 5-6 La) ; nom d'un axe dans les terres divisées par une limitation ou une centuriation ; espace de circulation entre deux rigores ; il tire son nom de seuil (limina) parce qu’il permet d’entrer et de sortir d’un champ (Sic. Flac. 117, 5-7 Th = 153, 7-9 La) ; dans une centuriation, les limites reçoivent le nom de kardines et decumani (Hyg . Grom., 132, 6-12 Th = 167, 3-9 La) ; ils doivent être ouverts et praticables pour qu’on puisse y circuler et y procéder à des mesures (Sic. Flac. 117, 7-9 et 22-25 Th) ; dans certaines régions la surface des limites a été exceptée de l’assignation (Sic. Flac. 122, 18-20 Th = 158, 8-10 La). Voir à limina et limus.

Limes — ligne, chemin ; nom générique d’une limite arpentée et bornée faisant confins, qu’on soit en zone enturiée ou non, désignant la limite d’un domaine (casa, fundus, casalia) ; voir à Limes finalis, Limes gammatus hoc est tortuosus.

Limes actuarius — nom donné à tous les axes qui, à partir du premier, se répètent de cinq en cinq, enfermant un intervalle de cinq centuries et qui ont une largeur de 12 pieds (Hyg. Grom., 133,12 – 134,1 Th = 168, 10-16 La) ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites, (Lib. col. 248, 4 La) ; voir aussi Limes quintarius.

Limes Augusteus — limes augustéen : limes d’une division opérée dans le cadre d’une assignation d’Auguste (Lib. col., 233, 15, 19 ; 237, 18-19 La).

Limes austrinalis — limes austral, qui regarde vers le sud ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites (Lib. col. 248, 19 La).

Limes colonicus — limes de la colonie : limes d’un ager colonicus (voir à cette expression) ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites (Lib. col. 248, 22 La).

Limes cultellatus — limes mesuré, cultellé (voir à cultellatum) ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites, (Lib. col. 248, 7 La) ; peut-être un axe borné ou désigné par des pierres en forme de petit couteau (voir à lapis cultellatus).

Limes diagonalis — limes oblique, en diagonale : axe d’une limitation recevant le gromae locus du nouveau système, en cas de construction d’un carroyage sur  la diagonale d’un système antérieur (voir aussi Hypotenusalis limes) ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites, (Lib. col. 248, 17 La) ; sous le nom de verticalis diagonalis, désigne un axe de l’est à l’ouest, et s’oppose au Limes diametralis  orienté du sud au nord (Lib. col., 225, 5-9 La : notice de l’ager Anconitanus).

Limes diametralis — limes diamétral : l’axe dirigé d’est en ouest (Lib. col. 225, 7 La) ; voir ci-dessus à Limes diagonalis.

Limes duodecimanus — limes decuman ; interprétation assurée par l’équivalence entre duodecimanus et decumanus, chez Frontin, (12, 1-2 Th) et Hygin Gromatique (132, 13 Th = 167,10 La) ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites, (Lib. col. 249, 25 La).

Limes egregius — limes remarquable, supérieur : limes sur lequel se trouvent des termini egregii (voir à Egregius terminus) : nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites, (Lib. col. 249, 26 La).

Limes finalis — limes servant de limite ; segment de ligne arpentée et bornée servant à définir les confins d’un domaine (Casae 333, 18 La) ; voir à Limes gammatus hoc est tortuosus.

Limes Gallicus — limes Gaulois : dans certains territoires du Picenum, limes orienté au nord, ou kardo (Lib. col. 227, 12-13 La) ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites, (Lib. col. 248, 10 La) ; c’est un limes qui est plus souvent corrompu (déformé) que le limes maritimus (359, 19-21 La).

Limes gammatus hoc est tortuosus — limes en forme de gamma, c’est-à-dire tordu (coudé) ; limes servant à définir la limite d’un domaine (Casae, 319, 7-8 La).

Limes Graccanus, Gracchanus — limes gracchien : limes mis en place par une loi d’assignation des Gracques (Lib. col., 227, 1 ; 239, 11-12  La).

Limes inordinatus — limes désordonné : limes affecté par une erreur de mesure ; expression figurant sur une vignette illustrant le traité d’Hygin Gromatique (fig. 108 Th selon l’Arcerianus ; 108 Th et 169 La ; au pluriel : limites inordinati d’après le Palatinus).

Limes institutus — voir à Institutus (limes).

Limes intercisivus — chemin qui sépare, qui morcelle ; chemin “interparcellaire” (Déléage) ou “intersécant” (notre proposition) ; chemin rural sur lequel prennent appui des lanières (lacineae) ; axe d'une limitation divisant le sol en bandes parallèles ; plusieurs références dans le Liber coloniarum (213,11 ; 217,6 ; 223, 11 ; 225, 15 La ; etc.) ; selon le Commentateur anonyme, lignes de division des unités de 200 jugères ou plus, pour délimiter des unités de cinquante jugères ou plus, ces divisions ou “intercisions” (intercisiones) provoquant la division par le trifinium ou le quadrifinium (Comm. anon., 52,12-17 Th).

Limes interiectivus — chemin jeté entre : nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites (Lib. col. 248, 5 La) ; voir à interiectivus.

Limes Iulianus — limes julien : limes d’une division opérée dans le cadre d’une loi d’assignation de César (Lib. col., 236, 1 ; 238, 15-16 La).

Limes linearius — axe ou chemin linéaire : nom donné aux axes ordinaires de la centuriation, qui définissent les centuries,  et n’indiquent aucun autre rythme que celui de la mesure de la centurie, à la différence des axes dits actuarii ou quintarii (Hyg. Grom., 133, 11-12 Th = 168,10 La) ; en Italie le limes linearius est dit limes subruncivus (Hyg. Grom., 133,16 = 168, 14 La) ; le limes linearius doit le droit de passage (Hyg. Grom., 134, 1-2 Th = 168,16 – 169,1 La) ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites, (Lib. col. 248, 14 La).

Limes maritimus — limes maritime : dans certains territoires du Picenum, limes orienté à l’est, ou decumanus (Lib. col. 227, 12-13 La) ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites, (Lib. col. 248, 9 La) ; le limes maritimus est considéré comme le meilleur et est plus sacré que le limes gaulois (359, 16-18 La) .

Limes maximus — limes principal : nom générique d’un type d’axe d’après le liste des Nomina limitum, noms des limites, (Lib. col. 248, 3 La).

Limes mensuratus — limes mesuré : dans le territoire de Caudium, on recense au moyen de limites mensurati (Lib. col. 232, 9 La).

Limes minor — limes mineur : Hygin Gromatique désigne ainsi l’axe ordinaire, différent du sixième limes (quintarius) qui doit être plus large (140,1 Th = 175, 4-5 La) ; voir à Limes linearius.

Limes montanus — limes orienté vers la montagne : limes qui regarde vers (= qui est orienté vers) la montagne (Frontin, 13, 11-12 Th) ; à l’origine, qualificatif permettant de distinguer les limites à l’époque où ils étaient tous appelés decumani (Sic. Flac. 117, 9-21 Th = 153, 11-22 La) ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites (Lib. col. 248, 18 La).

Limes nonanus — limes de la 9e heure ? de la 9e légion (douteux) ? : nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites (Lib. col. 248, 8 La)

Limes orientalis — limes orienté à l’est : nom générique d’un type d’axe d’après le liste des Nomina limitum, noms des limites (Lib. col. 247, 22 La).

Limes passivus — limes commun, général ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites (Lib. col. 248, 23 La).

Limes perennis — limes continu : on assigne au moyen de limites continus (Aquinum : Lib. col., 229, 14-15 La).

Limes perpetuus — limes continu : limes tracé entre deux territoires de colonies et jalonné de pierres ou de praesigna (Sic. Flac. 128, 12-13 Th = 163,24 – 164,2 La) ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites, (Lib. col. 249, 28 La).

Limes praefecturalis — limes préfectural, du territoire d’une préfecture gromatique (voir à Praefectura) ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites, (Lib. col. 248, 20 La).

Limes publicus — le limes public : les axes de la limitation qui sont de caractère public (Hyg. Grom. 137, 1-2 Th = 172,5 La). 

Limes quintarius — cinquième limes : nom donné au cinquième axe après le premier, qui ferme un intervalle de cinq centuries, et qu’on fait contrôler par les meilleurs arpenteurs (Hyg. Grom., 154, 14-18 Th = 191, 14-18 La) ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites (Lib. col. 248, 6 La) ; voir aussi à Limes actuarius.

Limes quintus — le cinquième limes : selon Hygin Gromatique, le cinquième limes ne doit pas être confondu avec le limes quintarius qui sépare un intervalle de cinq centuries, et est en réalité le sixième (139, 12 Th = 174, 15 La).

Limes regalis — limes royal, c’est-à-dire public ? : nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites (Lib. col. 248, 12 La) ; l’assimilation de royal à public vient d’une glose ajoutée au texte de Siculus Flaccus qui parle de voies publiques (royales ; 110, 2 Th = 146, 2 La).

Limes septentrionalis — limes orienté au nord : nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites, (Lib. col. 247, 23 La).

Limes sextaneus — limes de la sixième heure (c’est-à-dire orienté au sud) ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites, (Lib. col. 248, 15 La).

Limes solitarius — limes délaissé : voir à Ager solitarius ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites, (Lib. col. 249, 27 La).

Limes subruncivus — chemin tenu en bon état : nom donné en Italie au limes ordinaire d’une centuriation, dit ailleurs limes linearius ; c’est un chemin de 8 pieds de large (Hyg. Grom. 134, 7-10 Th = 169, 4-9 La) ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites, (Lib. col. 248, 13 La) ; voir à Subruncivus.

Limes Sullanus — limes syllanien : limes d’une division opérée dans le cadre d’une loi d’assignation de Sylla ou Sulla (Lib. col., 236, 4-5 La).

Limes temporalis — limes temporaire ? : nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites (Lib. col. 248, 11 La).

Limes tessellatus — limes d’un ager tessellatus (voir à cette expression) ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites (Lib. col. 248, 16 La).

Limes to(r)rus — expression intraduisble : limes faisant un tore, c’est-à-dire formant un bourrelet de terre, une levée de terre ? ou bien limes « maigre », au sens d’étroit ?  (Expositio terminorum, 361,19 La).

Limes triumviralis — limes triumviral : limes décidé par une loi d’assignation des Triumvirs, ou mis en place par une commission de trois magistrats ayant le pouvoir de déduire (Lib. col., 226, 9 ; 237, 22 La).

Limes undecumanus — onzième limes, limes de la 11e légion ? ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites (Lib. col. 248, 21 La).

Limes verticalis diagonalis — limes vertical diagonal : l’axe orienté du sud au nord ; expression désignant le kardo de l’ager Anconitanus dans le Liber coloniarum (225, 7-9 La).

Limes ypotenusalis — limes hypothénusal : axe d’un carroyage formant l’hypothénuse de triangles rectangles générés par un réseau antérieur sur lequel le carroyage est appuyé ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites (Lib. col. 249, 24 La).

Limina — seuils : mot dont serait dérivé le mot limes, parce que c’est par les axes de la limitation qu’on entre dans les champs ou qu’on en sort (Frontin, 13, 6-7 Th = 29, 16-18 La).

Limitatio — “limitation” (francisation du mot latin) : opération d'arpentage visant à découper un territoire selon le tracé d'axes parallèles ou orthogonaux (Front., 16, 15-16 Th) ; ces axes sont dits limites (pluriel de limes), c'est-à-dire chemins de la division, d'où le substantif limitatio.

Limitatio — “limitation” (francisation du mot latin) : autre nom du plan cadastral (Sic. Flac. 118, 21 Th = 154, 17 La) ; voir aussi à Forma.

Limitator — arpenteur ; mot absent des textes gromatiques mais attesté chez le grammairien Servius au IVe s. (Serv., auct. ecl. 9, 7).

Limitatus — terme intraduisible, signifiant “divisé par la limitation” (Ps. Agen. 31, 19 Th).

Limites accipere — recevoir des limites : expression pour dire qu’un territoire est divisé par une limitation (Hyg. Grom. 143, 4-5 Th = 178, 15-16 La).

Limites qui per antica et postica dividuntur — sans doute pour « limites qui per anticam (G et P) et posticam (G et P) dividunt (A) » : limites qui répartissent entre ce qui se trouve devant, au-delà, et ce qui se trouve derrière, en deça ; nom générique d’un type d’axe d’après la liste des Nomina limitum, noms des limites (Lib. col. 249, 29 La).

Limitis repositio — replacement de l’axe (limites) : matérialisation de la ligne d’une centuriation par divers moyens ; matérialisation de la ligne qui doit servir de référence aux mesures à prendre dans les centuries (titre d’un texte de Iun. Nips., 286, 11 La) ; voir à Repositio.

Limpidum latus — voir à Lympidum latus.

Limus — oblique : ancien mot pour dire transversus, transversal ; serait l’origine étymologique de limes (Hyg. Grom., 132, 20-21 Th = 167, 17-8 La).

Linea — ligne : ligne géométrique (Balbus, 98, 15 – 99, 10 La) ;  ligne tracée sur une borne, par exemple pour indiquer un axe (limes).

Linea — ligne : ligne délimitant ou fermant des subsécives ou des terres exclues (Front., 3,2 et 13 Th = 7, 5-6 et 8,7 La)

Linea diagonalis — ligne diagonale : ligne reliant tous les angles de fermeture des centuries (Hyg. Grom. 159, 14 Th = 196, 12 La).

Linea finitima — ligne frontière : ligne repérée par arpentage et bornage qui détermine la frontière d'un territoire (Front., 3, 13-15 Th = 8, 7 La ; Comm. Anon., 56, 22 Th =  6, 24 La).

Linea normalis — ligne (tracée) à l'équerre : ligne d'arpentage fixant le limite de la zone divisée par la centuriation, et au-delà de laquelle se trouvent les lieux exclus ou les subsécives (Front. 3, 3-5 Th = 7, 6-8 La).

Linea orientalis — ligne orientale : sur le cadran solaire, ligne déterminée par les points d’entrée et de sortie de l’ombre du cercle tracé au sol (fig. 103 et 103a Th ; 164 La).

Linearii — linéaires : se dit des limites ordinaires d'une limitation, par opposition aux quintarii ; voir à limes linearius.

Liquis — à propos d’une surface, qui est de périmètre irrégulier (Balb., 100, 2-4 La : interprétation de J.-Y. Guillaumin qui signale que ce mot est un hapax).

Lis — différend, procès (269, 4 La).

Litigium — litige, conflit (267, 9 La).

Litterae — lettres : lettres inscrites sur les bornes, isolées ou par couple, et indiquant les distances des départs des limites prévues par les lois ; par exemple, la lettre A signifie « à 250 pieds », la lettre B « à 350 pieds », etc. (Latinus, 309, 15-25 La) ; voir aux initiales des lettres.

Litterae singulares — lettres singulières ou lettres isolées : lettres isolées ou par couple, ou trio, gravées sur des bornes et servant à désigner un fait remarquable du paysage agraire ou à indiquer la distance à laquelle se trouve ce fait (353, 10 ; 357, 1 La).

Litterarum dispositio — disposition des lettres : sur le plan cadastral, la disposition des lettres de l’inscription (Fundus exceptus, Fundus concessus, Silvae ou Pascua publica) doit indiquer l’extension des domaines, forêts ou pâturages sur le terrain (Hyg. Grom. 160, 1-3 Th = 197, 1-2 La).

Loca aspera — lieux ingrats, âpres, rocheux : lieux incultes qui ne viennent pas en assignation et qui sont classés dans les subsécives (Sic. Flac. 128, 4 Th = 163, 16 La).

LOCA CVLTA ET INCVLTA — lieux cultivables et incultes ; l’une des mentions qu’on doit trouver sur les plans cadastraux (Hyg., 73, 1-5 Th = 112, 22-26 La).

Loca extra clusa (ou ager extra clusus) — lieux hors de la zone enclose : lieux exclus, situés hors de la zone divisée par la limitation, aux marges de celle-ci ; ils se trouvent entre la linea normalis et la linea finitima ; voir à Ager extra clusus.

Loca publica — lieux publics : biens publics qui n'ont été ni vendus ni individuellement assignés et qui sont administrés par l'Etat ou par les collectivités territoriales (lorsqu'ils leur ont été concédés) ; entrent dans cette catégorie les subsécives, les loca extra clusa, les loca relicta, les biens en tutelle, les lieux sacrés et religieux (voir à ces mots ou expressions) ; ils sont notés sur le plan cadastral par une inscription proportionnelle à leur étendue sur le terrain (voir à litterarum dispositio) ; nom d’une des quinze controverses agraires (Ps.-Agen. 46, 11 Th).

Loca relicta — lieux laissés : lieux non divisés par la limitation et non assignés et qui interrompent le quadrillage (Frontin, 9,4 Th ; Hyg. Grom. 145, 4 Th = 180, 18 La) ; lieux restants qui n’ont pas été donnés aux vétérans (Ps.-Agen. 39,14 Th).

Loca relicta et extra clusa — lieux laissés et exclus : expression associant quelquefois deux catégories de terres publiques très voisines, les lieux laissés et les lieux exclus. Voir à chaque expression.

Loca religiosa — lieux religieux : les lieux consacrés aux sépultures. Leur superficie est consignée dans des documents ou titres (cautiones : Frontin, 9, 17-18 Th).

Loca sacra — lieux sacrés : ce sont les lieux consacrés aux temples ; ils doivent rester dans leur condition initiale, même en cas de division et d’assignation ; on les comprend par la mesure et on porte leur nom sur le plan cadastral (Hyg. Grom. 161, 8 Th = 198, 7 La).

Loca sacra et religiosa — lieux sacrés et religieux : expression associant souvent ces deux catégories de terres publiques ; voir à chaque expression.

Loci reddere veritatem — rendre la vérité du lieu ; voir à Exprimere locorum veritatem.

Locorum vocabula — les noms de lieux : éléments utilisés dans la délimitation d’un territoire (Hyg. Grom. 144, 7-8 Th = 179, 17-18 La).

Locus — lieu : nom d’une des quinze controverses agraires ; le terme a un sens juridique (Front., 5, 10 Th = 13, 1 La ; Hyg., 92, 25 Th = 129, 12 La ; Ps. Agen., 33,13 Th = 74, 16 La).

Locus cultus — lieu cultivé : lieu déjà mis en culture où est installée une colonie, opposé à un lieu ab solo, c’est-à-dire non mis en culture ; voir Ager cultus, Incultum (Hyg. Grom. 154, 12 Th = 191, 12 La).

LOCUS EXTRA CLUSUS — lieu hors de la zone enclose : inscription qu’on rencontre sur les plans cadastraux ; lieu exclu qui n’a pas reçu de limites, et dont on marque les confins par des bornes de pierre et des autels portant le nom du fondateur et les frontières de la colonie (Hyg. Grom. 161, 13-15 Th = 198, 12-14 La).

Locus gromae — lieu de la groma : point initial de visée de l'arpenteur lorsqu'il trace le decumanus maximus et le kardo maximus ; point de croisement de ces deux axes ; cette expression, fréquemment employée par les modernes n’existe pas en tant que telle dans le corpus.

Locus limitis — le lieu du limes : désigne l’espace ou l’on doit faire passer le limes, et qui est dû par les possesseurs limitrophes, que le chemin passe ou non (Frontin, 10, 10-13 Th = 24, 9-12 La).

Loi Mamilia — loi fixant de part et d'autre de la limite entre deux propriétés ou possessions, une bande de cinq pieds de large qui n'est pas susceptible d'appropriation par usucapion : voir à Lex Mamilia.

Longitudo rationalis — longueur rationnelle : expression par laquelle Balbus désigne le decumanus ou le kardo, c’est-à-dire longueur dont on peut calculer la mesure (Balbus, 98, 9-10 La ; Isidore, Etymologies, 3, 11, 3 ; Guillaumin p. 43 note 36).

Lot — voir à Accepta, Sors.

Lucus — bois sacré : bois sacré dont la limite est comprise par la mesure et dont le nom est inscrit dans le plan cadastral (Hyg. Grom. 161,8 Th = 198,7 La) ; bois utilisé comme élément de bornage sur un trifinium ou un quadrifinium (Comm. Anon., 68, 30-31 Th = 23,27 La) ; bois utilisé comme élément de bornage et pour lequel on peut trouver un culte au “Sylvain oriental” (probablement un adjectif dérivé d’oriuntur, indiquant que c’est de ce bois limite que « partent les limites entre deux ou plusieurs possesseurs » ; Dolabella, 302, 17-19 La). 

Lunatus acutus angulus — angle en croissant de lune (Balbus, 103, 4 La).

Lunatus ager — champ en forme de croissant (De iugeribus metiundis, 355, 8 La).

Lycus — mesure valant un quart d’once (Mensurarum genera, 339, 22 La) : voir à Sicilicus.

Lympidum latus — le côté lumineux : le côté est d’une borne qui est éclairé par le soleil le matin, par opposition au côté ouest humide de rosée (voir à roscidum latus) [Dolabella, 302, 2 La].

 

M — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 800 pieds (Expositio podismi, 358, 26 La).

M — lettre latine majuscule sur une borne ; indique des confins orthogonaux et la présence de preuves de limite (Expositio terminorum, 363, 11-12 La).

M — M ; lettre latine majuscule ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 314, 26 - 315, 4 La ; 4e liste : 328, 18-22 La ; 5e liste : 334, 8-21 La).

MA — lettres majuscules gravées sur de grandes pierres indiquant les limites d’un domaine (De litteris = Casae litterarum, liste 1, 310, 16-17 La) ; J. Peyras propose de lire MA(ximus) en référence au kardo maximus ; on trouve ce genre d’inscription dans le territoire de Volaterra en Étrurie (340, 10-12 La).

Maceriae, macheriae — murs : clôtures de pierre sèche pouvant servir de limite (Sic. Flac. 113, 31 – 114, 6 Th = 149, 29 - 150, 6 La ; Lib. col., 241, 3 La ; etc.).

Maceria finalis — mur de clôture servant de limite ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 27 et fig. 299 La).

Magnitudo agri — l’étendue du territoire : étendue que l’arpenteur prend en compte pour tracer le plus long decumanus (Front., 12, 6-7 Th).

Manceps (pluriel mancipes) — acquéreur, fermier ; désigne notamment le possesseur qui prend à ferme des portions de l'ager publicus contre paiement d'un vectigal et qui les sous-loue à des exploitants ; il perçoit le revenu (reditus) des subsécives que peuvent lui confier les colons (Sic. Flac. 127, 6-13 Th = 162, 20-27 La).

Mancipatio — aliénation, affermage (des terres) : voir à Manceps (Ps.-Agen. 23,15-16 Th).

Manu conditoris subscriptio — signature de la main du fondateur : formule indiquant que l’auteur de la division doit authentifier les documents qui sont versés au Tabularium de l’empereur après une division et une assignation (Hyg. Grom. 166, 1 Th = 203, 3-4 La).

Mappa — carte : l’un des termes pour désigner le plan cadastral (Lib. col. 244, 13 La) ; voir aussi forma.

Margines terrae — marges de la terre ; expression qui désigne les éléments qui peuvent faire fonction de limite, dans les marges du territoire, au-delà de la zone limitée ; titre d’un texte du corpus (Expositio de marginibus terrae, 364, 23 La). 

Margo — marge, bord, servant de limite ; voir ci-dessus à margines terrae.

Maritimus (limes) — maritime : limes qui regarde (est orienté vers) la mer (Frontin, 13, 10-11 Th = 30, 2-3 La) ; à l’origine, qualificatif permettant de distinguer les limites à l’époque où ils étaient tous appelés decumani (Sic. Flac. 117, 9-21 Th = 153, 11-22 La).

Materiae controversiarum — suets des controverses :  expression désignant la liste des quinze controverses agraires ; de façon plus technique, expression désignant les deux controverses matérielles (limite et lieu) dont les autres controverses dérivent (Front., 4, 2-11 Th = 9, 2-11 La).

Materialis — matériel : on dit qu'une controverse est matérielle quand elle constitue une forme régulière (comprendre : générale) de controverse et que les autres en naissent (Comm. An., 70, 14-17 Th).

Matutinus decumanus — decumanus du matin : axe d’une limitation orienté au soleil levant (Sic. Flac. 117, 9-14 Th).

Mausoleum — mausolée : lieu religieux, disposant d’un espace spécifique, pouvant faire office de bornage (Nomina lapidum finalium, 406, 22 La).

Medimnum — du grec medimnon : en Cyrénaïque, mesure d’un jugère calculé avec le pied ptolémaïque, soit un jugère, une once et un demi-scripulum en mesure monétale (Hygin, 86, 7-9 Th =123, 7-8 La).

Medius terminus — borne médiane : voir à epipedonicus terminus.

Melum cotonium (cotoneum) — cognassier : arbre servant au bornage (Expositio terminorum, 361, 13 La).

Membrana tabula — table ou page de parchemin : l’un des supports sur lequel on grave le plan cadastral (Sic. Flac. 118, 16-19 Th = 154, 14-16 La).

Memoratus terminus — borne de rappel : borne située près d’une citerne qui elle-même sert de limite (Expositio terminorum, 361, 7-8 La).

Mensalis terminus — grande borne, peut-être en forme de table (mensa) ?, disposée près des cours d’eau ; dite aussi basis, ou encore intraametra (lire sans doute intra amara = en deçà d’un cours d’eau) [Ordines finitionum, 343, 6-7 La]. Voir à Intraametra.

Mensor — mesureur : arpenteur (ex : Front., 4, 15 Th = 10, 4 La).

Mensor agrarius — arpenteur agraire : expression relevée sur une borne du milieu du IIe s.  reproduite dans le Liber coloniarum (251, 15-16 La ; CIL, VI, 3606 ; Arnaud 1995, 253).

Mensor agrorum — arpenteur agraire : expression rencontrée sur une inscription funéraire (CIL, VIII, 12638).

Mensor et librator — arpenteur métreur-niveleur ou chargé des poids et mesures (Arnaud 1995, 253) ; expression rencontrée dans une inscription concernant un soldat de la Xème cohorte prétorienne (CIL, VI, 2754).

Mensor geometra — arpenteur géomètre ; stèle épighraphique d’un arpenteur de la XVe légion en Byzacène (CIL XIII, 6538 ; Arnaud 1995, 253).

Mensura — mesure, unité de mesure : selon Balbus, c’est « la longueur finie qui est commune à une pluralité d’intervalles égaux entre eux » (trad. Guillaumin) ; exemples : le pied est mesuré par l’once, la decempeda par le pied, l’actus par la decempeda (Balb., 94, 9 La ; Isid., 367, 9-10 La).

Mensura adsignationis — mesure de l’assignation, synonyme de modus, c’est-à-dire la quantité de terre assignée au colon.

Mensura Syllana — mesure de Sylla : expression désignant les assignations de terres à des soldats effectuées sur ordre de Sylla (Tusculum : Lib. col., 238, 11 La).

Mensurae intercisivae — mesures interparcellaires : voir à Intercisiva mensura.

Mensurae viarum — mesures des voies : expression désignant les différentes mesures utilisées pour les voies (Isid., 370, 5-6 La) ; voir à Miliarium, Stadium, Lewa, Signes, Parasanga.

Mensuralis linea — [ed. Thulin ; la forme retenue par Lachmann - mensura linea - n’est pas possible, sinon en mensurae linea] ligne de mesure ; elle délimite les subsécives (Comm. Anon., 52, 22 Th = 2, 11 La).

Mensurarum genera — les genres de mesures : expression qui désigne la liste des douze unités de mesure de longueur : doigt, once, paume, sextant, pieds, coudée, grade, pas, decempeda, actus, stade, mille (Balbus, 95,11 – 96,7 La, qui est une glose ; Mensurarum genera, 339, 1-3  La).

Mensurarum genera — les genres de mesures : expression qui désigne les trois genres de mesures : en longueur (droit), en largeur (plan) et en hauteur (solide) (Balbus, 96,21 – 97,1 La).

Meridianus decumanus — decumanus méridional : axe d’une limitation orienté au sud (Sic. Flac. 117, 9-14 Th = 153, 11-16 La).

Meris (pluriel : merides) — mot grec désignant un emplacement urbain où on a concédé le droit d'établir une échoppe ; attesté par les cadastres d'Orange (Piganiol 1962, 329-336).

Meta, moeta — jalon d'arpentage (Front., 16, 21-22 Th = 33, 2 La, avec les deux orthographes)

Metatio — arpentage : opération d'arpentage ; nom donné au plan cadastral issu d'un arpentage (Sic. Flac. 118, 20 Th = 154, 17 La) ; voir à forma.

Metator — mesureur (Ps.-Hyg., Castr., 37).

μ — mi ou mu : lettre grecque mu ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 322, 26 - 323, 6 La ; 3e liste = Expositio litterarum finalium : 326, 9-11 La).

Miliarium, milliarium — milliaire ou mille : mesure de longueur de 1000 pas, de 5000 pieds, ou de 8 stades ; « dans 1000 pas sur 1000, il y a 868 jugères carrés » (Epaphr. et Vitr. Rufus, Guillaumin 196-197 ; De agris, 370, 6-8 La).

Modius — muids : unité de surface valant un tiers de jugère ; la centurie contient 600 modii (Balb., 96, 14 La ; 359, 13 La) ; voir aussi à Kastrensis modius.

Modius — nom d’une borne de forme ronde (Casae 334, 15-16 ; 336, 23 La).

Modus, modus agri — mesure, mesure de la terre : nom générique pour désigner toute surface mesurée par l'arpenteur et portée sur le plan cadastral (Hyg. 85,1 Th) ; nom de la cinquième controverse agraire (Front., 5, 16 Th = 13, 7 La ; Ps. Agen., 35,3 Th ; Hyg., 94, 16 Th = 131, 10 La).

Modus, modus assignationis — mesure (du lot), mesure de l’assignation : par extension du sens général précédent, mesure de terre attribuée à un colon (Sic. Flac., 122, 19-20 Th = 158,9-10 La) ; dans ce cas, synonyme de lot ; voir à modus triumviralis. ; dans certaines régions on a compté le modus avec des unités étrangères qu’il faut convertir en jugères (Hyg., 85, 1 Th).

Modus — mesure de la centurie : par extension du sens précédent, surface de la centurie, carrée en 20 x 20 actus, ou plus petite comme en Italie le modus triumviralis (voir à cette expression), ou plus grande, comme à Crémone en 20 x 21 actus (Frontin, 14, 3-6 Th = 30, 17-19 La) ; ou encore les centuries de 40 par 20 actus de Merida (Hygin Grom. 135, 17-20 Th = 171, 1-3 La).

Modus acceptae — surface du lot : expression désignant le lot attribué au colon (Hyg. Grom. 166, 18-19 Th : 204, 2 La ; acceptae est une variante du ms Palatinus qui ne figure pas dans les ms Arcerianus A et B ; cf. Bes 148, note 116).

Modus agri — surface de terre : expression de Frontin pour désigner la surface enclose par quatre limites, soit le plèthre ou vorsus de cent pieds de côté, soit l’actus de 120 pieds de côté (Frontin 13, 13-17 Th = 30, 5-10 La) ; le modus assigné varie selon la qualité des terres, et il est plus petit dans les bonnes terres (Sic. Flac. 120, 20-23 Th = 156, 13-17 La) ; il dépend du grade (Hyg. Grom., 141, 8 Th = 176, 12 La).

Modus belli — module de guerre : expression rapportée par Hygin Gromatique, qui indique un module de terre affecté comme lot aux soldats et qui semble intervenir après le centième combat contre l’ennemi (141, 9 Th = 176, 14 La).

Modus iugerationis — mesure de la jugeration : désignation d’un mode d’assignation qui procède par des mesures en jugères, utilisé dans certains territoires (Lib. Col. 211, 6 La ; 223, 10-13 La).

Modus maior — la plus grande surface : dans une controverse entre deux propriétaires qui revendiquent chacun le même lot, on tranche en accordant la possession à celui qui a la plus grande surface ; on dit que la petite surface (modus minor) accède à la plus grande (Sic. Flac. 126, 11-14 Th = 161, 22-25 La).

Modus manipuli — mesure du manipule : expression de Siclus Flaccus pour évoquer les conditions de distribution de terres aux soldats vainqueurs (119, 9-10 Th = 155, 5 La ; Guillaumin 1992).

Modus minor — la petite surface : voir à Modus maior.

Modus triumviralis — mesure triumvirale ; désigne le lotissement au moyen de petites centuries de 50 jugères (Front., 14, 6-8 Th = 30, 19-20 La ; Hyg. Grom., 135, 16-17 Th = 170, 18-19 La).

Moeta – jalon utilisé par l’arpenteur : voir à meta.

Molaris lapis — pierre meulière, quelquefois utilisée pour faire des bornes (406, 20 La).

Molaris terminus — borne en pierre meulière (Lib. col., 214, 5 La)

Mons lapideus — mont avec des pierres : montagne dans laquelle on trouve des pierres de bornage pour signaler la frontière (Hyg. Grom., fig. 130 a Th d’après le Palatinus ; la figure correspondante n’existe pas chez Lachmann).

Montanus (limes) — montagneux : voir à Limes montanus.

MONTE ILLO, PAGO ILLO, ILLI IUGERA TOT — de cette colline, de ce pagus, à un tel, tant de jugères : exemple d’expression qu’on trouve dans les plans cadastraux lorsque le fondateur, parce qu’il manque de terre à assigner dans les zones divisées, assigne des terres hors limitation, en expulsant les occupants (Sic. Flac. 125,1-17 Th = 160, 13 - 161, 2 La).

Monticellus — monticule : utilisé pour désigner une limite (Latinus, 306, 9 La).

Monumentalis terminus — borne de monument, borne tombale : borne polie en haut et non travaillée en bas, qui n'offre pas la garantie d'un bornage (Latinus, 306, 27-28 La).

Monumentum, monumentum finalium — monument utilisé comme elémént de bornage ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 21 et fig. 293 La) ; tombeaux servant de témoins de bornage (Loi de Tibère, 271, 9-11 La).

More arcifinio — selon la coutume arcifinale : voir à Ager arcifinius.

More colonico — à la façon des colonies : expression d’Hygin Gromatique pour dire qu’on a quelquefois divisé la terre arcifinale vectigalienne par des kardines et des decumani, c’est-à-dire par centuries, comme on le fait pour les colonies ; il donne l’exemple de la Pannonie (168, 1-3 Th = 205, 1-2 La).

Mos – coutume : en matière d’occupation, désigne l’usage, le plus souvent par opposition à un mode légal de possession de la terre. On parle du mos arcifinius, du mos colonicus. Voir à ces expressions.

Mos antiquus — antique coutume : expression de Frontin pour désigner la pratique de la scamnation et de la strigation, comme façon d’organiser un territoire divisé et assigné (Front., 1, 13-16 Th = 3, 6 - 4, 2 La).

Mos arcifinius — la coutume arcifinale : voir à Ager arcifinius.

Mos colonicus – voir à More colonico. 

Multipeda — mesure à plusieurs pieds : mot dont c’est la seule occurrence, et de sens difficile à saisir : report des ombres à l’échelle ? (Hyg. Grom. 153,  8 Th = 190, 6 La ; Bes p. 89, note 80).

Municipium — municipe : cité dont le nom viendrait, d’après Siculus Flaccus, de munitio (murailles), ou de munificentia (munificence) parce que c’étaient des cités généreuses (99, 7-8 Th = 135, 18-19 La).

Murta (= myrta) — myrte : arbrisseau utilisé comme bornage ou signalant un bornage, notamment un trifinium ; élément faisant partie des signa terminorum (Ratio limitum regundorum, 360, 27 La).

Murus — mur, tas d’épierrement : élément de bornage (227, 15 La)

Muta (lapis), Mutus (terminus) — muette : borne ou pierre muette, c’est-à-dire sans inscriptions (Hyg. Grom. 136, 16-17 Th = 172, 2 La).

Mutus (terminus) — voir à Muta lapis.

 

N — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 1100 pieds (Expositio podismi, 358, 27 La).

N — lettre latine majuscule sur une borne ; indique la présence de l’eau à proximité, de confins orthogonaux avec eau et d’une citerne en marbre (Expositio terminorum, 363, 27-29 La).

N — N ; lettre latine majuscule ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 315, 5-12 La ; 4e liste : 328, 23-26 La ; 5e liste : 334, 22-29 La).

Nansianus (ou Scriverianus) – nom d’un manuscrit gromatique du XIIe s., provenant de la bibliothèque privée de Frans Nans, de Dordrecht, humaniste mort en 1595 ; dit aussi Scriverianus car il a appartenu à Pieter Schrijver, mort en 1660 ; aujourd’hui conservé à Londres.

Narratio — déclaration ; déclaration d’une des parties en procès ; elle fonde l’effet expositif (voir à expositivus) d’une controverse agraire (Ag. Urb., 29 , 9 Th = 69, 5 La).

Naturalis lapis petra — borne faite avec une pierre naturelle (142, 26 La ; 151, 15 ; 256, 11 ; etc.).

Necessarius – nécessaire : terme juridique qualifiant le passage (transcendentia, voir à ce mot) d’une controverse à une autre lorsque la controverse doit recevoir d’autres controverses pour être tranchée ; par exemple le passage de la controverse de la mesure à celle du lieu est nécessaire, car le lieu est là avant la mesure (Ag. Urb., 35, 3-6 Th) ; dans le cas inverse la passage est dit irritus, c’est-à-dire inutile, non nécessaire, sans effet.

Nequiens — incapable (participe présent de nequeo) : terme juridique synonyme de incapax (voir à ce mot) (Ag. Urb. 29, 26 ; 28 Th, etc. = 69, 25 ; 27 La).

ν — ni ou nu : lettre grecque nu ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 323, 7-13 La ; 3e liste = Expositio litterarum finalium : 326, 13-13 La).

Nominatim — par noms : qualifie une procédure nominale d’attribution (Siculus Flaccus 118, 15 Th = 154, 12 La) ou de restitution (Hygin 79, 17-18 Th = 116, 16-17 La) de terre publique ; voir In nominibus, Nominibus.

Nominibus — par noms (Sic. Flac., 118, 15 Th = 154, 2 La) ; voir à Nominatim, In nominibus, Viritim.

Norma – équerre ; ligne tracée à l’équerre (Iun. Nyps., 286,2 La).

Normalis — angle droit en latin (euthygrammos en grec) (Balbus 100, 9-11 La) ; qui est à angle droit ; peut qualifier un rigor (Hygin, 92, 3-4 Th), un territoire (Lib. col., 247, 11 La), un angle (Balb., 100,11 La, etc.), un limes (Lib. col., 218,14, etc.), une ligne reportée sur le plan (Front., 3, 4 Th = 7, 7 La), des longueurs (Hyg. Grom., 132, 6-7 Th = 167, 3-4 La).

Normatura — terme intraduisible ; tracés orthogonaux obtenus par l’équerre pour définir une limite de domaine (Casae, 310, 28 La).

Nota — marque : marque qu'on grave sur une borne ou sur un rocher isolé, qu'on fiche sur un arbre, pour servir d'indication de bornage ou de frontière (Hyg. Grom. 161, 23 Th = 198, 21 La).

Notae iuris — notes du droit ; signes sténographiques, selon Rudorff ; signes qui ont une valeur juridique dans le cadre des domaines, selon J. Peyras ; chapitre ou paragraphe de commentaires associés à la forma, concernant la mesure en pieds ou pedatura (voir ce mot) des segments de limites, selon A. Roth Congès (Casae 311, 2 La ; 316, 18-20 ; etc. De paludibus, 365, 33 La).

NOV(A), NOVA, NOVA IUG(ERA) — nouveaux jugères : mentions abrégées des formae affichées à Orange pour indiquer des jugères récemment mis en culture (Piganiol 1962, p. 231, 244, 305, etc.).

Novalis ager — jachère : voir à Ager novalis.

Noverca — canalisation de drainage, faite en tegulae (Lib. col., 227, 14-15 La), utilisée comme élément de bornage (Lib. col., 241, 11 La ; fig. 291 La) ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 4 La) ; nom générique d’une borne dans le “Tableau des bornes”  (Terminorum diagrammata 341, 19 et fig. 291 La).

Noverca — lieu défavorable, par exemple pour l’installation d’un camp (Ps.-Hyg., Castr., 57 ; 58) ; voir aussi à iniqua loca.

Numerus — nombre : nombre inscrit sur une borne (Sic. Flac. 106, 21 Th = 142, 20 La) ; voir aussi à Litterae (singulares).

Numerus uncialis — mesure en onces : façon de mesurer les bornes (Lib. Col. 216, 6 La).

 

O — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 1100 pieds (Expositio podismi, 358, 28 La).

O — lettre latine majuscule sur une borne ; indique une forêt au nord, un cours d’eau qui la traverse et des signes de bornage au-delà du cours d’eau (Expositio terminorum, 363, 30-32 La).

O — O ; lettre latine majuscule ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 315, 13-22 La ; 4e liste : 328, 27- 329, 2 La ; 5e liste : 334, 30-335, 8La).

Occupatoria condicio — condition “occupatoire” : condition des terres de l’ager occupatorius ; on ne peut pas traduire occupatorius par “occupé” car le latin fait la différence entre occupatus et occupatorius (dans leur traduction d’Hygin, les chercheurs de Besançon proposent “occupatoire” pour faire cette différence, pp. 33, 39) ; les terres questoriennes dans lesquelles les bornes et les limites ne sont plus reconnaissables, retombent dans cette condition (Sic. Flac. 117, 1-3 Th = 153, 4-5 La).

Occupatus finis — territoire occupée ; peut désigner non pas des agri occupatorii (voir ci-dessus), mais la terre publique occupée par des particuliers ou d’autres que ceux qui en ont le droit ; en Cyrénaïque, on trouve par exemple sur des bornes de Vespasien la mention OCCUPATI A PRIVATIS FINES : P. R. RESTITUIT (« territoires occupés par des particuliers : il les a rendus au peuple romain ») (Hyg., 85,21 – 86,1 Th = 122, 1 - 123, 1 La).

Octogonus — octagone ; méthode de mesure dans Epaphroditus et Vitruvius Rufus (Guillaumin 1996, 178-179).

Œcumene — le terre habitée : partie du monde habitable et connue, située entre l'Atlantique et la mer orientale, enfermée par l'océan du sud et du nord (Agen. Urb. 22, 12-14 Th = 64, 16-19 La).

Oleagineus (palus) — d’olivier : poteau en bois d’olivier servant de borne dans l’ager occupatorius (Sic. Flac. 102, 19 Th = 138, 21 La).

Oliva fructifera — olivier fructifère : utilisé comme élément de bornage placé sur la ligne du limes, pour indiquer un puits ou le lit d’un cours d’eau (fig. 323 La).

Olivastellus — olivier sauvage : élément de bornage, ou signalant un bornage (Expositio terminorum, 361,15 La) ; élément faisant partie des signa terminorum (360, 25 La).

ο — omicron : lettre grecque o ; dans une des listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 323, 23-28 La).

ω — omega : lettre grecque omega ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 325, 6-10 La ; 3e liste = Expositio litterarum finalium : 327, 1-3 La).

Once – voir à Uncia.

Opinio — opinion : l’accord exprimé par deux ou plusieurs possesseurs ou propriétaires voisins, au sujet d’une limite ; moyen de preuve utilisé par le juge là où la preuve par la mesure n’est pas possible (Hygin, 96, 6-7 Th).

Oppidum — terme intraduisible, désignant une cité de rang inférieur au municipe et à la colonie (Sic. Flac. 100, 20-22 Th = 137, 5-7 La).

Optimum solum — le sol le meilleur : le sol le meilleur requis pour être assigné ; exemple des terres de cités voisines attribuées aux Spellates d’Ombrie, pour leur permettre d’atteindre l’ampleur d’une colonie, et parce qu’on ne trouvait pas de bonnes terres autour de la ville (Hyg. Grom. 143, 16-17 Th = 179, 8-9 La).

Orca — jarre : élément utilisé comme bornage (Expositio terminorum, 361, 28 La).

Orcularis terminus — borne en forme de petite amphore (fig. 326 La).

Ordinatio centuriae — disposition des centuries : expression pour désigner le territoire centurié (Ps.-Agen. 47, 13 Th).

Ordinatio limitis — disposition du limes : expression pour désigner le territoire divisé par la limitation (Ps.-Agen. 47, 19 Th).

Ordo coloniae — l’ordre (des décurions) de la colonie : mot employé pour désigner la ville ou la colonie qui est collectivement bénéficiaire d’assignations de biens publics ; voir aussi à “personne publique” ou à “res publica” (Hyg. Grom. 161, 4-5 Th = 198, 3-4 La).

Ordo assignationis — l’ordonnancement d’une assignation : disposition des limites et des bornes sur le terrain préparé pour une assignation (P-Agen. 38,25 Th : ordo veteris adsignationis : ordre de l’ancienne assignation).

Ordo limitis — l’ordre du limes : expression pour dire qu’un territoire a été divisé par une limitation, ordo limitis ordinatus ager (Ps. Agen. 31, 20 Th) ; voir à Ordinatio limitis.

Ordo locorum — disposition des lieux (Cod. Théod., 267, 12 La) : notion juridique intervenant dans le règlement des controverses sur le lieu, la limite et le bornage.  

Ordo mensurarum — l’ordre des mesures (26, 24-25 Th) : expression d’Agennius Urbicus pour désigner les controverses qui se résolvent par le recours aux mesures.

Orthogonius trigonus — triangle rectangle (Epaphr. et Vitr. Ruf., Guillaumin, p. 156-157) : voir à triangulum recto angulo.

Ort<h>ogoneus rectum angulum mittit — une (borne dite) orthogone se jette (est placée) à l’angle droit ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 249, 1 La).

Oxygonius trigonus — triangle acutangle ; voir à Trigonius oxygonius.

 

P — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 1200 pieds, « avec deux appendices » sic (Expositio podismi, 358, 29-30 La).

P — lettre latine majuscule sur une borne ; indique qu’on a mis en œuvre la mesure par pieds et qu’on a posé des témoins de bornage (Expositio terminorum, 364, 1-5 La).

P — P ; lettre latine majuscule ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 315, 23 -316, 4 La ; 4e liste : 329, 3-11 La ; 5e liste : 335, 9-18 La).

Paginae fundorum — expression de sens incertain, employée dans les Casae litterarum (Casae, 313, 3 La) ; 1. fiches des domaines ; fiches ou tablettes de chaque domaine, permettant la comparaison des confins, selon A. Roth-Congès ; 2. rangée de vigne disposée en rectangle et faisant limite : selon Jean Peyras, d’après Pline l’Ancien (NH, 17, 169).

Pagus — mot intraduisible : désigne une circonscription fiscale, subdivision de la cité, ayant ses frontières (Sic. Flac. 129, 11-13 Th = 164, 25-27 La).

Palatinus — nom d'une collection de textes gromatiques illustrés, composée au IXe s., peut-être à Aix-la-Chapelle, et initialement conservée à a Bibliothèque Palatine d'Heidelberg, avant de l'être aujourd'hui à la Bibliothèque du Vatican.

Pali lignei — pieux de bois : poteaux servant au bornage (Asculanus ager : Lib. col., 252,17 La) ; dits aussi pali roborei (voir à Roboreus terminus).

Palmus —paume ; mesure de longueur valant 4 doigts ou 3 onces (Balb., 94, 14 ; 95,1-5 ; 96,1 La).

Palus actuarius — poteau actuaire : poteau installé tous les actus de 120 pieds le long des côtés de la centurie, entre les têtes de centuries (Hyg. Grom., 155, 8-9 Th = 192, 9 La).

Palus picatus — voir à Picatus palus.

Palus sacrificalis — poteaux sacrificiels, poteaux de bois auprès desquels les particuliers faisaient leurs sacrifices (Ps.-Agen. 33,11 Th = 74, 10 La).

Parallela — parallèle : nom d'une mesure de surface propre à la Gaule Narbonnaise, mentionnée par Hygin ; on en ignore l'équivalence en jugères (85,9 Th = 122, 7 La) ; voir aussi à libra.

Parallelogrammus orthogonius — parallélogramme rectangle (Epaph. et Vitr. Ruf., Guillaumin 1996, 155).

Parallelogrammus trigonus — triangle parallélogramme (Epaphr. et Vitr. Ruf., Guillaumin 155).

Parallelogrammus terminus — borne en forme de parallélogramme (fig. 272 La).

Paralleloneus terminus — borne parallèle : se dit d’une borne rugueuse dont certaines parties offrent un aspect mélangé, avec des pointillés, et se dressant à un trifinium. Cette borne comporte l’indication des départs de distance des limites prévus par les lois au moyen de lettres, isolées ou par couples (Latinus, 309, 13-25 La).

Pararerogamus (= parallelogrammus) pentagonus — parallélogramme à cinq côtés ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus, (Lib. col., 249, 9 La).

Parasanga — parasange (mot masc.) : mesure de longueur utilisée pour les voies en Perse (De agris, 370,5-6 La).

Parietes de calce fabricatas — murs faits de (pierres) calcaires : élément de bornage (Expositio teminorum, 361, 20 La).

Pars – dans une cultellation, projection de la pente à l’horizontale, qui équivaut à une partie du lotissement (selon A. Roth-Congès 1996, 323, n. 90, qui suit le texte de Lachmann [pars : 27, 12 La] et non celui de Thulin [pares : 19, 7 Th]).

Pars (partes) agri — partie(s) d’un territoire : nom donné aux parties du territoire obtenues par la division de l’espace par le kardo maximus et le decumanus maximus (Frontin, 12,11 Th = 29, 7 La) ; à partir de l’umbilicus, division de l’espace en quatre parties (Hyg. Grom. 159, 1-3 Th = 195,18 – 196,1 La). Voir aussi à Regio.

Partes iuris — les parties du droit : expression d’Agennius Urbicus pour désigner les controverses qui se résolvent par le recours aux voies du droit civil ou ordinaire (26, 24-26 Th = 66, 7-9 La).

Particula, particula agrorum — parcelle, parcelle de terre (Sic. Flac. 109, 21 La = 145, 21 La ; 114,18 Th = 150, 17-18 La).

Pascua — pâturages : sixième et dernière catégorie de terres dans le classement des terres vectigaliennes de Pannonie (Hyg. Grom. 168, 15 Th = 205, 15 La).

PASCVA PVBLICA — pâturages publics : pâturages assignés à une res publica ; l’une des mentions qu’on peut trouver sur un plan cadastral (Hyg. Grom. 159, 21 Th =196, 18 La).

Passus — pas : mesure de longueur de 5 pieds (Balb., 94,11 et 15 ; 95,6 La).

Paume — voi à Palmus.

Pedatura — mesure par pieds ; longueur exprimée en pieds, et, par extension, emplacement qui a été mesuré en pieds (Ps.-Hyg., Castr., 2 ; 34 ; 35 ; 38 ; 39) ; voir Podismus.

Pedatura — mesure par pieds ; système dans lequel la longueur d’un limes est indiquée par une lettre sur une borne dans la direction de celui-ci, lettre qui se réfère à une liste de mesures (Expositio podismi, 358-359 La).

Pentagonus — pentagone ; méthode de mesure dans Epaphroditus et Vitruvius Rufus (Guillaumin 164-173).

Perche (pertica) — instrument d'arpentage et mesure de longueur, de 12 pieds (ou 10 pieds, et dans ce cas nommé decempeda) ; perche rigide de dix ou douze pieds que l’on reporte autant de fois que nécessaire à l’horizontale sur l’alignement ; mesure de 12 pieds de 18 doigts (Epaphr. et Vitr. Ruf., Guillaumin 192-193).

Perducere — conduire, tracer : se dit de la mise en place d’un limes (Hygin, 97,17 Th : limitibus perductis = 134, 1-2 La : praedictis).

Peregrina vocabula — mots étrangers : c’est ainsi qu’Hygin désigne les noms locaux d’unités de mesure (ex : versus, libra, parallela, centuria) qu’il lui faut convertir selon le système des jugères pour connaître l’équivalence (85, 14 Th = 122, 12 La).

Peregrinus terminus — borne étrangère : borne faite avec une pierre extérieure à la région (Hygin, 90, 2 Th = 127, 2 La ; Sic. Flac. 103, 13 Th = 139, 13 La).

Per extremitatem comprehensus — voir à Ager mensura per extremitatem comprehensus.

Per professiones veterum possessorum — selon  les déclarations des anciens possesseurs : expression désignant un mode d’assignation pratiqué par transfert de terres dans leur forme xistante, sans qu’il soit besoin de diviser les terres ; exemple à Minturnae (Hyg. Grom. 142, 17 Th = 178, 7 La).

Per proximos possessionum rigores adsignatio — assignation au moyen des tracés passant entre (au contact de ?) les possessions proches (jointives ?) ; expression de Frontin pour désigner l’un des deux modes d’organisation du territoire divisé et assigné, mode qui génère des unités dites scamna et strigae (Front., 1, 8-9 Th = 3, 1 La) ; voir à ces mots.

Perpendere — plomber, vérifier la verticalité à l'aide du fil à plomb (Iun. Nips., 286,22 ; 287,4 et 17 ; 288,2 La ; Roth-Congès 1996, 307 sq.).

Perpendiculum – fil à plomb pendu sous une branche de la groma ou du ferramentum (Front., 17,2 Th = 33, 5-6 La ; Roth-Congès 1996, 309 sq.).

Perpensus — plombé : ablatif absolu seul (Front., 18, 12-13 Th = 26, 11 - 27, 1 La ; 16, 16-17 Th = 32, 18-19 La ; 18, 9-11 Th = 34, 11-13 La ; Iun. Nyps., 285, 15-16 La) ; ablatif absolu avec ferramentum (Front., 17, 5-7 Th = 33, 10 La ; Iun. Nyps., 288, 2 La) ; adjectif avec signum, signa (Iun. Nyps., 285, 13 La ; 287, 16 ; 19-20 ; 24-25 La) ; adjectif avec ferramentum (Iun. Nyps., 285, 15-16) ; voir Roth-Congès 1996, 307-308.

Perpensus rigor — alignement plombé, c’est-à-dire cultellé (17, 6 et 21 [avec la forme permensus rigor, sic] ; 18, 10 Th ; cf. A. Roth-Congès 1996, 307-308 ; 321).

Perpetuus limes — limes continu : axe que l’arpenteur réalise en continu et qui peut le conduire à une erreur persistante, alors qu’il aurait pu la corriger en interrompant l’axe et en recalculant ses intersections (Hyg. Grom. 155, 3 Th = 192, 4 La). 

Per quadrifinia — voir à Quadrifinium.

Persona coloniae — personne de la colonie ; expression désignant la collectivité des colons, la res publica (Ps. Agen., 46, 22-23 Th = 86, 1 La) ; synonyme de personne publique et de res publica.

Publicae personae — personnes publiques : expression désignant une collectivité, par exemple de colons, disposant d’un statut juridique et de biens publics (Ps. Agen., 40, 1 Th = 80, 1 La) ; on dit aussi res publica (voir à cette expression).

Per strigas et per scamna in centuriis — (divisé) par des strigae et des scamna dans des centuries : expression propre au Liber coloniarum II pour certains territoires du Picenum (255, 17 ; 257, 5-6 ; 26-27)

Pertica — territoire divisé par la limitation en vue d'une assignation ; totalité de ce qui doit être attribué lors d’une assignation ; sol tout entier qui a été attribué à une colonie, quel qu'en soit le lieu (Frontin, 14, 24 -15, 2 Th) ; espace de référence des bénéficiaires d'une assignation, y compris ceux qui ont été installés dans une préfecture, sur un territoire étranger (Front., 15, 1-3 Th = 26,6-8 La) ; dans la limitation d'une préfecture, tous les citoyens reçus sont dits de la pertica (Sic. Flac., 124,17-24 Th = 160, 4-8 La) ; lorsque les terres de plusieurs municipes ont été prises et réunies dans une seule et même limitation, c'est devenu la pertica complète de la colonie dans laquelle les colons ont été déduits (Sic. Flac., 128 Th = 164,8 La).

Pertica - plan cadastral (Sic. Flac. 118, 20 Th) ; à noter l’expression typum perticae, le plan de la pertica, chez Hygyn Gromatique (165, 14-15 Th = 202, 15 La) qui renvoie au sens précédent.

Pertica – mesure ; voir perche.

Pes — pied ; mesure de longueur qui vaut 4 paumes, ou 12 onces, ou 16 doigts (Balb., 94,10 ; 95, 2 ; 96, 2 ; etc. La); voir également ci-dessous.

Pes constratus — pied “aplani” ; c’est-à-dire pied carré, contenant quatre demi-pieds carrés (Balbus 95, 3 La). 

Pes Drusianus — pied de Drusus : pied en usage chez les Tongres, valant un pied monétal et une once et demie (Hygin, 86, 10-11 Th = 123, 9-10 La).

Pes monetalis — pied monétal : pied romain classique, dont un étalon était conservé dans le temple de Junon Moneta, d’où son nom (Moneta = celle qui avertit, parce que Junon avait averti les Romains de l’imminence d’un tremblement de terre) ; il vaut 16 doigts (digita) de 18,5 mm ou 4 paumes (Hyg., 86, 5-6 Th = 123, 4-5 La).

Pes porrectus — pied “allongé”, c’est-à-dire en longueur, par opposition à une mesure de surface ou pied carré (Balbus, 95, 1-2 La).

Pes prostratus — pied “jeté à terre” ; pied carré (Balbus 96,8 La).

Pes Ptolemeicus — pied ptolémaïque : pied monétal (voir à ce nom) augmenté d’une demi-once, soit 1/24e, ce qui donne un pied de 30,8 cm (Hyg., 86, 1-2 Th = 123, 1-2 La).

Pes quadratus — pied carré : employé au sens de pied cube, ou pied solide (treduction de Guillaumin) : mesure de volume valant 8 demi-pieds cubes (Balbus 95, 4 ; 96, 10 La).

Pes quadratus concavus — pied solide en volume : voir Pes quadratus et Amphora.

Pes solidus — pied solide ou pied cube (Balbus 96, 12 La) ; en volume, il a la capacité d’une amphore de 3 muids : voir à Pes quadratus.

Petra nativa signata — pierre locale marquée d’un signe (Lib. col., 228, 13 La).

Petra notata — pierre portant une marque, utilisée comme borne (Sic. Flac. 104, 10 Th = 140, 7-8 La).

Petra signata — pierre marquée d’un signe (Lib. col., 240, 19 La).

φ — phi : lettre grecque, fi ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 324, 22-27 La ; 3e liste = Expositio litterarum finalium : 326, 24-26 La).

π — pi : lettre grecque, pi ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 323, 29- 324, 5 La ; 3e liste = Expositio litterarum finalium : 326, 14-16 La).

Picatus palus — pieu de bois enduit de poix, servant au bornage (Expositio terminorum, 361, 33 La).

Pied — voir à Pes.

Pinnalis rigor — ligne d’arpentage marquée de plumes (254, 1 La) ; voir à Hebes rigor.

Pinus — pin ; arbre utilisé comme indicateur de bornage, par exemple aux limites extrêmes des domaines (Sic. Flac. 107, 23 Th = 143, 23 La) ; voir à genus arborum.

Pittacium — liste sur laquelle on inscrit les noms des hommes devant bénéficier du tirage au sort d’un lot (Hyg., 73, 17 Th = 113, 11 La).

Plagatus — voir à Arbor plagata.

Planitia — plaine : lieu où les colons ont leur lot (plutôt que dans la montagne) ; exemple à Capène, en Étrurie (Lib. Col. 216, 13 La) ; en Dalmatie (Lib. col., 241, 13-14 La).

Planum — le plan, epipedon en grec : genre de mesure dont on calcule la longueur et la largeur, et quand la hauteur ou l’épaisseur n’est  pas en question (Balbus, 97,4-5 La).

Planus angulus — angle plan : « inclinaison mutuelle de deux lignes qui se touchent dans le plan, mais qui ne sont pas placées en ligne droite » (Balbus 103, 18-20 La ; trad. Guillaumin).

Plethron — plèthre : mesure agraire grecque de 100 pieds de côté, équivalent du vorsus des Osques et des Ombriens (Front., 13, 15-16 Th = 30, 8-9 La).

Plinthis (pluriel plinthides) — brique ; nom grec (le nom latin étant laterculus) donné aux centuries de l'ager quaestorius; ou aux lots d'une superficie du quart d'une centurie (Hyg.,78, 21 Th = 115, 18 La) ; en Cyrénaïque, selon Hygin, mesure de surface de 1250 jugères calculés sur la base du pied Ptolémaïque, soit 1356 jugères et un triens mesurés avec le pied romain monétal (Hyg., 85, 18-21 Th = 122, 17-20 La).

Plurilatera forma — figure plurilatère : « celle qui est comprise par plus de quatre lignes droites, sous quelque espèce que ce soit. […] (elles) reçoivent aussi leur nom grec du nombre de leurs angles. Exemples : hexagone, heptagone, etc., au-dessus de ce nombre. Ces figures, dans notre langue, sont appelées plurilatères, et l’on ajoute le nombre d’angles. Exemple : à six angles, à sept angles » (Balbus 106,21 – 107,3 La ; trad. J.-Y. Guillaumin).

Podismatio — mesure effectuée en comptant par pieds : terme qui n’apparaît pas dans le corpus gromatique édité par Lachmann mais dans la 2e Géométrie pseudo-boécienne (Ed. Friedlein, 424, ligne 11 ; d’après Guillaumin p. 103).

Podismus — mesure par pieds (podismare : mesurer au pied ; podismatus : mesuré au pied) : terme grec podismos latinisé, désignant la mesure exprimée en pieds (Front., 16, 2 Th = 32, 5 La ; titre d’un texte attribué à tort à Iunius Nipsius par Lachmann, 295, 16 La ; Guillaumin 120 sq) ; le terme latin est pedatura (voir ce mot).

Politus terminus, politus lapis — borne, pierre lisse ; c’est-à-dire polie mais non inscrite (Sic. Flac. 103, 14 Th = 139, 14 La).

Polus — le ciel : le ciel est divisé en six parties par cinq cercles dénommés septentrional, solsticial, équinoxial, brumal, austral (Hyg. Grom. 149, 21 Th = 186,6 La).

Pons de lapide vivo in fine — pont de pierres vives sur la limite : élément de bornage (Expositio terminorum, 361, 26 La).

Pons ex calce factum in fine — pont de calcaire sur la limite : élément de bornage (Expositio terminorum, 361, 27 La).

Pons marmoreus in fine — pont de marbre sur la limite : utilisé comme élément de bornage (Expositio terminoroum, 361, 25 La).

Populus — peuplier : arbre utilisé comme indicateur de bornage, par exemple aux limites extrêmes des domaines (Sic. Flac. 107, 24 Th) ; voir à Genus arborum.

Populi Romani territoria — territoires du peuple romain : expression par laquelle sont désignées les terres prises à l‘ennemi et qui deviennent ager publicus (Sic. Flac. 100, 15-19 Th = dans le passage correspondant, l’édition Lachmann ne retient pas le mot territoria 137, 1-4 La).

Porca — mesure de longueur valant 7200 pieds (Epaphr. et Vitr. Ruf., Guillaumin 192-193).

Porca — mesure de surface en Bétique, de 30 x 180 pieds, soit 5400 pieds carrés (Columelle, 5, 1, 5 ; Isid., 368, 6 La : mesure de 30 x 80 pieds, soit l’équivalent de l’uncia ; même mesure de 30 sur 80 pieds dite porcamis en 372, 19-20 La).

Porcamis — voir à Porca.

Portae principales — portes principales : dans le camp militaire, nom des deux portes, droite et gauche, qui se trouvent à l’extrémité de la via principalis (Liv., 4, 19, 8 ; 40, 27, 4-5) ; elles sont appelées portae dexterior et sinistrior par le Pseudo-Hygin (De mun. castr., 14).

Portio — part : synonyme de lot (Lib. Col. 216, 13 La).

Positio angulorum — position des angles : expression employée par le Pseudo Agennius pour indiquer que lors de la restitution sur le terrain d’un lieu nommé sur plan cadastral et qui a été perturbé, on  retrouve la vieille assignation par la position des angles (Ps. Agen., 38, 23-24 Th).

Positio terminorum  — position des bornes ; intitulé d’une des quinze controverses agraires (De positione terminorum controversia ; Front. 4, 7 Th = 9, 7 La) ; c’est aussi une controverse sur le déplacement des bornes (controversia moti termini chez Agennius Urbicus, 31,7 Th).

Possessio — possession ; terme juridique qualifiant le statut de la terre publique du peuple romain lorsque celle-ci est louée, par contrat, à un adjudicataire qui s’engage à verser le vectigal à la res publica ; nom d’une controverse agraire selon la liste de Frontin (4, 9 ; 6, 13-14 Th = 9, 8 ; 16, 3-4 La) ; grand domaine public ou privé, obtenu à l’origine par occupation et non par mancipation (De agris, 369, 3-5 La).

Possessor – possesseur : celui qui prend en fermage des portions de l’ager publicus, perçoit le vectigal pour le compte de la res publica et le lui reverse selon le taux indiqué par contrat ; celui qui occupe un portion de l’ager publicus (Sic. Flac., 107, 8-9 Th = 143, 8 La ; etc.).

Postica – à l’arrière : dans la discipline étrusque, désigne la partie qui, à partir de la ligne sud-nord, est à l’arrière par rapport au sens de la course du soleil (Front., 11, 8 Th = 28, 3-4 La) ; transposé dans l’arpentage romain, désigne  la partie qui se trouve en-deçà du cardo (Hyg. Grom., 132, 4 Th = 166, 17 - 167, 1 La) ; s’oppose à antica (voir ce mot).

Praecidere mensura — recouper par la mesure, par exemple lors de la vérification de la rectitude du tracé d’une quadratura, ou groupe de centuries (Hyg., 72,15 Th = 112,10 La).

Praecisura — épluchures ; de praecidere, "couper", "morceler" : terme rare désignant probablement une parcelle, peut-être de forme plus ramassée que la lanière ; on assigne en praecisurae (Lib. col., 232,18 ; 230, 11 ; 236, 8 La, etc.).

Praecisura — en géométrie, intersection de lignes géométriques (Hygin Gromatique 153, 16 Th = 190, 14 La) ; autre sens dans les textes tardifs : segments d'un côté du triangle déterminés par la perpendiculaire issue de l'angle opposé, et divisant ce côté en une praecisura maior et une praecisura minor (Podismus, 301,8 La ; Epaphr. et Vitr. Ruf., Guillaumin pp. 128-131 et note 22).

Praeda — butin, prise (de guerre) : ce mot serait à l’origine de praedium (De agris, 369, 8-11 La).

Praedium —  domaine, propriété du père de famille : propriété d’où le père de famille tire provision (praevidium), ou qui reçoit ce nom lorsqu’il a été constitué sur des terres prises par la guerre (praedae) (De agris, 369, 8-11 La).

Praefectura — préfecture : nom donné à un territoire pris dans une cité voisine ou étrangère pour compléter l'assignation d'une colonie située dans un autre territoire, contigu ou non (voir aussi Ager sumptus ex vicino territorio) (Ps.-Agen. 40, 1-3 Th = 80, 1-3 La ; Sic. Flac. 124, 17-24 Th = 160, 4-11 La) ; tout ce qui a été ajouté à l’ensemble d’une pertica depuis les limites d’une autre cité (Frontin, 14, 24 – 15, 4 Th =26, 5-10 La).

Praefectus (magistratus) iure dicundo — préfets (magistrats) disant le droit (Sic. Flac. 124 Th ; 160 La).

Praesidens terminus — borne principale ; les arpenteurs emploient ce genre de borne pour établir la ligne perpendiculaire ou cathète dans le cas d’une construction d’un réseau en oblique par rapport à un autre (Gaius et Theod., 346, 27 La ; Roth-Congès 1996, 347-348).

Praesignis (adjectif praesignis, -e) — marqué devant comme un pré-signal : dans le bornage de terres non divisées, pierre posée comme pré-signal, indiquant la limite du territoire, différente des bornes privées (Sic. Flac. 128, 10-12 Th = 163, 22-23 La).

Praevidium — provision, ce qui permet de prévoir : terme qui serait à mettre en relation avec le praedium (De agris, 369, 8-10 La).

Prati — prés : troisième catégorie de terres, après les deux premières catégories de terres labourables, dans le classement des terres vectigaliennes de Pannonie (Hyg. Grom. 168, 14 Th = 205, 14 La).

Primus (limes) — le premier axe de la limitation : désigne, selon certains arpenteurs, le decumanus maximus ou le kardo maximus (Hyg., 72, 18-26 Th = 112, 13-21 La ; Hyg. Grom., 138, 14 - 140, 11 Th = 173, 16 - 175, 14 La ; 159, 5 Th = 196, 3 La).

Privata terminatio — bornage particulier : bornage distinct par lequel on désigne le périmètre des forêts ou pâturages publics assignés à la res publica, et qui vient s’ajouter à la division et au bornage des centuries (Hyg. Grom. 159, 20  Th = 196, 17 La).

Pro aestimio ubertatis — selon l’évaluation de la fécondité [du sol] : appréciation de la fertilité du sol en vue des assignations, notamment lorsqu’il s’agit d’apprécier la taille du lot (Hyg. Grom. 134, 11-12 Th = 169, 10-11 La ; Lib. col., 216, 11-13 ; 222, 11-13 ; 262, 6-7 La).

Procentema — plan ; plan à l’échelle d’un territoire que l’arpenteur établit en vue de son report futur sur la forma (Frontin, De arte mensoria : ni Lachmann (32, 1), ni Thulin (15, 19) ne comprennent le mot et donnent la leçon praecenturiato ; il faut lire procentemate, correction proposée par O. Behrends et al., Frontin, l’œuvre gromatique, Communautés européennes 1998, avec note érudite p. 83-84 ; reprise dans J.-Y. Guillaumin, 2005, p. 162 et note 113).

Professio — déclaration : on exige des possesseurs qu’ils déclarent quelle quantité de terre et en quel lieu ils la possèdent avant de les exproprier ou de leur rendre la terre (Sic. Flac. 121, 2-4 Th = 156, 1-3 La).

Professio nostra — notre profession : expression de Siculus Flaccus pour désigner la profession d’arpenteur (98, 9 Th = 134, 17 La).

Pro indiviso — en raison de l’indivision, en commun : dans certaines provinces, expression désignant les pâturages assignés collectivement aux vétérans (Ps.-Agen. 39, 17 Th).

Pro merito — selon le mérite : on distribue les lots selon la valeur militaire (ex : Cumae : Lib. col., 232, 12 La).

Pro portione officii — en proportion de la fonction : expression d’Hygin Gromatique pour indiquer que la surface des lots est proportionnelle aux fonctions des soldats et des grades (Hyg. Grom., 141, 8 Th = 176, 13 La).

Prorsus (limes) — dirigé vers l’avant : qualifie un limes orienté à l’est (Frontin, 12, 13-14 Th = 29, 9 La ; Hygin Gromatique, 132, 169 Th = 167, 16 La).

Proximi possessores — les possesseurs les plus proches ; expression désignant les colons qui reçoivent les surplus de terres non assignées proches de leur lot, sous le nom de pâturages communs (Hyg. Grom. 164, 14-15 Th = 201, 15 La).

ψ — psi : lettre grecque y ; dans une des listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 325, 3-5 La).

Publica — les lieux publics (pour loca publica) : terme par lequel sont quelquefois désignés les lieux ou terres publics dans le cadastre B d’Orange (Pignaiol 1962).

Publica instrumenta  — la documentation publique ; désigne les archives publiques (Hyg., 74, 9 Th = 114, 15 La ; Sic. Flac., 128, 16 Th =163, 28 La).

Publicae personae — personnes publiques ; expression désignant une collectivité, par exemple de colons, disposant d'un statut juridique et de biens publics (Ps.-Agen. 40,1 Th) ; on dit aussi res publica (voir à cette expression).

Publicum — le domaine public (Hyg. Grom., 161, 1-2 Th = 197, 21 La).

Publicum solum — sol public : Siculus Flaccus parle des terres qui appartiennent à des sols publics (121, 20-21 Th = 157, 13 La).

Pulvinus — limite faite avec du gravier du Tibre (Hygin, 89, 11-13 Th).

Punctum — point sur une borne indiquant un puits ou une source ; élément faisant partie des signa terminorum (360, 15-16 La = 126, 13-15 La).

Punctum — point : point d’où part une division du sol par la limitation (Sic. Flac., 124, 15-16 Th = 160, 1-2 La ; 126, 19-21 Th = 162, 3-5 La).

Punctum decussis — le point de la croix : point central situé à l’intersection des deux branches de l’équerre ou groma.

Punctum lapidis  ­— le point de la pierre : point central situé à l’intersection des deux traits gravés au sommet de la borne.

Puteum — puits, utilisé comme élément de bornage (Expos. term., 361,6 La) ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (Term. diagr., 341, 30 et fig. 302 La).

 

Q — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 1300 pieds (Expositio podismi, 359, 1 La).

Q — lettre latine majuscule sur une borne ; indique un cours d’eau depuis le limes (Expositio terminorum, 364, 6 La).

Q — Q ; lettre latine majuscule ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 316, 5-12 La ; 4e liste : 329, 12-18 La ; 5e liste : 335, 19 -336, 2 La).

Quaestorius ager — voir à Ager quaestorius.

Quadratum  — carré (Sic. Flac., 120, 4-5 = 155, 28 La ; Hyg. Grom., 170, 13 Th = 207, 12-13 et 16 La) ; voir à quadratura.

Quadratura – ensemble carré, par exemple de centuries ; terme utilisé à propos des questions de refermement des carrés lors d’un arpentage ; voir à Claudere, ou Praecidere mensura ; terme utilisé par Hygin Gromatique lorsqu’il décrit le système de limitation qu’il souhaite voir utiliser pour la terre arcifinale vectigalienne de province, et qui signifie agencement de scamna et de strigae pour former des carrés (169-170 Th = 206-207 La).  

Quadratus terminus — borne carrée ; les arpenteurs d’Italie emploient des bornes carrées pour marquer une hypoténuse dans le cas de construction d’un réseau en oblique par rapport à un autre (Gaius et Theod., 346, 25 La).

Quadrifinium — quatre limites : rencontre de quatre limites, de quatre propriétés jointives (Front., 4, 14-15 Th = 10, 3 La), de quatre possessions (Dolab., 302, 21-22 La) ; point de rencontre des limites où on trouve souvent des bois sacrés (Comm. Anon., 68, 30-31 Th) ; division de la centurie en quatre lots (per quadrifinia) : voir à Intercisisio per trifina et quadrifinia.

Quadrifinius terminus — borne de quatre limites : borne située à la rencontre de quatre limites, nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 33 La).

Quaestio — débat, controverse (Ps.-Agen. 43, 4 Th = 83, 2 La).

Qua falx et arater exierit/ierit — où seront allés la faucille et l'araire (ubi milex falx et aratrum ierit : là où seront passés la faucille et l'araire) : termes d'une loi d'Auguste indiquant qu'on ne doit assigner aux colons que des terres déjà mises en culture (Hyg., 73, 1-5 Th = 112, 22-26 La ; Hyg. Grom. 164, 6-8 Th = 201, 7-9 La ;  166, 10-15 Th = 203, 14-19 La ; Lib. col., 246, 18-21 La).

Qualitas — qualité (au sens géométrique) : particularité des choses révélée par l’art de la géométrie (Ag. Urb. 25, 26-27 = 65, 8 La) ;

Qualitas — qualité : moyen de preuve utilisé par l’inspecteur ou l’arpenteur et fondée sur les particularités géométriques des terres (Hyg., 77, 3, 8 Th = 283, 7, 12 La : aequalitas).

Qualitates agrorum — qualités des terres : expression générique pour désigner les catégories juridiques et gromatiques de classement des terres (Front., 1, 3 Th et La) ; synonyme, dans ce cas, de “conditions des terres”.

Quarta portio clusaris — quart de fermeture, quatrième partie de fermeture : traditionnellement interprété comme le quart vide d'inscription, au sommet d’une borne, orienté vers la centurie dont la borne indique les coordonnées (Hyg. Grom. 137,14 Th = 172, 16-17 La ; cf. Bes., 33, n. 33) ; expression réinterprétée par Guillaumin : voir Angulus clusaris.

Quincunx — mesure valant cinq douzièmes de l’as ou 5 onces (Mensurarum genera, 340,1 La : quincum) ; mesure de surface valant un tiers de jugère plus un douzième, soit 12 000 pieds carrés (Col., Rust., V, 1).

Quintarios claudere — refermer les quintarii : vérification de la rigueur du maillage d'une centuriation par la fermeture d'un carré de quintarii (Hyg. Grom. 154,16 Th = 191,16 La). Voir aussi Claudere.

Quintarius (adj. et subst.) — le 5e ou le 5e axe : dans une centuriation, axe plus important que les axes ordinaires, toutes les cinq rangées de centuries (Hyg., 83, 21 Th = 120, 20-21 La) ; si l'axe majeur est numéroté 1, les quintarii sont numérotés 6, 11, 16, 21, etc (Hyg. Grom., 139, 10 Th = 174, 13-14 La) ; il supporte des bornes en pierre alors que les autres axes ordinaires ont des pieux de bois (Hyg., 72, 16-17 Th = 112,11 La).

 

R — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 1600 pieds (Expositio podismi, 359, 2 La).

R — lettre latine majuscule sur une borne ; indique la présence de bornes dans une petite montagne (Expositio terminorum, 364, 7-8 La).

R — R ; lettre latine majuscule ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 316, 13-25 La ; 4e liste : 329, 19-26 La ; 5e liste : 336, 3-16 La).

Ratio, ratio mensurae — rapport, mesure, calcul, système des mesures : terme polysémique désignant : les rapports entre les mesures dans les constructions géométriques ; le rapport des deux côtés de l’angle droit dans un triangle rectangle (Front., 10, 6 Th = 24,5 La ; Balb., 92,13 La ; Hyg. Grom., 146,1 Th = 181,16 La).

Ratio — mode d’arpentage : qu’on doit réserver à tel ou tel territoire, par exemple en opposant les terres divisées par la centuriation par rapport à celles qui le sont par la quadratura à l’aide de strigae et de scamna (Hyg. Grom. 168-169 Th = 205-206 La) ; voir à ratio limitum.

Ratio — système : le système du monde dans l'expression origo rationis, l'origine du système (du monde = ratio mundi) (Hyg. Grom., 135, 1 et 8-9 Th = 170, 3 et 10 La) ; expression pour indiquer la raison d’origine qui conduit l’arpenteur à orienter le decumanus vers l’ouest et le kardo vers le nord ; cette raison est l’observation du système du monde (ratio mundi) qui vient de la discipline étrusque (Hyg. Grom. 146,9 Th = 182, 8 La) ; organisation générale du territoire, c’est-à-dire formes de division, modes de bornage, loi agraire, interventions successives sur le territoire, etc. (Lib. col., 220, 12 La).

Ratio agrorum — le cadre des terres, l’organisation des terres (Loi de Tibère sur les tombeaux, 271, 7-8 La).

Ratio finitima — le système (méthode ou calcul) des confins (Casae, 334, 21 La) ; le système des confins (fines) des domaines (fundi) est exposé (ostendere) par des repères (signa).

Ratio finium — le système des confins (Loi de Tibère sur les tombeaux, 271, 14 La).

Ratio iugeri — le système des jugères ; expression d’Hygin pour désigner le système de mesures étalon de l’arpenteur, lorsqu’il se trouve en présence de mesures locales qu’il doit convertir (85, 15 Th = 122, 14 La).

Ratio limitum — système des limites : expression pour désigner la disposition de la division par rapport au territoire auquel elle s’applique ; dans le meilleur cas, la colonie est au centre et les limites en partent (Hygin Grom. 144, 13 Th = 180, 5 La).

Ratio mundi — le système du monde : expression d’Hygin Gromatique pour désigner le rapport que le tracé des axes entretient avec la course du soleil et l’axe du monde (131, 8 Th = 166, 8 La).

Ratio terminorum — système des bornes ; nom donné à un mode de désignation de l’espace arpenté dans lequel on a recours à des lettres majuscules pour dire les particularités indicatrices des bornes (Expositio terminorum, 362, 31 La).

Rationalis — rationnel ; se dit de ce qui peut être mesuré (Isid. , Etymologies, 3, 11, 3).

Rationalis linea — ligne rationnelle : ligne dont on peut donner la mesure, c’est-à-dire dont on peut définir le tracé et les angles par des mesures (Front., 15, 8 Th = 31, 14 La).

Reciperativus — récupératif : qualifie l’effet d’une controverse lorsque la fixation d'une ligne droite (rectura) d'un trifinium ou d'un quadrifinium en fonction d'une borne, conduit à ajouter un lieu à un fundus ; donc, ce que la fixation d'une limite permet de rendre à tel ou tel domaine (Ag. Urb., 29, 14-19 Th = 60, 10-16 La).

Rectum — le droit : genre de mesure dont on calcule la longueur, sans largeur (Balbus, 97, 2 La).

Rectura — tracé rectiligne : désigne les tracés d’arpentage qui divisent la terre (Hyg. Grom. 167, 18 Th = 204, 17 La) ; les droites qui organisent les terres (Loi de Tibère sur les tombeaux, 271, 8 La).

Rectus angulus — angle droit ; dit aussi normalis angulus.

Rectus finis — la limite conforme : expression de Siculus Flaccus pour désigner la limite conforme, qui n’est pas obligatoirement droite dans un ager occupatorius (103, 8 Th = 139, 8 La).

Reddita commutata pro suo — rendus et échangés contre le sien : expression par laquelle on note cette catégorie de terres dans les plans et les tables de bronze, le plus souvent en abrégé (Hyg. Grom. 165, 11-12 Th = 202, 12-13 La).

Reddita veteri possessori — rendus à l’ancien possesseur : expression par laquelle on note cette catégorie de terres dans les plans et les tables de bronze, le plus souvent en abrégé (Hyg. Grom. 165, 12 Th = 202, 13 La).

REDDITUM ET COMMUTATUM PRO SUO — rendu et échangé contre sa propre terre : expression qu’on doit trouver dans le plan cadastral (Sic. Flac. 119, 20-21 Th = 155, 15-16 La).

REDDITUM ILLI TANTUM — rendu à un tel, tant : exemple d’expression qu’on doit trouver sur le plan cadastral (Sic. Flac. 119, 19-20 Th = 155, 14-15 La).

REDDITUM SUUM VETERI POSSESSORI — rendu comme (étant le) sien à un ancien possesseur : formule des plans cadastraux pour indiquer les terres rendues aux populations indigènes (Sic. Flac. 120, 26-27 ; 121, 5 ; 122, 4-5 Th = 156, 20 ; 27, 157, 22 La).

Redemptor — entrepreneur de travaux publics ; par exemple de la construction de voies publiques (Sic. Flac. 110, 4 Th = 146, 4 La).

Regio — région : territoire dans les limites desquels les magistrats d’une colonie ou d’un municipe exercent le pouvoir de juger et de contraindre (Sic. Flac. 98, 15-18 Th = 135, 4-7 La).

Regio — région : l’une des quatre parties de la pertica, quadrant déterminé depuis le point initial par les deux axes majeurs (Hyg. Grom. 145,2 Th = 181, 2-3 La) ; mais le mot est aussi employé dans son sens banal de zone, de partie du monde (Hyg. Grom. 147, 4 et 8 Th = 183, 4 et 9 La ; 161, 13 Th = 198, 12 La).

Regula limitum — la règle des limites : expression pour désigner la soumission d’un territoire à la division par une limitation (Comm. Anon., 57,7 Th).

Rei vindicatio  — action en justice pour réclamer la propriété ou la possession d'un lieu (Fin. Reg., 276, 3 La).

Relicta loca — lieux laissés : voir à Loca relicta.

RELI COL, RELIQ, RELIQ COLON — abréviation de Reliqua (iugera) coloniae, jugères restant à la colonie : mention portée sur les formae affichées à Orange (Piganiol 1962).

Remensurare — mesurer à nouveau (Lat. et Mysr., 348, 4 La).

REMISSA IN AQ(UAM) — (iugères) remis en eau : mention abrégée du cadastre B d’Orange pour indiquer des jugères rendus au lit du Rhône (Piganiol 1962, p. 243).

Renormare, renormare agrum — renormer, ré-arpenter avec l'équerre, réarpenter des champs : nouvelle division d'un territoire, le plus souvent avec une nouvelle orientation des axes (Lib. col, 232, 16, sous la forme renormatus ; Iun. Nips., 288, 25-27 La).

Renuntiatio modi — déclaration de mesure : déclaration officielle de mesure que l’arpenteur transmettait au juge pour servir de base à son jugement.

Repositio — replacement ; terme technique gromatique qui signifie : retrouver sur le terrain un rigor, un limes, une borne, à partir d’indices en place (Iun. Nyps., 286, 11- 290, 3 La ; commentaire par A. Roth-Congès 1996, 367-416) ; le terme renvoie notamment à l’activité des arpenteurs flaviens et antonins au cours de nombreuses missions de révision et de restitution ; voir à Limitis repositio ; Terminorum repositio.

Reprobus terminus — borne de mauvais aloi : borne qu’on peut placer sur la limite, mais qu’on proscrit pour un trifinium (Gaius, 307, 9 La ; Vit. et Arc., 344, 13 La)

Res non stanta — chose non établie : voir à res stanta (Ag. Urb., 28, 14 Th).

Respicere — viser en arrière (Front., 18, 19 Th = 34, 11 La).

Restitutio formarum —rétablissement des plans cadastraux : expression du Pseudo-Agennius lorsqu'il traite de la lecture des anciens plans pour la restitution d'un lieu dans le cas d'une controverse sur la mesure (Ps.-Agen., 38, 20 Th = 78, 21 La).

Res publica ­— la chose publique : désigne une collectivité bénéficiant d'une attribution de territoires, de lieux publics concédés, et d'avantages juridiques qui distinguent cette communauté des autres communautés résidant sur ces mêmes territoires (Ps.-Agen., 47, 5-8 Th = 86,12 La ; Hyg. Grom., 159 Th = 196, 15-19 La) ; cette collectivité peut être le Peuple romain (= l’État), une colonie, une ville étrangère, des lieux sacrés ou religieux, des lieux qui appartiennent au peuple romain, selon Frontin (3, 6-15 Th). Voir aussi à Publicae persona, Persona coloniae.

Res Publica Populi Romani (RPPR) — le bien public du peuple romain : la collectivité des citoyens de droit romain (Hyg. Grom. 141,2-3 Th = 176, 7-8 La) ; ensemble des biens publics qui ne sont ni assignés à des colons, ni vendus, ni rendus à la population indigène, ni concédés à une res publica locale, et qui restent dans la main de l'Etat.

Res stanta (non stanta) — chose établie (non établie) : expression juridique indiquant le passage (transcendentia, voir à ce mot) de la chose établie à la chose non établie chaque fois que, dans une plainte pour effacement de limite, il n'existe pas de preuves particulières du lieu dont on débat, ni de monument, mais seulement une plainte exposée ; elle doit être écartée faute de preuves existantes (Ag. Urb., 28, 6-10 Th = 67, 24- 68, 4 La) ; le passage inverse se produit lorsque la limite n’est pas juste parce que la bonne limite a été délaissée au profit d’une autre, ou enfermée par de vaines controverses et qu’elle donne lieu à des bornages périssables (Ag. Urb., 28, 10-21 Th = 68, 4-15 La).

Rhombos, Rhomboides — (borne en forme de) losange, (borne) rhomboïque ; nom générique de deux bornes dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 4 et 7 et fig. 276, 279 La).

Rhombus — losange (341, 3 La ; 378, 22 La ; 405, 14 La ; etc.).

Rigor — ligne de visée, alignement de visée : ligne de visée entre deux jalons, « droite que l'œil suit entre deux points, comme une ligne » (Balbus 98, 6-8 La, trad. Guillaumin ; Front., 1, 9 Th = 3, 1 La) ; transcrite sur le plan cadastral elle prend le nom de ligne (linea) ; visée (Ps.-Hyg., Castr. 12). Voir à per proximos possessionum rigores adsignatio.

Rigor tensurae strigarum — ligne de tentes des strigae ; dans le camp militaire, lignes de tentes constituant les strigae (Ps.-Hyg., Castr., 14).

Rigor viae sagularis — l’alignement de la voie de couverture (M. Lenoir, voir à Via sagularis) : expression désignant l’orientation selon laquelle on doit situer les cohortes premières dans le camp militaire (Ps.-Hyg., Castr., 3).

Ripa — rive d’un cours d’eau : élément de bornage (Expositio terminorum, 361, 21 La).

Ripa — remblai : terme associé aux substructions et aux tas de pierre pour retenir les terres et les empêcher de glisser (Sic. Flac., 113, 2-3 Th = 149, 1-2 La ; cf., Guillaumin 2004, p. 101-102)

RIVO RECTO — (au moyen d’un) ruisseau droit, conforme : mention (à l’ablatif) qu’on trouve (sur des poteaux, des bornes ?) pour indiquer qu’un ruisseau fait limite dans les agri occupatorii (Sic. Flac. 114, 25-26 Th = 150, 24-25 La).

Rivus – rivière, ruisseau : élément utilisé dans le bornage de l’ager occupatorius (Sic. Flac. 102, 17 Th = 138, 19 La ; 114,7 – 115, 5  Th = 150, 24 - 151, 5 La).

Rivus publicus — rivière publique ; celle qui a un cours permanent, selon la définition de Cassius Longinus (Dig., 48, 12, 1, 3).

ϱ — ro : lettre grecque ro ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 324, 6-12 La ; 3e liste = Expositio litterarum finalium : 326, 17-18 La).

Roboreus limes — chemin où on trouve des bornes en chêne (Hyg., 72, 14-17 Th = 112, 9-12 La).

Roboreus terminus — borne en chêne (Hyg. Grom., 137, 3 Th = 172, 6 La).

Roscidum latus — le côté ouest d’une borne, qui est couvert de rosée le matin, par opposition au côté est, éclairé par le soleil (302, 3 La) ; voir à lympidum latus.

Rotundus terminus — borne ronde ; quelquefois appelées bornes augustéennes, parce que c’est Auguste qui les a recensées (Lat. et Mysr., 348, 1-3 La).

Rudis ager provincialis — la terre rocailleuse de province (Hyg. Grom. 166,3 Th = 203, 7 La).

 

S — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 1500 pieds (Expositio podismi, 359, 3 La).

S— lettre latine majuscule sur une borne ; indique beaucoup d’eaux vives au dessus des possessions (Expositio terminorum, 364, 9-10 La).

S — S ; lettre latine majuscule ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 316, 26 - 317, 8 La ; 4e liste : 329, 27-330, 2 La ; 5e liste : 336, 17-27 La).

Sabucus — sureau : arbre utilisé pour le bornage (Faust. et Val., 308, 9 La ; Lat. et Mysr., 347, 26 La).

Sacrificium — sacrifice : moment de la cérémonie qui précède la pose d’une borne (Sic. Flac. 105, 5 sq Th = 141, 4 sq. La).

Saltus — mot intraduisible : groupe de centuries encadrées par des limites actuarii : soit de 4 centuries formant un carré de 2 x 2 centuries (saltus varronien ; Varron, R.R., I, 10) ; ou de 25 centuries (5 x 5 centuries ; Sic. Flac., 123, 3-4 Th = 158, 20-21 La) ; en Calabre, on assigne en saltus (211, 1-8 La).

Saltus Caesaris — saltus de l’empereur : domaine impérial (Ps.-Agen., 36, 3-4 Th = 76, 22 La).

Saltus privatus — domaine privé (Ps.-Agen. 23, 8 ; 36, 3-4 Th = 62, 22 ; 76, 22-23 La).

Samardacus terminus — borne désignant un trifinium ; le sens de samardacus n’est pas clair : sarmatacus « sarmate » ? ou samartia (360, 21 La) « qui évite l’erreur » ? (Latinus 305, 22-23 La ; Favory et al. 1994, 221, note 31).

Sanctuarium Caesaris — le sanctuaire de l’Empereur : expression désignant lieu où sont conservées les archives agraires, les plans cadastraux (Sic. Flac. 118, 27 – 119, 1 Th = 154, 23-24 La).

Sarcofagum (sarcophagum) — tombeau : utilisé comme élément de bornage (Expositio terminorum, 361, 29 La).

Scalenus trigonus — triangle scalène (Boeth.,  378, 13 La).

Scalenon — borne scalène, c’est-à-dire de section triangulaire et dont les trois côtés sont inégaux ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 10 et fig. 282 La).

Scamnatio in centuriis — expression formée par les modernes sur le modèle de l’expression employée dans le corpus : per strigas et per scamna in centuriis (voir à cette expression).

Scamnatio — mot intraduisible, francisé en “scamnation” ;  arpentage du sol au moyen d’unités disposée dans le sens de la largeur du territoire (si c’est dans le sens de la longueur c’est une strigatio) ; l'une des conditions de la terre divisée et assignée des colonies, par opposition à la limitation (Front., 1, 6-16 Th = 2, 1- 4, 2 La) ; condition dans laquelle devrait être fait l'arpentage des terres arcifinales vectigaliennes de province (Hyg. Grom., 169-171 Th = 206, 7 - 208 La) ; division d'un territoire en centuries de 240 jugères (Iun. Nips., 293, 9-17 La).

Scamnation / strigation — francisation des termes latins correspondants, scamnatio et strigatio 

Scamnum — terme intraduisible : unité rectangulaire, bande de terre dans le sens de la largeur du territoire (Boece, 397, 20-23 La ; attribué à Hygin, 110, 1-3 La ; Lib. col., 231, 9-19 La ; 255, 17 La ; 257, 5-6 La ; 257, 26-27 La ; 259, 19 La ; 260, 10 La) ; selon Frontin, forme issue d’une assignation per proximos possessionum rigores (voir à cette expression) ; dans le système de division des terres vectigaliennes, unité associée à la striga pour constituer une quadratura (Hyg. Grom. 169-170 Th = 206, 7 - 208 La).

Scamnum — dans le camp militaire, emplacement donné aux légats, de dimension variable, mais d’au moins 50 à 80 pieds de large ; c’est également le lieu où campent les tribuns (Ps.-Hyg., Castr. 15).

Scarifus — incision superficielle, du grec skariphastai, inciser, gratter : nom du plan cadastral (Lib. col. 244, 4 La) ; voir Forma.

Scientia metiundi — la science de la mesure : expression d’Agennius Urbicus pour intituler la troisième partie de son livre sur l’art de l’arpentage (Ag. Urb., 25, 6-7 Th = 64, 13-15 La).

Sciotherum — du grec skiotheron, cadran solaire (Hyg. Grom. 152, 1 Th = 189, 1 La) ; voir aussi à gnomon.

Scorofiones — terme intraduisible : tas de pierres utilisés comme marqueurs de limite ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 15 et fig. 287 La) ; autre forme du mot : scorpiones, chez Siculus Flaccus (102, 20 Th = 138, 22-23 La) ; fait avec un tas de pierres (Lib. col. 243, 12 La).

Scorpiones — voir à Scorofiones.

Scriptula duo — mesure de surface valant 1/144e de jugère, soit 200 pieds carrés (Col., Rust., V, 1) ; elle correspond à la dimidia sela, le douzième de l’once des Mensurarum genera, 339, 20 La ; voir à ce mot).

Scriptura — registre ; registre accompagnant le plan cadastral et sur lequel on note la mesure des terres assignées, vendues ou soumises au vectigal (Hyg., 94, 18 Th = 131, 12 La ; 92, 12 Th = 129, 13 La).

Scriptura — droit de pâturage sur le domaine public contre redevance (Varr., RR, II, 1 ; Plin., NH, 18, 11 ; Lex agrar., CIL I2, 585, 15 ; 26 ; 82-83).

Scripulum — mesure de capacité équivalant au 1/24e de l'once (373, 25 La ; 374, 24 La) ; mesure de surface de 100 pieds carrés soit 1/288e de jugère (Col., RR, V, 1).

Scriverianus – voir Nansianus.

Sculteilatus (terminus) — (borne en forme de) losange (scutulatus : Favory et al., RACF, 34, 1995, 263, n. 9) ; ou bien, si on doit restituer (s)cultellatus : en forme de canif (A. Roth Congès) ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 12 et fig. 284 La).

Sela — mesure équivalant à la sixième partie de l’once (Mensurarum genera, 339, 21 La) ; mesure de surface valant 1/72e de jugère, soit 400 pieds carrés : voir à Sextula (Col., Rust., V, 1).

Semipes — demi-pied : mesure de longueur valant deux paumes (Mensur. Gen., 339, 5 La ; Lib. col. 214,5 La) ; mesure de surface valant un quart de pied carré (Balb., 95, 3 La) ; mesure de volume valant 1/8e de pied solide (Balb. 95, 4 La).

Semis — mesure valant un demi-as ou six onces (Mensurarum genera, 340,2 La).

Semissalis terminus – (semissalis = contenant la moitié de l’as) borne en pierre qu’on place tous les 300 pieds le long du côté d’une centurie de 2400 pieds, soit neuf bornes d’un angle à l’autre de la centurie (Lib. Col. 215, 6-8 La).

Semiuncia, Semuncia — demi-once (Mensurarum genera, 339,24 La) : mesure de superficie de 1200 pieds carrés, soit un 1/24e de jugère (Col., Rust., V, 1).

Separatio fundorum — définition des domaines par leurs confins (Lib. col. II, 252, 22 La).

Septagenus — (septemgeminus ? septagonus ?) — au nombre de sept ? à sept côtés ? : nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus, Lib. col., 249, 11 La).

Septentrional — nom du cercle  le plus haut du ciel, limite de la région la plus froide (Hyg. Grom. 149, 19-20 Th = 186, 4 La).

Septentrionalis decumanus — decumanus septentrional : axe d’une limitation orienté au nord (Sic. Flac. 117, 9-14 Th = 153, 11-15 La).

Septunx — mesure valant 7 onces (Mensurarum genera, 340,3 La) ; mesure de surface correspondant au demi-jugère plus un douzième, soit 16 800 pieds carrés (Col., Rust., V, 1).

Sepulchra — tombeaux ; ils sont placés aux extrémités mais ne servent pas de borne, car on en fait aussi au milieu des possessions (Sic. Flac. 104, 3 Th = 139, 23 La) ; ils ne peuvent être concernés par l’assignation.

Sepultura finalis — sépulture marquant la limite (fig. 289 La) ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus, Lib. col., 250, 22 La) ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 17 et fig. 289 La).

Sepultura militaris in finem — sépulture militaire sur une limite ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 31 et fig. 275 La).

Seria — jarre, uitilisée comme élément de bornage ; type de borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 28 et fig. 300 La).

Servitudes prédiales — servitudes pesant sur les terres, à la base du droit romain en matière agraire : ce sont l’actus, l'iter, la via et l'aquae ductus (voir à ces mots ou expressions).

Sescuncia — mesure valant une once et demi (Mensurarum genera, 339,26 La) ; elle correspond à la mesure de surface nommée clima ou climata/clymmata, de 3600 pieds carrés : voir à ces vocables.

Sextans — sextant : mesure de longueur, appelée aussi dodrans, valant 3 paumes, ou 9 onces, ou 12 doigts (Balb., 94, 19 La), ou valant 2 onces (Mensurarum genera 339,27 La) ; mesure de surface de 4800 pieds carrés, soit 1/6e de jugère (Col., Rust, V, 1).

Sextula — mesure de surface valant 1/72e de jugère, soit 400 pieds carrés (Col., Rust., V, 1) ; elle correspond à la sela des Mensurarum genera (339, 21, La), le sixième de l’once : voir à ce mot.

Siccum — terrain drainé : mot rencontré sur le document cadastral de bronze trouvé à Elche  (Espagne) en 1996 et qui concerne l’assignation de 130 jugères de terrains rendus secs à 10 colons dont les noms sont listés. Guillaumin (2002, 116-117) suggère le rapprochement avec la mention de fossés pour drainer les terres dans Siculus Flaccus (111, 21 - 112, 1 Th = 147, 20-22 La).

Siliceus — voir à Terminus siliceus.

Sicilicus — mesure équivalant au quart de l'once, le quarante-huitième de l’as ; mesure de surface valant 1/48e du jugère,  soit 600 pieds carrés, (Col., Rust, V, 1) ; dénommé Lycus dans les Mensurarum genera (339, 22 La) : voir à ce mot. 

Sigillum — signe : marque, probablement en terre cuite, qu’on place comme témoin d’un bornage ; synonyme de signum (Faust. et Val., 308, 11 La).

C, σ — simma ou sigma : lettre grecque s (le texte précise : C... sicut in S Latina littera); dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 324, 13-14 La ; 3e liste = Expositio litterarum finalium : 326, 19-20 La).

Signa — les enseignes : terme de castramétation désignant le côté d’une bande ou demi-bande (striga ou hemistrigium) parallèle à une voie importante du camp ; le côté perpendiculaire est dénommé le fond, tabulinum (Ps.-Hyg., Castr., 14 ; 32 ; 34 ; 43).

Signa — étendards : on les plante aux angles des bandes affectées aux soldats (Polybe).

Signa, Signa limitum — signes, signes de limite : ensemble des témoins qu'on place sous les bornes pour en garantir l'emplacement : chaux, restes de sacrifice, poteries, etc (Sic. Flac., 105, 4 Th = 141, 3 La ; 106, 19-22 =142, 18-22 La ; 116, 25-26 Th = 152, 28 La).

Signari utrimque — être marqué de part et d’autre : les arbres situés dans l’espace de 5 pieds prévus par la loi Mamilia  sont marqués de part et d’autre, pour se référer à chacun des deux possesseurs et pour rappeler le souvenir de la loi (Sic. Flac., 108, 18-20 Th = 144, 18-20 La).

Signa terminorum — signes des bornes : ensemble des signes qu’on trouve sur les bornes pour indiquer divers éléments du paysage ; voir à Decus (decussis), Decussis succumbus, Incisura, Taliatura, Fossula, Transpertusus, Punctum, Cissura, Bifurtum samartia, Botontinus terrae, Olivastellum, Murta, Cotoneus (360, 1-2 La).

Significantia linearum — raison d’être géométrique, système de lignes : expression de Siculus Flaccus pour expliquer que, lorqu’il y a recoupement en oblique de réseaux, il faut savoir discerner selon quel réseau il convient de distribuer une région donnée ; exemple à Nola (Sic. Flac., 126, 19-25 Th = 162, 3-8 La).

Significare — faire signe : constituer un signe de bornage, prendre pour limite, marquer la limite, indiquer la limite d’un domaine (Casae, 310, 12, 13, 22 La ; 311, 4 , etc.).

Signis — mesure de longueur utilisée pour les voies en Égypte (De agris, 370, 5-6 La).

Signum — point : en géométrie, ce qui n’a pas de partie, où toutes espèces de mesures commencent et finissent (Balb., 97,14-15  La).

Signum ­— signe : témoin qu'on place sous une borne pour en authentifier l'emplacement ; il peut s’agir de cendres, charbons,  débris de poteries ou de verre, pièces, chaux, plâtre (Sic. Flac. 104, 17 Th = 140, 15 La) ; voir aussi à signa limitum.

Signum - jalon provisoire qu'on utilise lors d'une opération d'arpentage, pouvant matérialiser un point remarquable (voir aussi canna).

Siliceus terminus — borne siliceuse, en silex (fig. 297 La).

SILVAE, SILVAS — forêts ; l’une des mentions qu’on doit trouver sur les plans cadastraux (Hyg. Grom. 159, 21 Th = 196, 18 La).

SILVA ET PASCUA SEMPRONIA, ITA UT FUERUNT ADSIGNATA IULIENSIBUS — forêts et pâturages semproniens, tels qu’ils ont été assignés aux Iulienses : exemple d’inscription qu’on peut trouver sur le plan cadastral pour indiquer des biens publics qui sont assignés à la ville, et qui ne peuvent être aliénés (Hyg. Grom. 161, 5-6 Th = 198, 4-5 La).

Silva glandifera — forêt à glands : quatrième catégorie de terre dans le classement des terres vectigaliennes de Pannonie (Hyg. Grom. 168, 14-15 Th = 205, 14 La).

Silva vulgaris — forêt ordinaire : cinquième catégorie de terres dans le classement des terres vectigaliennes de Pannonie (168, 15 Th = 205, 14-15 La).

Similitudines culturarum — ressemblances de culture : expression indiquant la continuité des cultures à l’intérieur d’un même lot ou d’un même domaine ; cas particulier d’un domaine unique divisé en plusieurs lots ; ou du regroupement en un même domaine de lots assignés à plusieurs (Sic. Flac., 125, 18 – 126, 10 Th = 161, 3-21 La) ; voir à continuatio soli.

Simmatus (sigmatus) — borne en forme de sigma (lettre grecque C) ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 5 La) ; voir à S.

Sinagonus — (?) nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 249, 12 La).

Sine lege — sans loi : assignation de terres sans qu’il y ait vote ou promulgation d’une loi agraire (Lib. col., 233, 13 La).

Sinistra decumanum — à gauche du decumanus (principal) ; désigne la région ou partie située à gauche du decumanus principal (Hyg., 71, 12-13 Th = 111, 18 La ; Sic. Flac. 119, 16-17 Th = 155, 12 La ; etc. ).

Sinistra pars — partie de gauche : dans la “discipline étrusque”, désigne la partie située à gauche de la course du soleil, c’est-à-dire la partie qui est sous le nord (Hyg. Grom., 131,12 – 132,1 Th= 166, 12-15 La) ; le terme est passé dans l’arpentage romain.

Sinistratus — à gauche ; qualifie un territoire (ager) situé à la gauche du decumanus principal (Lib. col., 247, 5 La ; Iun. Nips., 291, 11 La).

Sixième heure — dans une visée indique la direction de l'ombre à midi.

Sol surgens — le soleil levant : point de visée d’un arpentage dans la définition des confins d’un domaine (Casae, 323, 4 La).

Solidum – le solide, en grec stereon : genre de mesure dans lequel on mesure la longueur, la largeur et l’épaisseur (Balb., 97,9-11 La).

Solidum – solide : se dit d’un territoire (de préfecture) qui est globalement évalué, par opposition à un territoire qui est cultellé, c’est-à-dire arpenté et mesuré.

Solidus angulus — angle solide : « celui dans lequel la hauteur est jointe au plan, ou s’égale à lui » (Balb., 103, 20-21 La ; trad. Guillaumin).

Solsticial — nom du second cercle divisant le ciel (Hyg. Grom. 149, 20 Th = 186, 5 La).

Solus trigonus ilia iactat — triangle, ou borne triangulaire, isolé(e) qui jette (= délimite ?) de part et d’autre les flancs (?) ; forme corrompue ? ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 249, 8 La).

Soluta loca — lieux laissés libres (Comm. Anon., 57, 7 Th = 7, 10-11 La) ; voir à Solutus ager.

Solutus ager — territoire “libre de liens” : expression à caractère juridique qui désigne un territoire sans arpentage ; synonyme d’ager arcifinius, voir à cette expression.

SOL(VIT), SOLVUNT — acquitte, acquittent (suivi du ou des noms) : mention abrégée portées sur les formae affichées à Orange pour indiquer quel possesseur ou manceps acquitte le vectigal (Piganiol 1962).

Sors — sort : mot qui désigne l’unité agraire carrée formée par la réunion de deux jugères, (soit quatre actus quadratus) ; il y en a cent dans la centurie (Frontin, 14, 1-6 Th = 30, 14-18 La) ; l’autre nom de cette unité est heredium, ou encore bina iugera.

Sors — lot attribué à un colon ; tablette sur laquelle on inscrit le nom des colons (Hyg. Grom. 162, 20 Th = 199, 18 La), ou des décuries ; voir à accepta, sortitio, décurie.

Sorticula — petite tablette utilisée pour le tirage au sort des lots des colons (Hyg., 73, 17 Th = 113, 12 La).

Sortitio — tirage au sort : mode de distribution des lots de terre dans lequel on groupe les noms des colons avant de procéder au tirage au sort d'un groupe de noms (Hyg. Grom. 163, 14-15 Th = 200, 15 La).

Sortitus — soldat tiré au sort (Hyg. Grom. 167, 11 Th = 204, 13 La).

Spatium limitis — l’espace du limes : la superficie du chemin, en deçà duquel doit se trouver le lot, et qui marque la dignité du limes, c’est-à-dire son rang dans la hiérarchie des axes d’une centuriation exprimée par sa largeur (Sic. Flac. 122, 27-28 Th = 158, 16-18 La).

Spatula — (borne en forme de) spathe (=lame) ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 13 et fig. 285 La).

Spatuala cursoria — borne de coursive en forme de spathe (voir Cursorius terminus) ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 29 La).

Species — aspect, apparence, espèce ; chez Hygin, désigne les figures géométriques que peut montrer une terre, ces différentes espèces définissant la qualité des terres (Hygin, 77, 8-14 Th = 283, 12-17 La) ; même sens géométrique chez Frontin (15, 14 Th = 31, 19 La) ; Siculus Flaccus emploie le mot au sens courant « en forme de » ; chez le Pseudo-Agennius, le mot a le sens d’aspect ou type de culture (Ps.-Agen., 36, 17 Th = 77, 4 La).

Spectivus — spectif : qualifie les effets d’une controverse lorsque la limite est prouvée par des témoins (de bornage) visibles, qui s'imposent à l'observation, y compris si on pouvait avoir un doute en raison des lieux. C’est donc le fait d’observer (spectare) qui fonde la preuve (Agen. Urb., 29, 3-7 Th = 68,28 - 69, 3 La).

Sphaera — sphère ; méthode de mesure dans Epaphroditus et Vitruvius Rufus (Guillaumin 1996, 188-189).

Squalidus ager — voir à Ager squalidus.

Stadium — stade : mesure de longueur de 625 pieds (Mensurarum genera, 339, 14 La ; Balb., 96, 6 La) ou 125 pas ; huitième part du mille (De agris, 370, 9-10 La).

Status controversiae ou controversiarum – statut de la ou des controverses : qualité des controverses et de leurs effets selon le classement exposé par Agennius Urbicus (40, 27 Th = 81, 6 La) ; voir à controverse.

Stella — étoile : ensemble des directions que l’arpenteur détermine avec la groma depuis le point situé à la rencontre de la voie prétorienne et de la voie principale (Ps.-Hyg., Castr. 12) : voir à Asteriskos.

Sterilis (ager) — (terre) stérile : le sol qui ne peut être divisé pour être alloti, ni servir de forêt pour la res publica ; il est classé dans les relicta loca et reste vacant (Hyg. Grom. 143, 14 Th = 179, 6 La).

Stipendiarius — stipendiaire (Ag. Urb., 23, 10 et 13 Th = 62, 25 et 63, 1 La) : voir à Stipendium.

Stipendium — impôt direct de répartition pesant sur les provinces sénatoriales, et dont le montant est fixé par Rome ; le terme équivaut à tributum et finit par se confondre avec lui.

Strata — chaussée : chaussée souvent foulée ; chaussée en pierre (De agris, 370, 12-14 La).

Striga — unité rectangulaire, bande de terre disposée dans le sens de la longueur du territoire ; selon Frontin, forme issue d’une assignation per proximos possessionum rigores (voir à cette expression) ; voir à scamna.

Striga — dans le camp militaire, bande de 60 pieds de large, réunion de deux hemistrigia (Ps.-Hyg., Castr. 1 ;  19).

Strigae statorum — les bandes des gendarmes, des surveillants : les emplacements des tentes des gendarmes dans le camp (Ps.-Hyg., Castr., 18).

Strigatio — voir à Scamnatio.

Subcavus terminus — borne creusée : indique un bain, ou un puits marquant une limite (Lat., 305, 11-12, 20-21 La).

Subcumbus positus terminus — borne en position couchée : indique un limes, ou la fin d’un limes (Latinus, 305, 9-12 La).

Subiectivus — subjectif : qualifie une controverse lorsqu'on abandonne le statut général pour plaider la cause par n'importe quel autre statut. Donc par une autre qualification que celle qui aurait dû venir en premier (Agen. Urb., 29, 12-14 Th).

Subruncivus— sarclé (Gaffiot), défriché, tenu en bon état ; se dit d’un limes ordinaire d'une limitation en Italie, par opposition aux quintarii ; ils sont soumis au droit de passage public ; on nomme ainsi tous les limites autres que le decumanus maximus et le kardo maximus, et larges de 8 pieds (Hyg. Grom., 154,20 – 155,1 Th = 192, 1-2 La ; 157, 12-13 Th = 194, 12-13 La).

Subsecantis linea — ligne qui coupe par en dessous : ligne qui détermine un subsécive (Front., 2, 16-17 Th = 6, 5-6 La ; Sic. Flac., 120, 3-5 Th = 155, 27-28 La ; Agen. Urb. 41, 6-7 Th).

Subseciva concessa — subsécives concédés : terres publiques que l’auteur de la division à concédées à une res publica pour qu’elle les gère et en retire des bénéfices, sous la forme d’adjudications à des mancipes ou possessores (Hyg. Grom., 165, 4-9 Th = 202, 5-10 La ; Ps.-Agen. 41, 17 Th).

Subsecivum — subsécive : terme intraduisible désignant une centurie dont on n'a pas pu fermer complètement les quatre côtés, en raison de sa nature ou d'un obstacle naturel (relief, cours d'eau,...) et qui est donc fermée par une ligne subsécante ("qui coupe par en dessous") ; ou encore la terre (non assignable) qui se trouve au milieu des assignations et dans des centuries entières ; ce qui est plus petit que le module de la centurie (Sic. Flac. 120, 1-3 Th = 155, 26-27 La) ; ce qui n’a pas pu être assigné à des colons a été concédé à la res publica (Hygin, 96, 15-17 Th = 133, 3-5 La ; Siculus Flaccus 127, 6-8 Th = 162, 20-22 La) ; la terre qui ne vient pas à la mesure (Lib. col., 242, 3-4 La) ; correspond à la terre stérile ou palustre (De agris, 369, 25-29 La) ; voir aussi ius subsecivorum.

Subsecivum minus — subsécive mineur ; subsécive de 50 ou mois de 50 jugères (Comm. anon., 56, 19-20 Th = 6, 22 La = 111, 1-2 La sous le nom d’Hygin).

Subsecivum maius — subsécive majeur ; subsécive de 100 ou plus de 100 jugères (Comm. anon., 56, 18-19 Th = 6, 22 La = 110, 23-111, 1 La sous le nom d’Hygin).

Substructio — substruction : construction destinée à empêcher la terre de tomber, associée aux tas de pierre et aux remblais (ripae) (Sic. Flac., 113, 2-3 Th = 149, 1-2 La ; Guillaumin 2004, 102).

Substructio ad terras excipiendas — substruction destinée à recevoir de la terre ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 24 et fig. 296 La).

Sulcus — sillon : sillon, ou plutôt fossé ( ? trad. de Besançon, 99, n. 86), qui permet de conserver le tracé du limes dans les lieux cultivés (Hyg. Grom. 155, 15 Th = 192, 16 La).

Sumbus sive trapizeus — sumbus (?) pour sumbolus, signe ( ?) ou en forme de trapèze ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus, Lib. col., 249, 6 La).

Summitas — surface (terme de géométrie ; Balb. 99, 11-13 La)

Sumpti agri — terres prises : voir à Ager sumptus ex vicino territorio.

Supercilium — terme intraduisible : talus servant à indiquer une limite, jusqu’à une hauteur de 30 pieds (au-delà, on parle de colline) (Sic. Flac. 102,17 Th = 138, 19 La).

Supercilia naturalia — talus naturels (Sic. Flac. 103, 4 Th = 139, 4 La ; 107, 3-13 Th = 143, 3-13 La).

 

T — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 1500 pieds (Expositio podismi, 359, 4 La).

T — lettre latine majuscule sur une borne ; indique un trifinium (Expositio terminorum, 364, 11 La).

T — T ; lettre latine majuscule ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 317, 9-14 La ; 4e liste : 330, 3-8 La ; 5e liste : 336, 28 - 337, 2 La).

Tabula — tablette : tablette sur laquelle on inscrit les noms des colons pour le tirage au sort des lots (Hyg. Grom. 163, 12 Th = 200, 12 La) ; registre ou liste cadastral(e).

Tabula — table : nom donné au plan cadastral (voir aussi à forma).

Tabula — table : mesure de surface, très rare, valant 72 perches carrées, soit un quart de jugère (De iugeribus metiundis, 354,5 La), soit l’équivalent du quadrans columellien (Col. Rust., V, 1) ; chez Palladius, surface de valeur libre, fixée par le bon vouloir du propriétaire ou par les exigences du terrain, et pouvant valoir, un jugère, un demi-jugère ou un quart de jugère (2, 11 de l’édition R. Martin, CUF 1976 ; Guillaumin 1996, 201, n. 134).

Tabulae publicae — les archives publiques.

Tabularium, tabularium Caesaris — lieu de conservation des archives, les archives de César : les archives publiques (Hyg. Grom., 165, 16 Th = 202, 17 La ; 166, 1 Th =203, 3 La ; Boèce, 400, 9, 14 La).

Tabulinum — le fond : terme de castramétation désignant le côté d’une bande ou d’une demi-bande perpendiculaire aux signa, ou enseignes ; voir à ce mot (Ps.-Hyg., Castr., 23 ; 31 ; 32 ; 34).

Taliatura — fente : incision sur une borne (Exp., 360, 17 La) ; voir à cissura.

τ — tau : lettre grecque t ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 324, 15-20 La ; 3e liste = Expositio litterarum finalium : 326, 21-23 La).

Templum — temple ;  utilisé comme élément de bornage (Sic. Flac. 127, 17 Th = 163, 2 La ; Dolab. 302, 20 - 303, 3 La, fig. 226 ; voir Fines templares).

Terminatio — délimitation d’un territoire par la pose de bornes (Hyg. Grom., 159, 20 Th = 196, 17 La) ; voir aussi à determinatio.

Termini gemelli — bornes jumelles ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (342, 8 et fig. 311 La).

Terminorum repositio — replacement des bornes ; action de retrouver le bon emplacement d’une borne, au cours d’une révision cadastrale ou d’une enquête préalable à un jugement pour déplacement de borness (Ag. Urb., 29, 10-12 Th = 69, 5-8 La ; Demonstratio, 409, 21-23 La : repositionales termini).

Terminus — borne cadastrale en pierre (Front., 2, 14 ; 4, 12 ; 9, 9-10 Th ; etc. = 6, 3 ; 10, 1 ; 22, 5-6 La, etc.) ; voir ci-dessous.

Terminus angustus — borne étroite ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 18 La).

Terminus ante terminum in versura positus — borne placée à un angle, devant une autre borne ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 33 et fig. 304 La : la figure montre une petite borne de section carrée ou losangique placée à l’avant d’un borne courante) ; voir aussi à Versura. Cette borne désigne un angle droit.

Terminus aspratilis — borne rugueuse ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 23 et fig. 295 La).

Terminus Augusteus — borne augustéenne : nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 11 La) ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 1 et fig. 273 La).

Terminus Claudianus — borne claudienne : borne en forme de cassette, ou de petite taille dans l’Ager Asculanus (Lib. col. 227, 5-6 La).

Terminus cursorius — voir à Cursorius ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 1 La).

Terminus egregius - borne de qualité supérieure ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (340, 24 et fig. 270 La).

Terminus epetecticalis subsecivorum — borne indicative de subsécives (Vit. et Arc. 345, 22 La). Voir aussi à Terminus qui subsecivum demonstrat.

Terminus grammatus (gammatus) — borne en forme de gamma, ou portant un signe en forme de gamma ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 20 La).

Terminus Gr<a>eca littera scriptus — borne inscrite avec des lettres grecques ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 249, 13 La).

Terminus in inversum positus — borne posée à l’envers ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 30 La).

Terminus in laterculum constitutus — borne placée à un laterculus (voir ce mot) ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 23 La).

Terminus in summo acutus — borne aiguë au sommet ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 1 La).

Terminus lineatus — borne marquée d’une ligne ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 24 La).

Terminus mutus — voir à Muta (lapis).

Terminus parallelogrammus — borne en forme de parallélogramme ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (340, 27 et fig. 272 La).

Terminus quadratus — borne carrée (Lib. col., 240, 4-5 La).

Terminus plumbatus — borne avec une marque en plomb ; la borne qui a du plomb à son sommet indique une nappe d’eau ou une citerne (Latinus, 305, 18-19 La).

Terminus quadratus — borne carrée (Lib. col., 240, 4-5 La).

Terminus quadrifinius — borne qui est la rencontre de quatre limites ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 27 La).

Terminus qui angulum subiacet —borne qui est placée sous l’angle ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 26 La).

Terminus qui fluvium demonstrat — borne qui indique un cours d’eau ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (342, 10 et fig. 313 La).

Terminus qui rivum demonstrat — borne qui indique un ruisseau ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (342, 11 et fig. 314 La).

Terminus qui subsecivum demonstrat — borne qui indique un subsécive ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (342, 4 et fig. 307 La : borne sur le flanc de laquelle se trouve accolée une plus petite borne, réplique de la grande). Voir à Terminus epetecticalis subsecivorum. 

Terminus rotundus — borne ronde (213, 8 La) ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 25 La).

Terminus siliceus — borne en pierre de silex, en roche siliceuse (Sic. Flac. 103, 11 Th = 139, 11 La) ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 25 et fig. 297 La).

Terminus Tiberianus — borne tibérienne : nom des bornes qu’on trouve dans les campi Tiberiani ou champs Tibériens (Lib. col., 254, 7 La) ; voir à ce nom.

Terminus translatus — borne déplacée (Ps. Agen. 30,15 Th = 71, 19 La).

Terminus transpertusus — borne transpercée : elle indique l’eau courante d’une rivière (360, 13-14 La) ; borne percée indiquant la présence d’une citerne (Lat., 305, 6-7 La).              

Terminus trifinius — borne à la renconre de trois limites ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 21 La).

Ternum angulorum ara — autel à trois angles : autel triangulaire qu’on place là où la ligne frontière fait un angle (Hyg. Grom., 162, 7 Th et fig. 131 = 199, 6 et fig. 192 La).

Territorium — territoire : ce qui a été constitué pour causer la terreur chez l’ennemi (Front., 8, 5-6 Th = 20, 1-2 La) ; dont les citoyens furent terrifiés (territi) et chassés (Sic. Flac. 101, 9-10 Th = 137, 17-18 La).

Tertiatus — dans un rapport de deux sur trois : terme employé pour décrire les rappports des côtés du camp militaire  (Ps.-Hyg., Castr. 21) ; le sens ordainire est “multiplié par trois”.

Testa tusa — brique pillée : élément de bornage (Expos. lim. vel term., 359, 26 La).

Testacius terminus — borne (formée par des) tessons, de tuile plate (tegula) ou semi-ronde (imbrex) (Ord. fin., 342, 29 ; Gaius et Theod., 346,13 La).

Testea fracta — fragment d’argile : fragments de poterie qu’on place quelquefois comme signe (signum) ou témoin sous une borne pour prouver son emplacement (Sic. Flac. 104, 20-21 Th = 140, 17-18 La).

Testimonia, testimonia agralia dividentia — témoins, preuves agraires de division : tout ce qui sert à indiquer le bornage (Lib. col., 240, 6 ; 18 La).

Tetartemoria — quart de ton, quadrant du ciel (Hyg. Grom. 150, 14 Th = 187, 7 La).

Tetragonum — carré ; voir à ager in tetragonon.

Tetrans – signe ou borne (Hyg. Grom., 142, 13-14 Th = 178,3 La ; 144, 16-17 Th = 180,8 La ; Iun. Nips., 285 , 8 et 12-13 La ; etc.) : plutôt qu’une borne, selon l’interprétation courante du mot, il pourrait s’agir d’un signe qui matérialise l’intersection à angle droit pendant les travaux d’arpentage, ce qui n’empêche pas, ensuite, son remplacement par une borne permanente (A. Roth Congès).

θ — Th,  theta, lettre grecque theta ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 321, 19 - 322, 2 La).

Tiburtinus terminus — borne en pierre de Tibur (Tivoli), c’est-à-dire en travertin (Hyg., 90, 1-2 Th = 127, 1 La ; Lib. col., 211,10 ; etc.).

Tivortinus – voir à Tiburtinus terminus ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 7 La).

Togatus Augustorum, togati Augustorum  — avocat(s) (ou juge(s)) des empereurs : agent civil disposant de pouvoirs en matière agraire, et proche des empereurs de l'Antiquité tardive. Il intervient sur des questions de bornage. Les togati Augustorum sont dits aussi “auteurs” ou “perfectissimes” (309,1 La ; 347, 2 La).

Tomber dans l’assignation — voir à In adsignationem caecidere.

Tonon — ton : mot grec utilisé en astronomie pour désigner les intervalles entre les planètes (Hyg. Grom. 148-149 Th = 184, 14 - 185, 9 La).

Tornatilis factura — fait au tour, rond : qualifie une borne ronde, comme faite au tour (361, 4-5 La).

TR R, TRI R, TRIC REDDITI, TRIC REDDITA, CAS — différentes abréviations de Tricastinis reddita (iugera), jugères rendus aux Tricastins : mention portée sur les formae affichées à Orange (Piganiol 1962).

Traiectus — traverse : chemin de traverse, mentionné dans le docment cadastral sur bronze trouvé en 1996 à Elche en Espagne, et qui concerne l’attribution de 130 jugères de terrains drainés à 10 colons ; il s’agit de chemins internes de la centurie, entre les lots ; voir le commentaire philologique de Guillaumin (2002, 125-126).

Trames (pluriel tramites) — chemin : désigne le chemin de traverse à travers champs, ou encore une voie droite dite ainsi parce qu’elle permet de traverser, de transporter – transmittere — (De agris, 370, 21-22 La).

Transcendentia controversiarum — passage des controverses : procédure juridique qui consiste à substituer une controverse agraire à une autre au cours d’une action, en raison des relations existant entre controverses du fait de leur classement (Ag. Urb. 26, 6 Th ; etc. = 65, 14 La , etc.).

Translatio — déplacement : terme utilisé pour le déplacement des bornes (Ps. Agen. 30, 15 Th = 71, 19 La).

Translatus terminus — borne déplacée (Ps. Agen., 30, 15 Th = 71, 19 La).

Transpertusus terminus — voir à Terminus transpertusus.

Transversus (limes) — transverse : qualifie un limes orienté vers le midi (Frontin 12, 14-15 Th = 29, 10 La ; Hygin Gromatique, 132, 169 Th = 167, 16-17 La).

Trapaedus terminus — borne trapézoïdale sur laquelle est mentionnée la distance à l’eau (Ordines finitionum, 343, 8-9 La) ; voir ci-dessous.

Trapeteus (terminus) — (borne en forme de) trapèze ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 5 et fig. 277 La) ; on trouve aussi trapizeum (La 290,4) ; trapezium (379,3) ; trapizeus (249,6) ; trapideus (405,3) ; trapeadus (343, 9). 

Trapezium orthogonium — trapèze rectangle (Epaphr. et Vitr. Ruf., Guillaumin 1996, 140-141). 

Triangulum recto angulo — triangle à angle droit : celui que les Grecs appellent orthogonion (Balb., 106, 18 La ; Guillaumin 1996, 80-81).

Triens — mesure valant 4 onces (Mensurarum genera, 339,29 La) ; mesure de surface valant un tiers de jugère, soit 9 600 pieds carrés (Col, Rust., V, 1).

Tributum — tribut : impôt direct que les provinces doivent acquitter du fait de leur situation de sujétion par rapport à Rome. Le mot apparaît dans l’expression cadastrale « ex tributario solo » ; voir à EXT, EXTR.

Trifinium — trois limites : rencontre de trois limites, de trois propriétés jointives ; lieu où se rencontrent trois possesseurs et où ils font un sacrifice (Sic. Flac. 105, 19-24 Th = 141, 17-22 La) ; division de la centurie en trois lots (per trifinia). Voir à Quadrifinium ; Intercisio per trifinia et quadrifinia.

Trigonius amoligonius (terminus) — (borne en forme de) triangle obtusangle ; amoligonius, est ici mis pour ambligonius ou amblygonius ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 11 et fig. 283 La) ; voir aussi Podismus (297, 1-3 La).

Trigonus hortogonius (terminus) — (borne en forme de) triangle rectangle ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 2 et fig. 274 La).

Trigonus oxygonius (terminus) — (borne en forme de) triangle acutangle, c’est-à-dire de section triangulaire et dont les trois angles sont aigus ; nom générique d’une borne dans le Tableau des bornes Terminorum diagrammata (341, 8 et fig. 280 La).

Triideus – selon Lachmann, triodeius, c’est-à-dire in trivio constitutus : borne de Diane, placée à un carrefour à trois voies ? nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 10 La).

Triumviralis — triumviral : voir à Modus triumviralis.

Triumviri agris iudicandis adsignandis — triumvirs chargés de juger et d’assigner les terres.

Tufineus terminus — borne en tuf (347, 14 ; 352, 20 La).

Tumor terrae — tas de terre : élément faisant limite (Lib. col., 241, 17 La).

Tutelle — voir ager tutelatus.

Typum perticae — voir à pertica.

Typon, Typus — figure, image : nom donné au plan cadastral (Sic. Flac. 118,21 Th = 154, 18 La) ; voir aussi à Forma.

 

Ubertas — fertilité ; voir à Ad modum ubertatis.

Ubi cultura est — où (le terrain) est cultivé, en cultures : expression rencontrée dans les notices du Liber coloniarum pour indiquer que l’assignation est faite sur les terres cultivées ou cultivables (225, 16 ; 254, 27 La).

Ubi milex falx et aratrum ierit — là où seront passés la faucille et l'araire : voir à Qua falx et arater exierit.

Uliginosus (ager) — voir à Ager uliginosus.

Ulmus — orme : arbre utilisé comme indicateur de bornage, par exemple aux limites extrêmes des domaines (Sic. Flac. 107, 24 Th = 143, 24 Th) ; voir à Genus arborum.

Ulna – aune : mesure de longueur valant 4 pieds (Lib. col., 245, 11 La ; Mens. gen., 339, 9 La) ; autre nom : agna (voir à ce mot).

Ultra kardinem — au-delà du kardo (principal) : désigne la région ou partie située au-delà du kardo maximus (Hyg., 72, 4 Th = 111, 27 La ; etc.)

Ultratus — au delà ; qualifie un territoire (ager) situé au delà du kardo principal (247,7 La) ; une partie de l’espace (Iun. Nips. 291, 6, 8, 11 ; 292, 9, 14 La).

Umbilicus — nombril, point central ; point à partir duquel est organisée la distribution de toutes les centuries en quatre parties (Hyg. Grom. 159,2 Th = 195, 18 La).

Umbilicus soli — point du sol  ; petit objet, clou ou cône, qu'on place sur le sol afin de plomber à l'aide d'un fil à plomb fixé à l'une des branches de la groma ; elon A. Roth-Congès 1996, 310-313, dispositif mobile fixé sur le pied de la groma ; par extension, point où se croisent les axes majeurs initiaux d'un quadrillage (Iun. Nips., 285, 16 ; 287, 5 ; 288, 1-3 La).

Uncia — once : mesure de longueur valant un doigt et un tiers de doigt (Balb., 94, 10 La) ; mesure agraire de 2400 pieds carrés, soit 1/12e de jugère (Col., Rust, V, 1). Voir à Porca et Porcamis.

Undecagonus — hendécagone, figure à onze côtés ; méthode de mesure dans Epaphroditus et Vitruvius Rufus (Guillaumin 1996, 184-185).

Urbanae areae — espaces urbains ; voir à Agrestes areae.

Urbanum solum — sol urbain : désigne les lieux publics donnés à la collectivité pour l’édification des bâtiments publics (Front., 7, 5-8 Th = 18, 2-5 La).

Urna — urne : mesure de capacité valant un muids et demi (De mensuris in liquidis, 376, 5-6 La).

Usucapio — prise par usage : droit d'usage qui permet de transformer la possession en propriété au bout d'un an pour les biens meubles, de deux ans pour les immeubles.

Utilis ager (utilis solum) — la terre utile : expression d’Hygin Gromatique pour désigner la terre qu’il faut assigner, et qui représente, selon lui, une nuance avec le cultum ou terre cultivable (166, 14-15 Th = 203, 18 La) ; on assigne tant que le sol est utile (Ps.-Agen. 44, 8 Th = 83, 29 La).

Utrimque signari — voir à Signari utrimque.

 

V — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 1600 pieds (Expositio podismi, 359, 5 La).

V — lettre latine majuscule sur une borne ; indique une borne qui regarde vers le sud (Expositio terminorum, 364, 12-13 La).

V — V ; lettre latine majuscule ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 317, 15-23 La ; 4e liste : 330, 9-11 La ; 5e liste : 337, 3-15 La).

Vacantia loca — lieux vacants : expression du Pseudo-Agennius pour désigner les subsécives occupés par les possesseurs voisins (41, 11 Th = 81, 18 La).

Vacuae centuriae — les centuries vides : centuries qui ont été tracées mais qui ne sont pas tombées dans l’assignation, c’est-à-dire n’ont pas été utilisées pour l’assignation ; on les rend aux indigènes (Sic. Flac. 127, 22 Th = 163, 6-7 La).

Varatio in agris divisis – varation dans les terres divisées (varation est un terme intraduisible, venant de vara, le chevalet du scieur de bois qui a la forme de deux triangles opposés) : construction d’une limitation sur une diagonale (Iun. Nips., 288, 18 La). La varatio in agris divisis concerne des limitations construites en diagonale l’une par rapport à l’autre (Roth Congès 1996, 367 sq.). 

Varatio fluminis — varation d’un fleuve ; calcul de la largeur d’un cours d’eau par les propriétés des triangles égaux opposables par le sommet (Iun. Nips., 285, 4 La ; Chouquer et Favory 1992, 84-86 ; Roth Congès 1996, 363-367) ; voir à Varatio in agris divisis.

Varoverrimus — (?) forme corrompue : la forme s’apprente à la forme verbale varaverimus, futur antérieur de varare, qui ne semblerait pas à sa place dans un catalogue de noms de bornes ; nom générique d’une borne dans la liste des Ex libro Balbi Nomina lapidum finalium, Noms des pierres de confins extraits du livre de Balbus (Lib. col., 250, 9 La).

Vectigal — terme intraduisible ; redevance pesant sur les terres publiques lorsque celles-ci sont exploitées, notamment lorsqu'elles sont affermées à des possesseurs ou mancipes (Hyg. Grom., 165,2 ; 168, 16 Th = 202, 4 ; 205, 15 La ; Sic. Flac., 100, 18-19 Th = 137, 2-4 La ; Hyg., 79, 22 Th = 116, 21-22 La ; cf. Lex agraria, CIL I2, 585, §19, 26, 82, etc.); voir à Vectigalis ager.

Vectigalia —l’ensemble des redevances nommées vectigal : nom générique des redevances qui pèsent sur les biens publics, dont les terres (Hyg., 79, 12 ; 80, 21 ; etc. = 116,11 ; 117, 19 La ; cf. Lex agraria, CIL I2, 585, §20).

Vectigalis ager — terre publique soumise à une redevance intitulée vectigal, et qui dépend de la res publica, soit du peuple romain (= État), soit des colonies, soit des municipes, soit de certaines autres cités (Hyg., 79, 5 Th = 116, 5 La ; 88, 19 = 125, 19 La ; Hyg. Grom., 167, 17 Th = 204, 16 La, etc.).

Vectigalis ager virginum Vestae — terre vectigalienne des vierges Vestales : très ancien nom donné au domaine public concédé aux Vestales (Hyg., 77, 16 Th = 283, 19 La).

Vepres – taillis, buisson : élément pouvant être utilisé pour délimiter l'ager occupatorius (Sic. Flac. 102, 17 ; 111, 12 sq Th = 138, 18-19 La ; 147, 12-18 La).

Vera propositio — proposition vraie : expression juridique indiquant qu’une controverse agraire est amenée au procès par son statut (Ag. Urb. 27, 28 – 28, 2 Th = 67, 17-19 La) ; voir à falsa propositio.

Veritas locorum — la vérité des lieux : expression de Frontin pour désigner l’appréciation d’un espace par ses lignes de confins et sa mesure en pieds (Fr., 15, 6-8 ; 16, 3-4 Th = 31, 13-14 ; 32, 5-6 La).

Versura – angle saillant : terme technique désignant le retour à angle droit qu’on effectue à l’aide d’une groma ; le point de contact entre deux versurae détermine un carrefour ou intervesura ; les versurae sont indiqués par des signes qui leur sont propres (Sic. Flac. 108, 20-22 Th = 144, 20-22 La) ; voir aussi à Coxa ; cf. Guillaumin 1988, 412-413.

Versus, vorsus — en Italie centrale, mesure de 100 x 100 p. ; en Dalmatie, mesure de surface de 8640 pieds (carrés) avec laquelle on a effectué des assignations et qu’il faut donc convertir en jugères sur la base de 3 versus 1/3 pour un jugère (Hyg., 85, 2-5 Th = 122, 1-2 La) ; chez les Osques et les Ombriens, mesure agraire de 100 pieds de côté, équivalente au plèthre grec (Front., 13, 14-16 Th = 30, 8-9 La).

Vertex amphorae — tête d’amphore : fragment d’amphore qu’on place quelquefois à l’envers comme signe (signum) ou témoin pour servir de borne (Sic. Flac. 106, 1-2 Th = 142, 1-2 La).

Verticalis diagonalis [limes] – voir à Limes verticalis diagonalis et à Diagonalis limes. 

Vertices agrorum — les sommets des terres : c’est-à-dire les pierres naturelles ou taillées (ou leurs amoncellements) que les arpenteurs ont placées au sommet des terres, et désignées comme bornes (Dolabella 302, 4 La).

Vespertinus decumanus — decumanus du soir : axe d’une limitation orienté au soleil couchant (Sic. Flac. 117, 9-14 Th =153, 11-15 La).

Veteranus — vétéran ; soldat ayant reçu son congé (missio) et qui peut recevoir un lot de terre ; vétérans de Jules César et d’Auguste (Hyg. Grom. 141-142 Th = 177 La) ; vétérans installés par Vespasien dans le Samnium (Hyg., 95, 2-3 Th = 131, 17-18 La) ; dans le territoire d’Emerita, en raison de l’immensité, on a disposé les vétérans sur les marges comme des bornes (Ps.-Agen. 44, 8-10 Th = 80, 30-31 La) : assignations à des vétérans répertoriées dans le Liber coloniarum, à Véies (221, 15-16 ; avant Trajan : 223, 3-4 La), Caudium (232, 7-10 La), chez les Ligures Baebiani et Corneliani (235, 10-11).

Via  — voie : en droit rural, route sur laquelle peuvent passer des véhicules ; la via comporte en elle l'iter et l'actus ; voie servant de limite (Sic. Flac. 109, 19 sq ; 121,21  Th = 145, 19 sq et 157, 14 La ; De agris, 370, 10-12 La).

Via communis — voie commune ou mitoyenne : voie partant des voies vicinales et qui séparent les possesseurs voisins (Sic. Flac., 111, 2-3 Th = 147, 2-3 La).

Via consularis — voie consulaire : voie établie par un consul, et qui peut, dans certains cas, servir de decumanus maximus ; exemple d’Anxur en Campanie avec la voie Appienne (Hyg. Grom. 144, 1-8 Th =179, 11-18 La).

Via militaris — voie militaire (Lib. col., 241, 7 La ; Isid., 370, 15 La) ; voir à via publica militaris.

Via praetoria — voie prétorienne : dans le camp militaire, voie qui conduit du prétoire à la porte prétorienne et a une largeur de 60 pieds  (Ps.-Hyg., Castr. 14).

Via principalis — voie principale : voie qui divise le camp d’est en ouest, et qui unit la porte principale gauche et la porte principale droite, dites portae principales ; elle tire son nom des principia ; elle est large de 60 pieds (Ps.-Hyg., Castr. 14).

Via publica — voie publique ; voie qui est construite sur des fonds publics et qui reçoit son nom de son auteur (fondateur), d’après Siculus Flaccus, (110, 2-3 Th = 146, 2-3 La) ; dans une assignation, le plus souvent, sa surface est exceptée.

Via publica militaris — voie publique militaire : voie pouvant quelquefois servir de limes dans une division de territoire (Hyg. Grom. 134, 4 Th = 169, 3 La).

Via quintana — voie quintane : dans le camp militaire, voie qui sépare le prétoire de la rétenture ; elle est large de 40 pieds ; si elle débouche sur des portes (dites quintanes), elle est large de 50 pieds (Ps.-Hyg., Castr. 17).

Via sagularis — voie de couverture : expression de castramétation désignant les voies latérales du camp, larges de 30 pieds, ou de 40 si le camp compte cinq légions ; ce nom vient du vêtement, sagum ou sagulum, qui enveloppe le soldat comme la voie enveloppe le camp (Ps.-Hyg., Castr., 3 ; 13 ; 20 ; 32 ;  44 ; trad. Lenoir).

Via vicinalis — voie vicinale : voie qui relie des voies publiques entre elles et qui dessert les champs (Sic. Flac., 110, 6 Th = 146, 6 La).

Viae vicinariae — les voies de quartier : expression de castramétation désignant les voies secondaires, passant entre les bandes, et devant traverser le camp (Ps.-Hyg., Castr., 13 ; 43).

Vicesima — vingtième : nom de différents impôts équivalant au vingtième d’un revenu,  dont l’impôt direct pesant sur les provinces et équivalant au vingtième des récoltes.

Vicina possessio —possession voisine : moyen de preuve utilisé dans une controverse agraire, et qui consiste à observer comment sont tenues les possessions voisines, afin de montrer par quel genre de limites on peut trancher un débat entre deux possesseurs.

Vicus — terme intraduisible : agglomération, village, hameau ; dans les saltus privés, on trouve des vici autour de la villa, à la façon des municipes (Ps.-Agen. 45, 20-22 Th = 85, 2-4 La) ; mention d’un vicus sur le plan cadastral C affiché à Orange, dans le secteur des Insulae Furianae (Piganiol 1962, 296-297).

Viginti viri — vingt hommes : les vingt membres des commissions instituées pour César pour diviser les terres et déduire des colons (Capoue : Lib. col., 231, 20 La).

Villa — domaine rural.

Vindictio rei — voir à Rei vindicatio.

Viritim — par hommes : désigne une assignation faite à des colons sans fondation coloniale, ceux-ci étant répartis et lotis dans le cadre d'une limitation nouvelle, d'une limitation déjà existante, voire même dans des terres provinciales publiques non  limitées dont on chasse les occupants (Sic. Flac. 118, 15 Th = 154, 12 La ; 125, 10 Th = 160, 22 La) ; voir à In nominibus, Nominatim, Nominibus.

Vitrea fracta — fragment de verre : fragments de verre qu’on place quelquefois comme signe (signum) ou témoin sous une borne pour prouver son emplacement (Sic. Flac. 104, 20-21 Th = 140, 18 La).

Vocabula – noms ; mots ; voir à Locorum vocabula et à Peregrina vocabula.

 

X — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 1200 pieds (Expositio podismi, 359, 6 La).

X — lettre latine majuscule sur une borne ; indique un quadrifinium (Expositio terminorum, 364, 14-15 La).

X — X ; lettre latine majuscule ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 317, 24- 318, 4 La ; 4e liste : 330, 12-22 La ; 5e liste : 337, 16-26 La).

 

Y — lettre majuscule ; indique un limes d’une longueur de 1300 pieds (Expositio podismi, 359, 7 La).

Y — lettre majuscule sur une borne ; indique la proximité d’une fontaine (Expositio terminorum, 364, 16-17 La).

Y — Y ; lettre latine majuscule ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 318, 5-14 La ; 4e liste : 330, 23-27 La ; 5e liste : 337, 27  - 338,2 La).

sicut — y sicut in latnis litteris : lettre grecque ; dans une des listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 324, 21 La).

 

Z — lettre latine majuscule ; indique un limes d’une longueur de 1300 pieds (Expositio podismi, 359, 8 La).

Z — lettre latine majuscule sur une borne ; indique la présence d’une source à gauche (Expositio terminorum, 364, 18-19 La).

Z — Z ; lettre latine majuscule ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (1e liste : 318, 15-19 La ; 4e liste : 330, 28 - 331, 7 La ; 5e liste : 338, 3-10 La).

Zacon, Zaconus - terme synonyme de diagonalis (voir ce mot) chez Marcus Iunius Nipsius (288, 13, 17 ; 289, 26 La ; Guillaumin 1988, 415).

Zametrus — diamètre, diamétral (diametrus) (Iun. Nyps., 296, 11 ; 24 La ; Guillaumin 1988, 415).

ζ, zeta — lettre grecque zeta ; dans les listes des Casae litterarum désigne un type de domaine (2e liste : 320,21 - 321, 2 La).

Zodiacus circulus — cercle du zodiaque : cercle divisant le ciel et s’étendant en diagonale du cercle équinoxial au cercle brumal, de sorte qu’il coupe en deux moitiés de chaque côté le cercle méridional (Hyg. Grom. 151, 1 Th = 187, 7-8 La).

Zonto — désigne l’angle (Litterae singulares, 357, 10 ; 30 La) ; dérivé du grec gônia d’après E. BUrsian, auteur de l’index du corpus des Gromatici veteres (1852) ; selon Guillaumin, dériverait d’une forme grecque (non attestée) diogkos, qui aurait pu désigner un instrument à deux crocs, métaphore des deux côtés de l’angle (Guillaumin 1988, 414-417). 

 

Accès privé